Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2016

La politique est morte, vive la politique !

La politique a mauvaise réputation. Alors qu'elle était autrefois une vocation, comme la médecine ou l'enseignement, elle est maintenant perçue plutôt comme une lutte de pouvoir et l'entrée sur un ring de boxe.

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au début, a priori, en théorie, la politique est noble, sert un idéal au service des autres et de l'intérêt général, prône de belles valeurs, un langage de vérité, l'exemplarité et l'honnêteté, permet d'exercer la démocratie par une juste  représentativité des citoyens via les partis et le vote. Elle enthousiasme les militants prêts à tout donner d'eux-mêmes, temps, argent, sacrifice parfois familial ou professionnel, au début en soutien de personnalités, puis en présentant leur candidature et en prenant leur propre risque.

A la fin, a posteriori, en pratique, la politique est parfois et même bien souvent vile, sert des intérêts claniques ou personnels au bénéfice de quelques-uns, ne garantit pas la juste représentation des partis et des courants d'opinion (scrutin majoritaire), parle la langue de bois, permet à des élus qui ont menti, non tenu leurs promesses ou commis des tricheries et des abus de biens sociaux de continuer leur mandat et de se représenter. L'avidité du pouvoir et des honneurs, ainsi que le carriérisme politique prend le pas sur la défense des belles idées. La politique finit par désillusionner et dégoûter les citoyens et mêmes les militants. Ceux qui ne sont pas adoubés par leur partis, investis puis élus, sont dans la plupart des cas ignorés voire méprisés, bon à rester des petits soldats pour tracter et coller des affiches, organiser bénévolement des meetings et recruter des adhérents. On attend d'eux une diffusion de la parole de leurs dirigeants élus et non l'expression de leur avis s'il est différent ou de leurs propositions.

En permanence jaugée à l'aune des sondages, la politique consiste de plus en plus à séduire un électorat et à éviter les propositions et les décisions courageuses (et non populaires), ce qui explique le problème du déficit public chronique et de la dette publique cumulée depuis 30 ans. Elle manque aussi à son devoir de pédagogie. Les élus et les partis ont de plus en plus mauvaise presse (sauf les maires, les élus de proximité), soupçonnés de connivence avec les lobbies, de clientélisme, de défense de leurs privilèges (en atteste le livre édifiant "Pilleurs d'Etat" de Philippe Pascot, ancien adjoint au maire d'Evry Manuel Valls).

La politique est un vrai rouleau compresseur et elle est devenue presque un gros mot, comme la mafia. Voilà où nous en sommes, voilà ce qui creuse le fossé entre les élites élues et le peuple des citoyens, ce qui déprime et favorise le repli, l'abstentionnisme, les manifestations anarchiques de Nuit Debout et qui nourrit aussi le populisme.

Pour qu'elle reprenne ses lettres de noblesse et redonne envie, il faut la refonder profondément, modifier les institutions (scrutin proportionnel mais gare au scrutin de liste qui permet aux partis de désigner les heureux élus !), limitation en nombre et en durée des mandats, sanction de l'absentéisme, démocratie plus participative permettant de voter pour des idées et d'en débattre,...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart