Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 5 juin 2014

Doper le PIB avec la drogue et la prostitution : une bonne idée ?

Le Royaume-Uni, l'Italie et la Belgique viennent de décider d'intégrer dans leur PIB les activités de prostitution et de trafic de drogue. En dehors de toute considération morale, est-ce vraiment une bonne idée ? Dans ce cas pourquoi pas toute l'économie souterraine, le travail au noir ? Au risque de perdre la crédibilité d'un chiffre basé sur des estimations criticables et des ratios habituels de référence sur PIB ?

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Royaume-Uni, l'Italie et la Belgique viennent de décider d'intégrer dans leur PIB les activités de prostitution et de trafic de drogue. En dehors de toute considération morale, est-ce vraiment une bonne idée ? Dans ce cas pourquoi pas toute l'économie souterraine, le travail au noir ? Au risque de perdre la crédibilité d'un chiffre basé sur des estimations criticables et des ratios habituels de référence sur PIB ?

C'est stupéfiant (c'est le cas de le dire !) : la prise en compte de ces activités illégales dans le PIB est prévue par des règles européennes, dans le but de comparer les économies des pays membres de l'UE.

Selon un porte-parole d'Eurostats : "Nous ne faisons que nous conformer aux normes internationales ! Les Etats-Unis les ont mis en application l'année dernière. Et puis le principe d'inclure les revenus de l'économie illégale était déjà inscrit dans les textes européens depuis 1995 avec les normes ESA 95. Il n'y a donc rien de nouveau !"

Une dépêche AFP reprise par le magazine économique Challenges le rappelle, en donnant des chiffres : le Royaume-Uni dopera ainsi son PIB d'au moins 12 milliards d'euro et ce chiffre provient d'un calcul, d'une estimation.

Selon la Banque d'Italie, l'économie criminelle représenterait 10,9% du PIB en 2012. D'après une grande étude "The Shadow Economy in Europe", citée dans cet article du Point, l'économie souterraine (travail au noir compris), représenterait 21,6 % du PIB italien en 2012  soit 338,2 milliards d'euros !

Toujours d'après cet article, en Bulgarie, le poids de l'économie souterraine représenterait 31,9 % du PIB, 29,1 % en Roumanie, 28,5 % en Lituanie. Les pays d'Europe du Sud ne se situent pas très loin (24 % en Grèce, 19,2 % en Espagne, 19,4 % au Portugal), deux fois plus que la France (10,8 %), le plus vertueux étant l'Autriche, avec 7,6 % du PIB. Dans toute l'Europe, la création de richesse souterraine aurait approché 2 000 milliards d'euros en 2012 (1 902,5 milliards, pour être très précis) pour un PIB total de 16,6 milliards, donc 12% en moyenne.

D'après cet autre article de Challenges, la France se montre "vertueuse" et a décidé non pas d'intégrer l'économie illégale dans son PIB. Pour l'Insee, il n'est pas question d'inclure l'économie illégale dans le calcul du PIB mais l'Insee va produire une "double comptabilité". Qu'est-ce à dire ? Aura-t-on deux versions du PIB ? Faudra-t-il préciser de quelle version on parle dès qu'on cite la valeur d'un PIB ou encore ces nombreux ratios en % du PIB (déficit public, dette publique, dépenses publiques, prélèvements obligatoires, PIB/hab, part de l'industrie dans le PIB etc.) ?

N'est-ce pas une façon de truquer le thermomètre pour démontrer que le malade est moins fiévreux, alors que de nombreux pays de l'UE peinent à respecter les limites de déficit public et d'endettement public ? L'intérêt de ces ratios étant de voir la capacité du pays à rembourser ses déficits (par l'impôt qui lui-même n'est pas collecté sur les activités illégales). De même que le ratio prélèvements obligatoire/PIB permet d'évaluer le poids de la charge d'impôt, de taxes et de charges sur la production totale mais comme ces prélèvements ne le sont que sur les activités déclarées, il n'aurait plus vraiment de sens, que ce soit en absolu ou en relatif à des fins de comparaison des pays entre eux.

Comment évaluer la production de ces activités alors que  l'économie illégale échappe par définition au contrôle des États ? En se basant sur les données de la police et de la justice qui ont une bonne connaissance du volume et des prix des produits stupéfiants et des services des prostitués. Quand on voit déjà les polémiques sur les statistiques policières de la délinquance ...

Quelles conséquences aura cette évolution sur les chiffres ? Cela va-t-il donner plus de marge de manoeuvre budgétaire aux Etats qui dopent ainsi leur PIB ou bien les seuils de Maastricht devront-il être revus (Déficit public<3%, dette publique<60%) ? Cette vision dopera-t-elle artificiellement la croissance et incitera-t-elle les pays à favoriser l'économie illicite ?

Certes, il est intéressant d'évaluer l'économie souterraine, dont les activités criminelles, mais mesurons la et publions la séparément ! Eurostat étant la base de comparaison des chiffres entre pays, ces comparaisons risquent d'être sérieusement décrédibilisées et ceci va encore porter un mauvais coup à l'Europe. Les partis europhobes vont même en profiter pour déplacer le sujet sur le terrain moral et traduire cette application en une dérive immorale de l'Europe !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau