"Si quelqu'un a gagné aujourd'hui, c'est la Grèce qui lutte, la Grèce qui espère." Discours d'Alexis Tsipras aux Propylées

« Aujourd'hui, le peuple grec a écrit l'histoire, l'espoir a marqué l'histoire. Le peuple grec souverain a donné aujourd'hui un mandat, fort, sans équivoque et clair. La Grèce tourne la page. La Grèce laisse derrière elle la catastrophe austéritaire, la peur et l'autoritarisme. Elle laisse derrière elle cinq années d'humiliation et de souffrances. Et la Grèce avance avec optimisme, espoir et dignité, pas à pas, vers une Europe qui change. Et Syriza, vous et Syriza, et notre peuple seront les exemples du changement en Europe. Notre peuple et la Grèce qui a fait un pas dans l'histoire, un pas en avant, pour retrouver l'ensemble des peuples européens.

Aujourd'hui, nous faisons la fête. A partir de demain, nous commençons le dur travail. Le verdict donné par le peuple grec ferme sans ambiguité le cycle vicieux de l'austérité dans notre pays. Dans notre cadre européen commun, le verdict du peuple grec fait désormais de la troika du passé.

Nous sommes pleinement conscients que le peuple grec ne nous donne pas aujourd'hui un bulletin blanc mais qu'il nous demande de faire renaître et de restaurer la cohésion sociale dans le pays. Nous allons utiliser cette confiance et former un gouvernement qui représentera toutes les Grecques et les Grecs. Nous allons faire confiance à chaque Grecque et chaque Grec indépendamment du fait qu'il ait ou non voté pour nous. Nous allons nous battre tous et toutes ensemble pour reconstruire notre pays sur de nouvelles bases équitables de justice et de dignité.

Aujourd'hui, mes amies et amis, citoyens d'Athènes, je m'adresse à chaque Grecque et chaque Grec qui maintenant nous écoute, aujourd'hui, il n'y a pas de gagnants et de perdants. Aujourd'hui, a été battue la Grèce des élites, la Grèce des oligarques, la Grèce des aberrations antidémocratiques, la Grèce de la dissimulation et des saisies. Et si quelqu'un a gagné aujourd'hui, c'est la Grèce des travailleurs, la Grèce du travail, la Grèce de la connaissance, la Grèce de la création, la Grèce de la culture. Si quelqu'un a gagné aujourd'hui, c'est la Grèce qui lutte, la Grèce qui espère, qui demande de l'espace et du temps pour re-créer un avenir avec dignité.

Chers amis, je tiens à vous remercier chaleureusement tous et toutes. Mais avant tout, je tiens à remercier tous ceux et toutes celles, qui sont des milliers de tous les coins de l'Europe, qui sont venus ici avec des délégations étrangères, je tiens à les remercier pour cette vague de soutien et de solidarité sans précédent avec le peuple grec en provenance de tous les coins de l'Europe. Notre victoire est aussi la victoire de tous les peuples européens qui luttent contre l'austérité qui détruit notre avenir européen commun. Dans l'intérêt commun de tous les peuples de l'Europe, je peux vous assurer que le nouveau gouvernement sera prêt à coopérer et à négocier, pour la première fois, avec nos partenaires pour une solution juste, viable et mutuellement profitable afin que la Grèce sorte du cycle vicieux du surendettement, afin que l'Europe revienne vers la stabilité, la croissance, la cohésion sociale et vers les valeurs et principes qui constituaient ses principes et valeurs fondateurs, tels que la démocratie et la solidarité.

Dans ce dialogue sincère, dans cette négociation essentielle, la Grèce, je veux vous l'assurer, viendra avec ses propres propositions appuyées, avec son propre plan national de réformes et de changement radical, avec son propre plan budgétaire pour les quatre années à venir, sans nouveaux déficits et sans excédents irréalistes. Elle viendra avec ses propres propositions sur la dette et son plan pour l'investissement et la reconstruction productive.

Chers amis, le nouveau gouvernement grec donnera tord à tous ceux qui jouaient les Cassandre à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Il n'y aura pas de rupture catastrophique mais la poursuite de l'assujettisement ne sera pas non plus toléré.

Nous avons devant nous une grande opportunité pour un nouveau départ en Grèce et en Europe. Pour une nouvelle politique, un nouveau modèle de relations fondées sur la confiance, le respect mutuel, la solidarité et la responsabilité.

Chers amis, notre priorité du lendemain sera le traitement des grandes plaies de la crise. Il s'agira de la restauration de la souveraineté populaire et de la justice. Il s'agira de la rupture avec des décennies d'acquis et de pathologies. De la rupture avec le clientélisme et la c orruption. De la promotion de réformes radicales de l’État, dans l'administration publique, partout. Mais notre priorité est avant tout de retrouver la dignité perdue de notre pays et de notre peuple. C'est cela le message de cette victoire de notre peuple aujourd'hui. Nous retrouvons l'espoir, nous retrouvons le sourire, nous retrouvons l'optimisme, nous retrouvons la dignité perdue de notre peuple.

Je tiens à remercier chacun d'entre vous tous et toutes, d'un bout à l'autre de la Grèce, qui avez mené ce combat formidable. Vous l'avez mené avec confiance, avec passion, avec optimisme. Vous avez pris l'espoir à deux mains et l'avez soulevé haut. Vous avez vaincu la peur. Vous avez redonné le sourire à chaque Grecque et à chaque Grec. Et je vous invite, dans ce moment historique et maintenant que toute l'Europe et le monde nous écoutent, à promettre que nous allons nous battre avec la même passion, avec la même confiance. En avant, donc, pour continuer ce long, difficile et beau combat. En avant, pour porter le soleil au-dessus de la Grèce. En avant, pour porter le soleil de la justice, le soleil de la démocratie, le soleil de la dignité. Nous réussirons. Ensemble, nous irons de l'avant et nous réussirons.

Geia sas. »

 

Non, je vous en supplie, non, n'oubliez pas mon pays

Odysseas Elytis invocation au « Soleil de la Justice »

musique: Mikis Theodorakis

Της Δικαιοσύνης Ήλιε Νοητέ - Μίκης Θεοδωράκης © SmileLikeYouMeanIt88

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.