ODIS : une démarche et une méthode pour appliquer la démocratie participative

Il existe de multiples initiatives citoyennes qui ouvrent de nouvelles solutions promouvant des projets d'intérêt général et impliquant chacun  dans un objectif commun et partagé (AMAP, microcrédit, Wikipedia,...). Il existe aussi des défricheurs, des créateurs, des novateurs qui se regroupent en réseau pour essayer de mieux organiser la collaboration et la coopération.

Il existe de multiples initiatives citoyennes qui ouvrent de nouvelles solutions promouvant des projets d'intérêt général et impliquant chacun  dans un objectif commun et partagé (AMAP, microcrédit, Wikipedia,...). Il existe aussi des défricheurs, des créateurs, des novateurs qui se regroupent en réseau pour essayer de mieux organiser la collaboration et la coopération. Des initiatives méritent d'être connues, notamment celle d'ODIS et d'ODISSEE, qui proposent une démarche et des outils concrets pour appliquer la démocratie participative aussi bien en politique que dans le monde des associations, des collectivités locales ou encore à la gouvernance d'entreprise.

Dans le contexte de crise politique, de perte des repères, où les citoyens demandent à être écoutés et à participer, le système politique de même que la gouvernance des entreprises, même en démocratie, continuent à fonctionner sur d'anciens modèles très hiérarchiques, qui entretiennent une infantilisation et une déresponsabilisation de la base qui reste insuffisamment impliquée et où prospère une oligarchie de gouvernants et de sachants. La "démocratie participative" paraît être une utopie, un mot-valise, une louable intention  difficile à appliquer, par les partis politiques comme dans l'entreprise, les associations, les collectivités locales. Pourtant le monde a récemment évolué, notamment les outils de communication, basés sur Internet, qui permettent aux citoyens d'être mieux formés et informés, de chercher et trier l'information plutôt que se la faire imposer. Au delà des outils et de l'envie de s'exprimer et de participer, les citoyens sont aussi en recherche de sens de notre société, de notre vivre-ensemble, de valeurs et de direction. Le fondateur d'ODIS, Jean-François Chantaraud, nous propose d’inventer la « sémiocratie », allant au-delà de la démocratie. « Il faut organiser une circulation et une mutualisation de l’information afin que chaque idée, chaque expérience, chaque savoir-faire et chaque énergie trouve la place qu’il mérite au profit de tous ». « Apprendre à bâtir des raisonnement collectifs dans lesquels chacun de reconnaît ».

Le bureau d'étude L’ Observatoire du Dialogue et de l’Intelligence sociale (ODIS) avec le réseau-association ODISSEE  ont pour objectif de promouvoir la démocratie dans la société et dans l'entreprise en organisant le dialogue social impliquant les citoyens, pour bâtir une rélexion collective et pour construire un raisonnement, permettant à chacun de s'y reconnaître. Pour ce faire, ODIS a conçu une démarche et mis en place des outils qui sont le fruit de  plus de vingt années de conception, de pilotage et d'animation de processus de dialogue complexe en collaboration avec le système public, de nombreuses ONG et d'entreprises. ODIS, dirigé par Jean-François Chantaraud, a notamment produit des rapports d'analyse sur l'état social de la France et de ses régions, de l'Europe, du Monde, sur lesquels j'avais publié des articles (« Rapport ODIS 2012 », « Rapport Odissée sur l’état social de la France : le lien social est un facteur de performance »).

Crée en 1990, l'association ODISSEE est indépendante de tout mouvement politique, syndical ou religieux. Elle réunit aujourd'hui plus de 500 décideurs des sphères économique, sociale, politique, associative et universitaire. Son Conseil d'administration, présidé par Tanguy du Chéné, comprend notamment des DRH d'entreprises, des anciens administrateurs ou présidents d'organisme tels que l'INSEE, la CNAV et la CNAM, du Syntec, ou de collectivités locales. J'ai rejoint les "amis de l'Odissée" en contribuant aux discussions et à la promotion du rapport 2012 et en intervenant dans un forum à Montpellier sur le thème de la dette, en appliquant ces outils de dialogue participatif.

La méthode ODIS

La méthode procède d'une démarche et d'utilisation d'outil de transformation sociale.

Une démarche en trois phases :

  1. Entendre les grands témoins : les dits et les non-dits
  2. Comprendre l'identité collective, repérer et discerner les scénarios positifs et négatifs
  3. Donner à chacun son rôle dans la mise en oeuvre du scénario le plus positif possible

La démarche est itérative : une première analyse avec la production d'un contenu (constat, chiffres clés, témoignages,...) sert de support à la réflexion collective. Son contenu est mis au débat et chacun est invité à donner un avis, à se positionner par rapport à des options de scénarios. Le résultat de ce positionnement est analysé et restitué à l'assemblée collective pour ouvrir un dialogue.

Parmi les outils d'ODIS :

Le CV citoyen, qui valorise toutes les expériences, pas seulement professionnelles mais aussi associatives, les projets personnels, les activités en bénévolat, la participation à la vie citoyenne municipale, des think-tanks etc..  Ces experiences extra-professionnelles sont insuffisamment valorisées dans les processus de recrutement et d'évaluation, peu présentes dans les CV des candidats. Pourtant elles sont révélatrices d'engagements personnels, de dynamisme, de capacité à s'impliquer, à encadrer, à entraîner, à travailler en groupe et en coopération, à valoriser un intérêt général. Il s'agit de mettre en route un cercle vertueux où les étudiants, les candidats, les salariés, les associés, les partenaires, seront d'autant plus motivés à garnir leur CV citoyen que ce dernier sera valorisé réellement dans la présentation de leur expérience. L'ANDRH et le Syntec recrutement se sont associés dès 2008 à l'ODISSEE pour promouvoir le CV citoyen. Vous pouvez découvrir la démarche CV citoyen, ainsi que participer à la promotion du CV citoyen et créer le vôtre sur le portail www.cvcitoyen.org.

Le processus W pour organiser le dialogue entre décideurs, experts et participants dirigés, conjugué en 5 dimensions interconnectées afin de structurer les interactions : les interlocuteurs, le thème, le moment, le lieu, la méthode. Ce processus comporte 5 phases :

  1. L'appel à contributions
  2. Le traitement des contributions
  3. la réflexion collective sur les contributions
  4. Le recueil de réflexions complémentaires
  5. Le rapport global et les décisions

Le processus W - ODIS Le processus W - ODIS

 

La grille d'analyse de l'identité collective, qui s'établit en tenant compte du lien au territoire, des codes relationnels, du parcours historique et du projet collectif.

 

Une conclusion : Lien social et performance économique sont liées

Le rapport 2012 étendu à une vision mondiale, de même que le dernier rapport 2013 « L’Etat Social de la France » qui présente des cartographies comparatives de 26 régions françaises (voir cet article de Challenges), confirment comme les rapports précédents, qu’il n’y a pas de véritable performance économique sans cohésion sociale. La corrélation ne montre pas si c’est plutôt le lien social qui entraîne la performance ou si la performance favorise un terrain propice au lien social. En fait il y a combinaison des deux avec une interaction vertueuse entre ces facteurs.

Le graphique ci-dessous, extrait du rapport 2012 sur le monde, montre la corrélation entre lien social et performance, plaçant les pays sur la carte (nuage de points), le nuage étant agglutiné autour d’une diagonale représentant la parfaite corrélation. Pour les statisticiens, le coefficient R2 est égal à 0,61, ce qui montre une très bonne corrélation.

525473258.jpg

 

362594775.JPG

Jean-François Chantaraud, remarque que les racines du lien social sont essentiellement :

-         les moyens et techniques de communication

-         des pratiques démocratiques durables

-         l’existence de contre-pouvoirs permanents,

-         une dialectique entre le pouvoir temporels (les décideurs) et le pouvoir spirituels (les analystes de la décision, les garants d’un système de valeurs, d’un référentiel d’évaluation)

-         des valeurs humanistes et une vision tournée vers l’avenir

-         l’existence de mécanismes relationnels entre les personnes et le système

 

Ainsi, plus l’information est mutualisée, plus la société attache de l’importance au respect des personnes, des faits, des territoires, des règles, des biens, des idées, et plus elle est tirée vers le haut et la droite de la carte.

Une autre grille de lecture nous est alors proposée par ODIS, traçant une autre diagonale :

3298556301.jpg

Cette convergence de résultat démontrée par les rapports ODIS une véritable leçon de politique : alors que la droite priorise la performance économique et la gauche la solidarité, le lien social, le vivre-ensemble, selon un clivage libéralisme/socialisme, cette étude révèle que les deux sont très liés. La conscience et la responsabilité citoyenne et la valorisation de l’être et de la relation humaine, plutôt que celle de l’avoir et du paraître, sont essentielles pour arriver à des efforts communs et à un consensus priorisant l’intérêt général, redonner l’impulsion à la création, à l’inspiration, que ce soit dans le domaine de la recherche, de l’entreprise, des arts et de la culture.

événement ODIS à MEDIAPART ?

Comme la démarche de Mediapart s'incrit dans l'objectif de faire avancer la démocratie dans une logique participative, Tanguy du Chéné et Jean-François Chantaraud sont tout à fait disposés à présenter leur dernier rapport et leurs outils aux lecteurs de Médiapart, et même d'appliquer la méthode de dialogue et d'analyse avec les participants. Je lance donc l'idée d'un forum sur le rapport ODIS, co-animé par les dirigeants d'ODIS et ODISSEE et Edwy Plenel !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.