Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 26 oct. 2016

Présidentielle 2017 : les primaires remplacent le 1er tour !

Puisque les sondages annoncent Marine Le Pen au second tour, voire aussi en tête, quels que soient les autres candidats challengers, son rival est quasi certain d'être élu. Cette élection nous vole notre premier tour. C'est pourquoi nous avons tous notre mot à dire pour choisir grâce aux primaires, de gauche comme de droite, le challenger le meilleur ou le moins pire pour le pays.

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Habituellement, le premier tour de l'élection présidentielle sert à choisir notre candidat préféré, puis le second tour sert à tout le moins (si notre préféré n'y est pas) à éliminer celui que nous ne voulons pas. Il est aussi l'occasion de se mettre d'accord sur un rassemblement, voire une alliance, par soutien des perdants du premier tour à un des deux gagnants. C'est entre les deux tours que sont validés les derniers réglages des investitures aux législatives qui suivent un mois après et que se profilent les rapports de force futurs à l'Assemblée nationale.

Mais en 2017 le contexte est différent. Hormis pour les partisans du FN, c'est pour les autres comme si l'élection n'était plus qu'à un seul tour. La nouveauté de cette présidentielle est aussi la généralisation des primaires, à gauche, à droite et chez les écologistes EELV.

Si le vote des primaires était limité aux adhérents de chaque parti, le gagnant bénéficierait probablement aux candidats les plus radicaux, ayant la ligne la plus dure qui en général polarise les militants. L'élection présidentielle aurait une offre de candidats  autour desquels l'ensemble de la population aurait du mal à adhérer ensuite face à la candidate Marine Le Pen. Un rival qui focaliserait le rejet (Sarkozy ou Hollande) risque, par l'abstention, de faire passer Le Pen. Il est donc crucial, vital, d'avoir un challenger qui au moins ne suscite pas le rejet, voire maximise la satisfaction de l'ensemble des Français. C'est donc plutôt un bien que les primaires soient ouvertes.

C’est en cela que les primaires sont devenues le premier tour de l'élection présidentielle, mais au lieu de nous faire choisir uniquement notre candidat préféré, elles nous permettent aussi déjà de peser pour rejeter les candidats que nous ne voulons pas.

Il s'ensuit aussi une nécessité de rassemblement dès le premier tour puisqu'on ne pourra pas le faire entre les deux tours. Du coup les clivages internes au sein des partis ont tendance à s'exacerber pendant les primaires, ce qui explique la fracture ouverte entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, sur le thème du rassemblement ou non avec les Centristes, notamment François Bayrou. 

Ne vous laissez pas voler votre premier tour, votez à la fois à la primaire de droite et à celle de gauche !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique