Marianne28244
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2019

Marianne28244
Abonné·e de Mediapart

ALSACE : UNE NOUVELLE FEMME FUIT LA VIOLENCE DE SON CONJOINT...

Une jeune mère de 3 enfants, enceinte, réussit à s'échapper du domicile familial de Strasbourg après 10 ans de calvaire. Cloîtrée, battue, abusée sexuellement et insultée, quotidiennement humiliée et interdite de tout contact, elle trouve un abri temporaire auprès d'une association d'aide aux victimes, puis change de ville avec ses enfants.

Marianne28244
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

19 NOV. 2019 PAR MARIANNE28244

Réclamer l'écoute de la parole des femmes victimes de violences, c'est bien. Mais ce qui se trame au- delà des grandes indignations et mises en scène reste inaudible.

Les centaines de millions articulés en haut lieu peineront à combler des lourdeurs de la police et de la justice qui restent un écueil majeur et bien décrit par M. Luc Frémiot, ancien procureur de Douais lors d'une entrevue du 3 septembre sur France-Inter.

Une jeune mère de 3 enfants, enceinte, réussit à s'échapper du domicile familial de Strasbourg après 10 ans de calvaire. Cloîtrée, battue, abusée sexuellement et insultée, quotidiennement humiliée et interdite de tout contact avec sa seule proche parente qui est en Suisse. elle trouve un abri auprès d'une association d'aide aux victimes.

Elle a déposé 2 plaintes pour violences conjugales, puis maltraitance d'enfants. Ce vécu hors norme a cependant rendu impossible des plaintes antérieures, ainsi que la constatation physique des violences, ce que la défense du mari invoque à tour de bras. Des rapports des services sociaux et de la protection de la jeunesse seront dès lors les éléments les plus solides qui corroborent les dires de cette femme.

Dès lors, c'est le parcours du combattant. Son époux, déjà condamné pour violences conjugales en 2002 lors d'un mariage antérieur, puis à nouveau pour agression à l'arme blanche sur un voisin en 2016 et sujet de nombreuses plaintes du voisinage, nie évidemment toutes les allégations exprimées, malgré l'information « préoccupante » et « instructive » qui a suivi l'enquête administrative de la Protection de l'enfance. Le Juge des enfants est saisi.

S'ensuit pourtant un refus d'ordonnance de protection. Bien que reconnaissant « comme vraisemblable la commission des faits de violence allégués », ce refus dit que, « étant prise en charge par une association d'aide aux victimes de violence, elle n'est désormais plus exposée à un réel danger », se fondant aussi sur une affirmation du mari que la juge prend curieusement à son compte, à savoir qu'il n'a « jamais cherché à joindre sa femme, ni même les enfants ». Or cette affirmation ne repose absolument sur rien. Des appels téléphoniques qu'il a passés tendent à prouver au contraire qu'il la recherchait activement, ce dont elle est absolument convaincue, mais sans pouvoir la localiser, parce que la protection a bien été assurée.

Recluse alors durant 2 mois dans un immeuble gardé du centre de Strasbourg, sans possibilité de sortir, il est clair que la situation n'était cependant pas acceptable sur la durée, notamment pour les enfants, et à plus forte raison à l'approche de la rentrée scolaire. Et elle devait quitter la région de Strasbourg où elle se savait activement recherchée par son mari.

Déplacée à Grenoble, elle habite un deux pièces dans un immeuble non gardé et bénéficie du suivi d'une association locale, mais est autonome au quotidien.

Le mari a introduit une procédure de divorce qui conduit à une tentative de conciliation fin septembre. Au terme de la non conciliation qui en résulte, maintien de l'autorité parentale partagée, aucune contribution financière du mari « impécunieux », enfants interdits de sortie du territoire, etc.

Plus grave est la révélation du lieu de refuge de cette jeune femme et les reproches adressés à l’association qui a pris en charge cette famille et a pris unilatéralement l’initiative « regrettable, voire choquante » (sic) d’éloigner géographiquement les enfants de leur père.

En prime, et bien que connaissant parfaitement ses difficultés à écrire en français, le Juge croit utile de relever qu'il reçoit de sa part des courriers “qui ne semblaient pas avoir été rédigés par elle”, et donc suggère qu'elle n'est pas capable d'exprimer des attentes légitimes et/ou est manipulée par des esprits malfaisants (dans quel but, Ciel?). Une humiliation de plus!

Le 4 décembre 2019 est la date butoir du dépôt des conclusions de l'avocate qui doit plaider l'appel de la protection à Colmar.

Aujourd'hui terrorisée de voir surgir son mari, elle rencontre de nombreuses femmes dans des cas similaires. C'est dans ce lot que se trouvent beaucoup de celles qui ne sont plus que des chiffres statistiques morbides.

Il y a cinq ans, dans mon voisinage immédiat de la Suisse si tranquille, un mari interdit d'approcher sa femme est venu la tuer de 16 coups de couteau...!

Où la jeune femme dont j'ai tenté d'évoquer le calvaire indescriptible trouvera-t-elle une aide digne de ce nom, sachant l'investissement chronophage qui est demandé à une défense la plupart du temps réduite aux honoraires plus que limités accordés par l'aide juridictionnelle?

Et enfin quand les médias, la justice, la police, le gouvernement, accorderont-ils vraiment de l'attention à ces cas de l'ombre?

Pour cette femme-là, l'enfer prendra-t-il fin le 4 décembre ? Ou ne sera-ce qu'un nouvel épisode terrible de plus ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise