Les Allemands seraient les Européens les moins riches, selon une étude de la BCE

Selon une étude de la BCE (disponible en anglais et en Allemand sur le site de la Bundesbank), les Allemands sont les moins dotés en terme de richesse patrimoniale, bien qu'ils soient dans les premiers en termes de revenus PIB/habitant.

Selon une étude de la BCE (disponible en anglais et en Allemand sur le site de la Bundesbank), les Allemands sont les moins dotés en terme de richesse patrimoniale, bien qu'ils soient dans les premiers en termes de revenus PIB/habitant.

http://www.lesechos.fr/medias/2013/03/25/552097_0202661164879_web_tete.jpg

Comparant les niveaux médians (séparant 50% de la population), les Chypriotes possèdent 5 fois plus de patrimoine que les Allemands, les Belges 4 fois plus et  les Espagnols et les Italiens 3,5 fois plus : le patrimoine médian net des Allemands se monte à 51 000 €,contre 114 000 € en France et près de 180 000 € en Espagne.

En comparaison sur la moyenne, les Allemands possèdent un patrimoine moyen de 195 000 euros, moins que les Espagnols (286 000 euros) et les Français (229 000 euros).

C'est l'immobilier qui explique la raison essentielle de cette relative pauvreté allemande.  Seuls 44% des Allemands sont propriétaires, contre 57,9% des Français et 82% des Espagnols. Précisons que l'étude prend en compte la valeur des biens possédés et retranche les dettes des ménages. Chiffres basés sur 2010 et pour partie 2008.
Par ailleurs, la richesse allemande est très concentrée : les 10% des ménages les plus riches (ceux qui possèdent plus de 440 000 euros) détiennent 60% de la richesse privée. Si l'on prend le coefficient de Gini qui mesure les inégalités (le zéro étant l'égalité absolue et le un l'inégalité maximale), l'Allemagne affiche un taux de 0,78, moins que les Etats-Unis (0,85) mais davantage que la France (0,76).

Précisons que cette étude, réalisée auprès de 62 000 ménages de la zone euro, est critiquée sur la méthode : les droits de retraite ne sont pas comptabilisés, d'une part, et les chiffres ne sont pas rigoureusement comparables, d'autre part. Comme le rappelle cet article des Echos, "ceux de la Bundesbank sont basés sur une enquête réalisée entre septembre 2010 et juin 2011 auprès de 3.565 foyers. Les chiffres français sont issus d'une étude de l'Insee publiée en 2012 et ceux espagnols remontent à 2008, que la Banca de España a publiés en 2011. Une nuance qui a son importance : depuis 2008, les prix de l'immobilier ont chuté en Espagne." Cependant ses résultats sont confirmés par une étude récemment réalisée par l'assureur allemand Allianz classant les ressortissants de cinquante pays selon leur fortune.

der.spiegel.jpg

Cette étude, qui a fait la Une du Spiegel en titrant « Le mensonge de la pauvreté – comment les pays européens en crise camouflent leur richesse. », a abassourdi les Allemands et les a mis en fureur. Elle n'est pas de nature à encourager de la part des Allemands la solidarité européenne à l'égard des pays fragilisés et la mutualisation des dettes. Lorsque par ailleurs le PS, dans un texte soumis à la convention Europe du parti,  prend une posture de confrontation à l'égard de l'Allemagne, dénonçant "l'intransigeance égoïste de la Chancelière Merkel" – qui ne songe à rien d'autre qu'à l'épargne des déposants outre-Rhin, on voit poindre les germes d'une discorde néfaste et dangereuse pour l'Europe et pour la paix de ses peuples. C'est une faute politique grave d'employer de tels termes qui prêtent des intentions hégémoniques à un partenaire et suscitent les mauvaises passions.

REFERENCES :

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202659625566-les-menages-francais-plus-riches-que-les-foyers-allemands-552097.php
http://www.boursier.com/actualites/economie/les-allemands-seraient-les-europeens-les-moins-riches-selon-la-bce-19335.html
http://allemagne.blog.lemonde.fr/2013/03/22/les-allemands-moins-riches-que-les-espagnols-et-les-francais/
http://www.rue89.com/rue89-eco/2013/04/16/les-grecs-plus-riches-les-allemands-kolossalen-skandal-241507




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.