L'avenir de l'AFP ne doit pas être un secret d'Etat!

L'AFP est en crise, et en attente d'un nouveau PDG qui remplacera Pierre Louette, auteur d'un projet qui voulait reformer les statuts de 1957 et transformer cette agence très jalouse de son indépendance en société anonyme, au départ à capitaux publics. Voir ci-dessous un communiqué de l'Association de Défense de l'Indépendance de l'AFP (ADIAFP), qui dénonce l'opacité dans laquelle sont effectuées les discussions au sujet de l'avenir de l'AFP.

L'AFP est en crise, et en attente d'un nouveau PDG qui remplacera Pierre Louette, auteur d'un projet qui voulait reformer les statuts de 1957 et transformer cette agence très jalouse de son indépendance en société anonyme, au départ à capitaux publics. Voir ci-dessous un communiqué de l'Association de Défense de l'Indépendance de l'AFP (ADIAFP), qui dénonce l'opacité dans laquelle sont effectuées les discussions au sujet de l'avenir de l'AFP.

Au stade actuel les deux principaux candidats, qui ne figurent pourtant pas parmi les candidats déclarés, sont le président de l'INA Emmanuelle Hogg et l'ancien président des NMPP Rémy Pflimlin.

J'en profite pour vous inciter à signer la pétition sur le site http://www.sos-afp.org

 

 

PARIS, 09/04/2010 - 1452 -

 

 

-- L'avenir de l'AFP ne doit pas être un secret d'Etat ! --


Le rapport du groupe des experts présidé par M. Henri Pigeat, et qui contient de nouvelles recommandations sur l'avenir de l'AFP, a été remis jeudi au seul ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.

Ce dernier s'est empressé d'annoncer qu'il n'avait nullement l'intention de rendre public ce document avant la nomination d'un nouveau PDG.

Ainsi se confirme, une fois de plus, le culte du secret qui entourent et le projet de réforme du statut de l'agence et l'élection d'un nouveau président suite à la démission de Pierre Louette en février.

L'Association de Défense de l'Indépendance de l'AFP (ADIAFP) a déjà dénoncé l'opacité du soi-disant "comité de pré-sélection" créé par le Conseil d'administration de l'AFP pour trier les candidats.

Or la déclaration de M. Mitterrand, qui "se donne le temps d'un examen approfondi des recommandations (du groupe) après l'élection du nouveau PDG", va également à l'encontre des règles de concertation et de dialogue social indispensables au bon fonctionnement de toute entreprise. Le personnel de l'AFP, ceux qui "font" l'agence 24h sur 24, est une nouvelle fois tenu à l'écart.

Les méthodes de secret pratiquées par M. Mitterrand ne peuvent que créer de nouvelles tensions au sein de l'AFP, déjà en crise.


Rappelons que le personnel de l'agence, toutes catégories confondues, a exprimé à plusieurs reprises sa volonté d'être écouté, mais aussi, par la voix de ses organisations syndicales unanimes, son rejet des mesures préconisées par le PDG sortant, à la demande, déjà, du gouvernement.

D'ailleurs les syndicats tout comme la Société des journalistes ont également exigé, comme cela a été le cas lorsque le statut actuel de l'Agence fut adopté en 1956, que le personnel puisse se prononcer par le moyen d'un référendum sur tout nouveau projet. Cette demande reste tout à fait d'actualité.

Par conséquent notre association exige que le Rapport Pigeat soit rendu public, de façon que les décisions qui seront prises par le nouveau PDG le soient dans la transparence.

 

Association de défense de l'indépendance de l'AFP, le vendredi 9 avril 2010 - contact@adiafp.org - http://www.adiafp.org/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.