Enfin une commission d'enquête parlementaire sur les sondages de l'Elysée !

Comme l'annonce une dépêche de l'AFP, la commission d'enquête parlementaire sur les dépenses de l'exécutif pour sondages depuis 2007, voulue par les députés PS, devrait voir le jour le 27 janvier à l'occasion d'un vote à l'Assemblée nationale, a-t-on appris mardi à l'issue de la conférence des présidents.

Comme l'annonce une dépêche de l'AFP, la commission d'enquête parlementaire sur les dépenses de l'exécutif pour sondages depuis 2007, voulue par les députés PS, devrait voir le jour le 27 janvier à l'occasion d'un vote à l'Assemblée nationale, a-t-on appris mardi à l'issue de la conférence des présidents.

 

Ce que François Bayrou avait dénoncé déjà le 3 juin, avant que l'affaire soit publique (du coup on l'avait injustement traité de parano pendant la campagne des élections européennes alors qu'il avait parfaitement raison), et sur quoi il souhaitait non seulement une commission d'enquête mais aussi une transparence permanente sur ce sujet. Merci aux députés du PS d'avoir demandé cette enquête. Remarquons que les députés du Nouveau Centre auraient pu le faire, s'ils défendaient vraiment certaines valeurs dont ils se targuent ... François Bayrou ne pouvait malheureusement pas le faire puisque le MoDem n'a pas assez de députés pour constituer un groupe parlementaire.

 

Delphine Batho (PS) a déclaré à l'AFP qu'elle souhaitait que cette commission d'enquête permette de "faire la lumière sur les relations entre l'exécutif et les instituts de sondages ainsi que sur la mise en scène médiatique de ces sondages".

 

110266988.jpgLe MoDem souhaite aller beaucoup plus loin et espère que ce sera une première étape pour vraiment encadrer les sondages, leur donner toute la transparence qu'il se doit dans une démocratie comme la France. Comme le déclare Robert Rochefort, député européen du MoDem, sociologue et ancien patron du Credoc, au Figaro :

 

Elle doit être "une première étape vers un encadrement strict et concret de la pratique des sondages par l’exécutif".


"Les citoyens sont en droit de savoir qui paie les sondages et qui les publie".


"Les différents ministères, le service d’information du gouvernement rattaché au Premier ministre et l’Elysée financent de très nombreuses études auprès de la plupart des instituts. Celles-ci sont parfois rendues publiques lorsque les résultats paraissent favorables à l’exécutif ou restent confidentielles. Il arrive qu’elles soient publiées sans toujours préciser qu’elles bénéficient d’un financement public", constate l'eurodéputé.
Robert Rochefort propose en conséquence que "tous les sondages financés par le contribuable" donne "lieu à une publication objective et complète de leurs résultats" et que "les données techniques sur le déroulement des enquêtes et sur le redressement des résultats" soient "librement consultables sur Internet".

 

Comme il précise sur le site du MoDem, il est indispensable d’adopter des principes simples :

- Tous les sondages financés par le contribuable doivent donner lieu à une publication objective et complète de leurs résultats.


- Les données techniques sur le déroulement des enquêtes et sur le redressement des résultats doivent pouvoir être librement consultables sur Internet.


- Pour les sondages particulièrement sensibles, ils doivent être communiqués avec une fourchette de significativité (par exemple : 47% , +/- 3%).


- La commission nationale des sondages doit être réformée et ses pouvoirs étendus. Elle doit bénéficier d’une réelle expertise technique.

 

Cette commission doit donc être une première étape vers un encadrement strict et concret de la pratique des sondages par l’exécutif."

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.