C'est l'histoire d'un mec: Jean-Luc Bennahmias

A la veille du scrutin pour la primaire citoyenne, je m'engage auprès d'un candidat, un homme singulier, Jean-Luc Bennahmias.

JL Bennahmias est mon candidat pour la primaire citoyenne car il est avant tout un homme politique au parcours atypique, citoyen qui éveille à l'engagement, il est de ceux qui proposent, forment, multiplient les actions et les décisions au quotidien.

A la question que faisons nous? il répond en prônant une société de la responsabilité, un existentialisme humaniste, la nécessité pour les citoyens de s’organiser et d’aller de l’avant en utilisant les richesses dont ils disposent. Homme de raison, JL Bennahmias s’interroge sur un nouveau contrat social, affirmant que le compromis national peut permettre la sortie de crise à la fois sociétale, économique, écologique et européenne dont souffre la France.

En regardant sa carrière, on constate que son rationalisme s’est construit sur un plan moral, non pas celui de la morale religieuse mais bien celui de la création et de de l’innovation, nous offrant la possibilité du choix, de l’action individuelle et de la générosité concrète. C’est une attitude audacieuse en politique, surtout aujourd’hui où se confondent mysticisme égotique et reproduction de classes. Ils ne sont pas si nombreux à vouloir lutter efficacement contre la crise, non en divisant, mais en rassemblant. C'est un homme qui n’hésite pas à prendre exemple sur ses pairs et sur le Conseil National de la Résistance. Il bouscule les préjugés et remplace les certitudes moralisantes par des interrogations.

La logique actuelle est ce grand rassemblement des démocrates, écologiques, républicains, socialistes qui s’engagent dans une nouvelle voie politique. Le programme politique de JL Bennahmias est une réponse à l'exigence du «vivre ensemble». Il ne peut y avoir de réalité abstraite de l’autre, ni d'ailleurs de liberté abstraite. Nous devons réfléchir à chaque circonstance particulière, c’est le seul moyen de définir la liberté de chacun. Dans Le nouvel Optimisme de la volonté, il nous montre que la politique ne doit pas forcément nager à contre courant, en opposition à ou en lutte contre ; nous pouvons penser ensemble aux exigences d’égalité, réinjecter de la confiance chez les citoyens pour les inciter à croire dans nos institutions. Notre obligation républicaine est de ne pas laisser s’échouer le navire dans les lames épaisses de la désespérance. Il s’agit d’une politique ambitieuse, forte, celle du non renoncement.

JL Bennahmias est un politique humaniste et cela nous fait du bien, un sartrien, qui s’en défendrait tout en proposant comme ce dernier un optimisme de la nécessité, de l’action. Un homme à la gueule ouverte pour reprendre le titre d’un journal où il a travaillé dans les années 70. Homme de conviction et de décision, il a été coordinateur du comité de vigilance chez les Verts contre l’extrême droite. Il tente de comprendre les lois de fonctionnement de l’individu au lieu de tout refuser, il anticipe, il a aussi des propositions à long terme, une vision de la France dont la gestion serait concertée, en prenant conscience des mécanismes écologiques, humains qui nous lient. Il nous pousse à réfléchir avec lucidité au progrès, non pas seulement selon une vision matérialiste, mais bien comme une amélioration de nos vies.

Marie-Agnès Strazel

Déléguée Nationale à l'animation du réseau UDE Front Démocrate

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.