Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 22 mai 2013

Enseignement supérieur: allons plus loin et à l'essentiel!

La réforme de l'enseignement supérieur proposée par le gouvernement va certainement dans le bon sens mais sans traiter vraiment les problèmes à la base de l'adéquation des choix d'orientation, de réponse aux besoins de la société et des entreprises, et les problèmes de moyens. De même que le débat et les critiques à l'occasion de sa discussion en Commission de l'Assemblée nationale, ne traitent pas à mon avis de l'essentiel.

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La réforme de l'enseignement supérieur proposée par le gouvernement va certainement dans le bon sens mais sans traiter vraiment les problèmes à la base de l'adéquation des choix d'orientation, de réponse aux besoins de la société et des entreprises, et les problèmes de moyens. De même que le débat et les critiques à l'occasion de sa discussion en Commission de l'Assemblée nationale, ne traitent pas à mon avis de l'essentiel.


Les objectifs premiers du gouvernement (voir le dossier de presse précisant les 20 mesures phares) sont "d'améliorer la réussite étudiante et relancer l'ascenseur social". C'est bien mais il aurait fallu à mon avis ajouter "motiver les jeunes en amont et mieux anticiper leurs aspirations et leurs potentiels pour les choix d'orientation, mieux imbriquer l'enseignement supérieur dans la vie économique et sociale, dans la vie active".

Le débat se polarise autour de l'introduction de cours en anglais, de la simplification de la cartographie des formations, les quotas pour les BTS et les IUT au bénéfice des bacheliers professionnels et technologiques, ou encore du regroupement en pôle spécialisés (concentration risquant de régionaliser les diplômes), ainsi que de la précarité des universités et des enseignants non traitée par la loi.

Alors qu'il ne faut pas oublier ces besoins essentiels :
-  mieux répondre aux nouveaux besoins de la société, des entreprises, avec des formations dans les technologies de demain, que les étudiants ne connaissent pas a priori,
-  mieux informer les étudiants déjà au lycée, évaluer leurs potentiels et motivations autres que scolaires, les salons étudiants ne suffisent pas, Ceci limiterait aussi les nombreux abandons entre la 1ère et 3ème année, les erreurs d'orientation, qui coûtent très cher.
-  préparer en même temps les jeunes à la vie active, progressivement, par exemple en généralisant l'alternance (dans les pays nordiques, presque tous les étudiants à l'université travaillent à mi-temps et financent en même temps leurs études et ont systématiquement un travail après leurs études), en les encourageant à créer leur entreprise, à faire du conseil, avec une mise à disposition de moyens mutualisés de type pépinière (locaux, ordinateurs, mise en réseau avec entreprises, chambres de commerce ...). De même mieux imbriquer la recherche et les entreprises.

Le projet de loi ne répond pas non plus en effet aux préoccupations urgentes budgétaires et financières : non prise en compte de l'actualisation de la masse salariale lors du passage à l'autonomie, un quart des universités ont une trésorerie négative ou nulle, précarité des étudiant, de certains enseignants et des personnels de recherche.

Il me semble que les cours en anglais sont une très bonne idée dans certains domaines touchant à l'international (économie, commerce international, affaires internationales, recherche,...), pas forcément pour attirer des étudiants étrangers mais pour que nos étudiants soient opérationnels dans leur domaine où l'anglais est devenu indispensable. Cela ne va pas tuer notre langue française, de même qu'en Allemagne cela n'a pas tué l'allemand ...

Recrutant moi-même souvent dans ma profession des stagiaires et alternants d'université et de grandes écoles de commerce, j'ai souvent (quasiment une fois sur deux) des étudiants étrangers, surtout Chinois, de pays d'Europe de l'Est et d'Afrique, qui sont très motivés, très travailleurs. Quand je leur demande pourquoi ils ont choisi la France, c'est souvent le coût peu élevé des études qui les attirent, comparé aux autres pays occidentaux. C'est ensuite pour eux un tremplin pour essayer de travailler en France, ce qu'ils souhaitent en général, même si la concurrence est forte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat