Mouvement étudiant à Toulouse.

Aujourd'hui un nouveau mouvement étudiant finit par dégénérer à Toulouse.

Cet article vise à soutenir le mouvement étudiant, trop étouffé par les violences et la répression policière. Etant moi-même étudiante à l’université du Mirail, je ne peux qu’être fière de ces mouvements qui jour après jour secouent les rues toulousaines.

Aujourd’hui, vendredi 07 décembre, une manifestation a eu lieu à Toulouse, une manifestation pacifiste qui s’est fini comme d’habitude par une débandade de violences, d’un côté comme de l’autre…Mais comment pourrions-nous en vouloir aux citoyens d’être en colère contre ces mesures mises en place, mesures répressives visant à contenir les manifestations ? Tisséo et surtout la mairie toulousaine ont décidé de prendre part contre le mouvement citoyen, en bloquant à tour de bras les transports en commun nous permettant de rejoindre le centre-ville …Je tiens à rappeler que le droit de manifester est inscrit dans la constitution, et que même si Emanuel Macron décide de tout bloquer, ça ne prouve qu’une chose : la peur du gouvernement et celle des mairies face à des débordements qu’ils causent eux-mêmes avec des mesures, lois et changements qui dépassent l’entendement du peuple français.

En cette belle journée ensoleillée, les étudiants toulousains de plusieurs universités, que l’on comptait par milliers (près de 2000 selon l’UET) ont décidé de se rejoindre pour un parcours pacifiste. On a pu y assister en direct grâce notamment à une jeune femme nommée Lola, journaliste amateur, qui a pu partager le mouvement en direct. Bien entendu j’étais l’une des spectatrices du direct.

Tout se passait bien jusqu’à ce qu’ils tombent sur un barrage de CRS qui leur demandait de marcher à visage découvert et de marcher simplement, évitant les débordements. Leur parcours était simple : départ de Palais de justice au grand rond pour arriver à François verdier où ils se sont retrouvés bloqués. Deux choix s’offraient à eux : passer en force et se faire gazer ou décider de reprendre leur route vers fer à cheval sans faire de vagues. Les manifestants sont arrivés à Saint-Cyprien où les choses ont pris une autre tournure au moment du rassemblement de fin de manifestation, là où certains ont fait le choix de ne pas en rester là.

Les manifestants ont décidé de caillasser les CRS présents, après tout ils subissaient des violences inutiles depuis près d’une semaine, à chaque manifestation entamée dans le calme et le pacifisme ; ce qui a déclenché une réponse violente de la part des forces de l’ordre, ripostant à coups de tir de flash-ball. Bien que ce soient les manifestants qui ont entamé les violences, est-il juste de riposter avec des armes qui peuvent causer des dégâts graves sur des étudiants ne portant aucune protection ?

Ma question est la suivante : quand le peuple en a marre et l’exprime de toutes les façons possibles et imaginables, est-il juste et censé de riposter par plus de violence sans songer une seconde à ce que les armes utilisées peuvent causer sur autrui ? Je suis personnellement d’accord avec le peuple, quel que soit sa réaction, bonne ou mauvaise…La répression est telle, que ce sont les forces de l’ordre qui choisissent les chemins à emprunter, ce sont eux qui choisissent comment on doit s’exprimer, marcher, quel sens doivent prendre les manifestations…Pourquoi ? N’est-il pas là notre droit le plus fondamental de choisir la façon dont on souhaite manifester ?

Quoi qu’il en soit, pour ceux qui ont suivi le direct, vous savez maintenant comment les choses ont dégénéré et qui possède la force pour l’instant mais je suis sûre que tôt ou tard la peur va changer de camp, vu qu’elle commence déjà à consumer les classes dirigeantes et que nous, militants, perdons notre peur au profit d’une liberté qui nous est volée, jour après jour.

Merci à Kevin pour son travail acharné pour l’obtention d’informations fiables et merci à Lola pour son témoignage et son direct.

Au plaisir de continuer à suivre les luttes et de vous en faire part régulièrement.

La lutte ne prendra fin que quand ce gouvernement corrompu prendra en compte la force et la détermination des citoyens français, toujours prêts à aller de l’avant, quelques soient les conséquences.

Balaguero Maria, votre journaliste en herbe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.