Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 8 avr. 2015

Sarkozy en 2012 : une campagne à 60 millions d'euros ?

L'hebdomadaire Marianne publie cette semaine des documents sur l'affaire Bygmalion prouvant que l'Elysée etait parfaitement informé des détails financiers de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Au delà de cette information, Marianne s'est penché sur les comptes de l'UMP en 2012 et a observé la flambée des dépenses de communication et de frais de transport. Marianne en conclut que la campagne de Nicolas Sarkozy aurait en réalité coûté 60 millions d'euros, au delà des 21,3 millions déclarés + le dépassement présumé de presque 18 millions facturés par l'UMP, révélé par l'affaire Bygmalion.

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'hebdomadaire Marianne publie cette semaine des documents sur l'affaire Bygmalion prouvant que l'Elysée etait parfaitement informé des détails financiers de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Au delà de cette information, Marianne s'est penché sur les comptes de l'UMP en 2012 et a observé la flambée des dépenses de communication et de frais de transport. Marianne en conclut que la campagne de Nicolas Sarkozy aurait en réalité coûté 60 millions d'euros, au delà des 21,3 millions déclarés + le dépassement présumé de presque 18 millions facturés par l'UMP, révélé par l'affaire Bygmalion.

Extrait page 18 de Marianne n° 937 du 3 au 10 avril 2015 © Marianne

Remarquons que la publication des comptes de l'UMP au Jounal Officiel était déjà disponible depuis janvier 2014 et avait fait ressortir sur son exercice 2012 un déficit de presque 40 millions d'euros (dépassement de son budget) sans que quiconque ne s'en inquiète, alors même que l'UMP était très endettée (108 millions de dettes) avec une valeur totale de ses actifs bien en dessous du montant de cette dette (selon l’UMP, la valeur de l’immeuble du siège se chiffre aujourd’hui à 45,3 millions d’euros). Or justement, les factures de Bygmallion de 18 millions + 20 millions supplémentaires de dépenses constatées par Marianne, font 38 millions, expliquant le déficit de 40 millions.

Ici résumé en quelques chiffres des comptes de l'UMP en 2012, extraits du JO :
http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/politique-des-dettes-grosses-comme-ca-05-06-2014-3899257.php

J'avais déjà rappelé ces chiffres inquiétants dans un article :
http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-anne-kraft/140614/les-faux-comptes-de-lump-pourraient-mettre-le-parti-en-faillite

COMPTES 2012 de l'UMP

Budget : 97,9 millions d’euros

Principales recettes*

- Financement public : 30,1 millions d’euros
- Dons de personnes physiques : 9,4 millions d’euros
Principales dépenses*
- Propagande et communication : 33,3 millions d’euros
Entre 2011 et 2012, l’enveloppe consacrée à l’événementiel, la communication et les déplacements a presque triplé à l’UMP, la portant à un niveau cinq fois plus élevé qu’au Parti socialiste
Résultat 2012 : - 39,6 millions d’euros

Dette cumulée
 : 108,5 millions d’euros

On peut donc légitimement s'interroger sur ces chiffres connus et effarants d'une campagne dont le coût a été considérable.

Pour le moment seul le premier dépassement initialement confirmé de 363 615 euros (dépassant les 22,5 millions d'euros autorisés) a fait l'object d'une amende égale à ce montant, payée par l'UMP à la place de Nicolas Sarkozy, suscitant une polémique... sur un arbre cachant la forêt.

L'affaire Bygmalion est en cours d'instruction, les factures payées par l'UMP à la place du candidat sont un fait avéré, donc il est prouvé qu'il y a eu dépassement de 18 millions d'euros, bien au delà de 363 615  euros. L'amende aurait donc dû être augmentée d'autant, sauf s'il y a interdiction d'un deuxième jugement au motif de la chose déjà jugée, ce qui serait scandaleux. Mais curieusement, silence radio sur ce sujet ...

L'instruction vise maintenant à déterminer les responsabilités : le candidat Sarkozy était-il au courant du système de fausses factures de Bygmalion à son profit ou les responsables de l'UMP, de sa direction générale et les responsables de sa campagne l'ont-il sciemment organisé à son insu ?

Quelle que soit l'issue de ce jugement, qui pourra ensuite être contesté en Appel, voire en Cassation, et malgré le dépassement réellement avéré de 18 millions supplémentaires (voire plus avec les suppositions de Marianne) qui devrait faire également l'objet d'une amende qui serait difficile à assumer financièrement par l'ex-candidat comme par l'UMP, Nicolas Sarkozy peut à nouveau se présenter avec le bénéfice de la présomption d'innocence...

Rappelons-nous également la question du financement libyen de la campagne présidentielle 2007 qui pèse également sur Nicolas Sarkozy, révélée par Mediapart. Demain soir 9 avril 2015 à 23h35, France 3 diffusera un documentaire exceptionnel "Le président et le dictateur" (extrait ici).
http://www.programme-tv.net/programme/culture-infos/r295549-le-president-et-le-dictateur/6177153-sarkozy-kadhafi/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie