Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 5 juin 2014

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Doper le PIB avec la drogue et la prostitution : une bonne idée ?

Le Royaume-Uni, l'Italie et la Belgique viennent de décider d'intégrer dans leur PIB les activités de prostitution et de trafic de drogue. En dehors de toute considération morale, est-ce vraiment une bonne idée ? Dans ce cas pourquoi pas toute l'économie souterraine, le travail au noir ? Au risque de perdre la crédibilité d'un chiffre basé sur des estimations criticables et des ratios habituels de référence sur PIB ?

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Royaume-Uni, l'Italie et la Belgique viennent de décider d'intégrer dans leur PIB les activités de prostitution et de trafic de drogue. En dehors de toute considération morale, est-ce vraiment une bonne idée ? Dans ce cas pourquoi pas toute l'économie souterraine, le travail au noir ? Au risque de perdre la crédibilité d'un chiffre basé sur des estimations criticables et des ratios habituels de référence sur PIB ?

C'est stupéfiant (c'est le cas de le dire !) : la prise en compte de ces activités illégales dans le PIB est prévue par des règles européennes, dans le but de comparer les économies des pays membres de l'UE.

Selon un porte-parole d'Eurostats : "Nous ne faisons que nous conformer aux normes internationales ! Les Etats-Unis les ont mis en application l'année dernière. Et puis le principe d'inclure les revenus de l'économie illégale était déjà inscrit dans les textes européens depuis 1995 avec les normes ESA 95. Il n'y a donc rien de nouveau !"

Une dépêche AFP reprise par le magazine économique Challenges le rappelle, en donnant des chiffres : le Royaume-Uni dopera ainsi son PIB d'au moins 12 milliards d'euro et ce chiffre provient d'un calcul, d'une estimation.

Selon la Banque d'Italie, l'économie criminelle représenterait 10,9% du PIB en 2012. D'après une grande étude "The Shadow Economy in Europe", citée dans cet article du Point, l'économie souterraine (travail au noir compris), représenterait 21,6 % du PIB italien en 2012  soit 338,2 milliards d'euros !

Toujours d'après cet article, en Bulgarie, le poids de l'économie souterraine représenterait 31,9 % du PIB, 29,1 % en Roumanie, 28,5 % en Lituanie. Les pays d'Europe du Sud ne se situent pas très loin (24 % en Grèce, 19,2 % en Espagne, 19,4 % au Portugal), deux fois plus que la France (10,8 %), le plus vertueux étant l'Autriche, avec 7,6 % du PIB. Dans toute l'Europe, la création de richesse souterraine aurait approché 2 000 milliards d'euros en 2012 (1 902,5 milliards, pour être très précis) pour un PIB total de 16,6 milliards, donc 12% en moyenne.

D'après cet autre article de Challenges, la France se montre "vertueuse" et a décidé non pas d'intégrer l'économie illégale dans son PIB. Pour l'Insee, il n'est pas question d'inclure l'économie illégale dans le calcul du PIB mais l'Insee va produire une "double comptabilité". Qu'est-ce à dire ? Aura-t-on deux versions du PIB ? Faudra-t-il préciser de quelle version on parle dès qu'on cite la valeur d'un PIB ou encore ces nombreux ratios en % du PIB (déficit public, dette publique, dépenses publiques, prélèvements obligatoires, PIB/hab, part de l'industrie dans le PIB etc.) ?

N'est-ce pas une façon de truquer le thermomètre pour démontrer que le malade est moins fiévreux, alors que de nombreux pays de l'UE peinent à respecter les limites de déficit public et d'endettement public ? L'intérêt de ces ratios étant de voir la capacité du pays à rembourser ses déficits (par l'impôt qui lui-même n'est pas collecté sur les activités illégales). De même que le ratio prélèvements obligatoire/PIB permet d'évaluer le poids de la charge d'impôt, de taxes et de charges sur la production totale mais comme ces prélèvements ne le sont que sur les activités déclarées, il n'aurait plus vraiment de sens, que ce soit en absolu ou en relatif à des fins de comparaison des pays entre eux.

Comment évaluer la production de ces activités alors que  l'économie illégale échappe par définition au contrôle des États ? En se basant sur les données de la police et de la justice qui ont une bonne connaissance du volume et des prix des produits stupéfiants et des services des prostitués. Quand on voit déjà les polémiques sur les statistiques policières de la délinquance ...

Quelles conséquences aura cette évolution sur les chiffres ? Cela va-t-il donner plus de marge de manoeuvre budgétaire aux Etats qui dopent ainsi leur PIB ou bien les seuils de Maastricht devront-il être revus (Déficit public<3%, dette publique<60%) ? Cette vision dopera-t-elle artificiellement la croissance et incitera-t-elle les pays à favoriser l'économie illicite ?

Certes, il est intéressant d'évaluer l'économie souterraine, dont les activités criminelles, mais mesurons la et publions la séparément ! Eurostat étant la base de comparaison des chiffres entre pays, ces comparaisons risquent d'être sérieusement décrédibilisées et ceci va encore porter un mauvais coup à l'Europe. Les partis europhobes vont même en profiter pour déplacer le sujet sur le terrain moral et traduire cette application en une dérive immorale de l'Europe !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
« L’esprit critique » théâtre : silences, histoires et contes
Notre podcast culturel discute de « Depois do silêncio » de Christiane Jatahy, d’« Une autre histoire du théâtre » de Fanny de Chaillé et de « Portrait désir » de Dieudonné Niangouna.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin