Sacrée galette !

Traumatisés que nous sommes par les évènements de la semaine dernière, et galvanisés par notre réponse collective de dimanche, chacun d’entre nous se demande comment nous allons poursuivre sur cette voie. La réponse est là cependant, à portée de nos esprits. La société multi cultuelle à la française existe déjà sous nos yeux et la plupart du temps nous ne la voyons pas.

En ce début de janvier les catholiques français partagent la galette de la fête religieuse de l’Epiphanie fabriquée par … un grand nombre de boulangers musulmans français.

Certes tout n’est pas si simple. Et pourtant, tout est très simple. Tous les mangeurs de galettes ne sont pas catholiques, et tous les boulangers ne sont pas musulmans. Mais on ne peut nier que d’une part, la galette est devenue au fil des années un incontournable moment de tradition à la française, et que d’autre part elle est de plus en plus fréquemment  fabriquée par des boulangers musulmans.

En effet la colonisation n’a pas eu que de lourds inconvénients : elle a eu quelques avantages, entre autres celui de perpétuer l’amour et l’apprentissage du bon pain. Et comme le métier de boulanger est un métier difficile et dévoreur de temps, il est peu à peu abandonné par les apprentis. Les français d’origine maghrébo-musulmane, forts de leur expérience dans leur pays d’origine, se l’approprient peu à peu, et ce métier fonctionne dès lors comme un ascenseur social. De la même façon que les portugais sont devenus peu à peu maçons puis entrepreneurs, les marocains et autres peuples issus du Maghreb, investissent peu à peu le métier de boulanger pâtissier où ils excellent.

 

Mon propos n’est pas bien sûr de dresser une étude sociologique, il s’agit juste pour moi de jeter un clin d’œil malicieux sur notre vie de ces jours ci. Nous nous creusons la tête à propos de la Laïcité, de la nécessité d’intégrer enfin cette troisième religion résolument installée dans notre pays, et je suis absolument d’accord sur la nécessité de cette Réflexion. Mais n’oublions pas de voir ce qui existe  déjà, bien installé dans nos vies. Notre pays qui a été judéo chrétien durant des siècles assimile peu à peu cette troisième religion qu’est l’Islam. Ce n’est pas toujours facile, en particulier en raison du rôle qui y est assigné à la Femme. Il y a des craquements, des ruptures, parfois des fossés qui peuvent paraître insurmontables. Mais sachons voir l’immensité du chemin déjà parcouru : de l’autre côté de la Méditerranée avec ces jeunes femmes tunisiennes, tête nue et gambettes à l’air,  qui partent à leur travail,  et du notre : cette sacrée galette devenue symbole de la tradition à la française.

 

 

                                                                       Marie Annick Gaudin/ 13 janvier 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.