Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 29 janv. 2014

Avantage du capital au détriment du travail : une fausse idée ?

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre modèle de société économique basé sur le libre-échange a évolué vers une forme de capitalisme de plus en plus financiarisé. Il a généré des inégalités croissantes et n'a pas su endiguer la pauvreté. Le sommet de Davos se rend à l'évidence : les inégalités entre pays ont décru ainsi que le nombre de "très pauvres" avec l'essor des pays émergents, mais les inégalités ont cru au sein de chaque pays, les plus riches s'appropriant la grande part de richesse créée (aux Etats-Unis l'an dernier 9/10ème de la richesse supplémentaire créée a bénéficié aux 1% les plus riches). Ces dernières années, en France comme dans le reste de l'Europe, les salaires ont stagné de même que le pouvoir d'achat (qui a même diminué en france ramené en évolution du PIB/habitant). Cependant, il est une fausse idée persistante martelée par des militants de gauche : celle que la rémunération du capital (dividendes) s'est réalisée au détriment de celle du travail (les salaires).

L'INSEE vient de publier un document appuyé de statistiques  « trente ans de vie économique et sociale » auquel Médiapart fait référencedans un article de Laurent Mauduit intitulé « Un capitalisme qui avantage toujours plus les dividendes et la rente », reprenant à nouveau cet antienne.

Les chiffres et graphiques présentés sont réels. En effet on peut montrer une augmentation des dividendes et une stagnation des salaires, de même qu'une augmentation de la marge brute des entreprises sur la période postérieure à 1984. Mais la conclusion est un peu rapide car il manque plusieurs éclairages à ces chiffres : ceux du coût du financement bancaire qui a été de plus en plus remplacé par le recours aux marchés, ceux de la rentabilité obtenue par les investisseurs (dividendes rapportés au capital investi), ceux de la comparaison des marges des entreprises avec les autres pays et l'impact sur l'autofinancement et l'investissement en R&D.

Car s'il est vrai que la part des dividendes dans la VA a augmenté, ce n'est pas au détriment de celle des salaires, qui est restée stable (depuis 1986 après une pointe en 1980), mais des intérêts bancaires. Ceci car il y a une une désintermédiation croissante, le financement bancaire étant de plus en plus remplacé par le recours aux marché (actions et obligations) en tout cas pour les entreprises cotées.

On entend souvent cet argument du transfert de la valeur ajoutée du travail vers le capital, arguant que la part des dividendes versés sur la valeur ajoutée a augmenté au détriment de celle du travail. En fait la part des salaires dans la VA a décroché au début des années 1980 puis est restée très stable. La part des dividendes a continué à croître mais pas au détriment des salaires, ce fut au détriment des intérêts bancaires, car les entreprises ont eu de plus en plus recours aux marchés à la place des financements bancaires.

 Voir cette intéressante analyse : http://resultat-exploitations.blogs.liberation.fr/finances/2010/10/dividendes.html

Source : INSEE

 Source : INSEE ; part des dividendes, des intérêts et de l'impôt sur les sociétés dans la valeur ajoutée des sociétés françaises.

On observe que la part des dividendes dans la Valeur Ajoutée a augmenté en même temps que la part des intérêts a fortement chuté. En revanche la part des salaires dans la Valeur Ajoutée est restée stable depuis 1984. En valeur absolue, les versements annuels de dividendes en France sont passés de 55 Mds€ annuels en 1990 à 120 Mds€ en 2000 puis 230 Mds€ environ sur 2007/2008/2009. En même temps les entreprises se sont désendettées après s'être fortement endettées à taux élevés à partir du choc pétrolier jusqu'en 1983 (pic d'endettement).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles