L'hystérie autour de coronavirus

La construction d'une grande peur

Comment peut-on imaginer un monde sans virus?

Tout porte à croire dans le traitement du sujet "coronavirus" que nous vivons un événement exceptionnel, jamais vécu auparavant mais que nous serions en capacité de définitivement vaincre si nous y accordions tout le sérieux exigé par nos gouvernants . 

On veut nous faire croire que nous risquons tous d'en mourir et que pour échapper à la mort la seule solution est d'arrêter préventivement de vivre.

Avec beaucoup d'incohérences dans cet empêchement à vivre. On supprime les grands ou même les petits rassemblements, les cours dans certains collèges et lycées (pourquoi pas les écoles, les crèches, tous les lieux de travail !!!) mais on continue à emprunter tous les transports en commun.

Et si nous traitions ce virus, comme un autre, comme la grippe, par exemple. Il ne nous viendrait jamais à l'esprit quand nous sommes en période d'épidémie de grippe de prendre le risque de contaminer qui que ce soit à partir du moment où nous éprouvons les symptômes évidents de la maladie. On n'empêchera cependant jamais les personnes les plus fragiles d'en mourir.

Pourquoi alors provoquer cette grande peur, même s'il y a le risque, en France, de mettre brutalement  en lumière la misère du service public hospitalier ?

Il y a de grands avantages pour les puissants du camp « occidental » à créer la panique dans le peuple  :

Sur le plan international : faire oublier les grands problèmes du moment, le réchauffement climatique, l'afflux des migrants fuyant la Syrie, les guerres en cours, mettre en difficulté la Chine, prévenir la crise financière mondiale en créant artificiellement la récession dans plusieurs pays, pour permettre aux banques centrales de battre monnaie afin de relancer les économies mises à mal par le virus.

Sur le plan national, quoi de mieux pour faire oublier la réforme des retraites, le 49.3, la mort de tous les services publics, la fin de la sécurité sociale et par voie de conséquence les grands rassemblements dans la rue !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.