"Vinci, SNCM : le double jeu de la Commission européenne" :

Marie Batoux et Corinne Morel Darleux, du Parti de gauche, soulignent l'incohérence, selon elles, des décisions prises à Bruxelles, qui autorise l'Etat français à aider la filiale du groupe Vinci en charge de Notre-Dame-des Landes, mais pas la SNCM, qui assure le              service public de transport entre la Corse et le continent.


A Bruxelles, la concurrence est libre et non faussée... Enfin, ça dépend des fois. C'est ainsi qu'on apprend que la Commission européenne vient d'autoriser l’État français à verser 150 millions d'euros à la filiale de Vinci en  charge de la réalisation de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et dans le même temps qu'elle réclame en tout 440 millions d'euros à la SNCM pour  remboursement d'aides du même État.

Voilà qui a de quoi étonner. D'un côté, le groupe Vinci, qui en 2011 affichait 1,9 milliard de résultat net.   De l'autre, la SNCM, compagnie d’utilité publique, dont le  chiffre d'affaires annuel n'atteint pas le seuil des 440 millions que lui réclame aujourd'hui la Commission européenne !

(...) http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/231113/vinci-sncm-le-double-jeu-de-la-commission-europeenne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.