CON & SIDÉRANT

En réponse à l'arrêté municipal publié le 18/10/2019 par la mairie de Calais, ayant pour objet l'interdiction de distributions de repas aux migrants dans certaines zones de la ville

Au printemps 2017 le tribunal administratif de Lille donnait raison aux associations humanitaires et annulait un arrêté municipal de la maire de Calais, Natacha Bouchart qui refusait les distributions alimentaires aux exilé-es.voir article GISTI

Cet automne 2019, la municipalité récidive avec un nouvel arrêté laissant entendre que les exilé-es mettraient en danger les touristes et familles qui vont venir soit disant en masse à Calais pour les festivités de fin d'année. Son arrêté interdisant les rassemblements et aides alimentaires au centre ville court jusqu'au 6 janvier.  On peut lire cet arrêté municipal ici

Voici une autre version de l'arrêté, réponse d'habitant-es de Calais :

                                                                            CON & SIDÉRANT


En réponse à l'arrêté publié le 18/10/2019 par la mairie de Calais, ayant pour objet l'interdiction de distributions de
repas aux migrants dans certaines zones de la ville


CONSIDÉRANT ​ que depuis le Printemps 2018, les services de l'Etat ont pris en charge la distribution de repas et d'eau dans différents secteurs de Calais afin de répondre aux besoins de la population migrante présente sur le Calaisis, tout en veillant à préserver l'ordre public sur le territoire communal ;


CONSIDÉRANT ​ que cette distribution ​ n'​ a, jusqu'à ce jour, ​ visiblement pas été suffisante pour répondre aux besoins de la population migrante ;


CONSIDÉRANT que ​ l'humanité et la solidarité de la population calaisienne mène, malgré les diverses interdictions, à des distributions des repas et d'eau non-encadrées organisées par quelques Associations, dans le centre-ville même de Calais, et notamment sur le parvis de la Gare de Calais-Ville, à proximité immédiate avec des habitations et des équipements publics (piscine, gare de Calais-Ville, établissements scolaires, etc.) ;


CONSIDÉRANT les troubles à l'ordre public, constatés par les forces de sécurité, générés par ​ un déni de situation d'urgence, un manque grandissant de considération de la part des autorités, et d'infrastructures dignes de ce nom​ , notamment au moment de la distribution des repas (amoncellement de déchets, déjections humaines, présence de rats, rixes, etc.) ;


CONSIDÉRANT que la Gare de Calais-Ville est un lieu de passage très emprunté quotidiennement par les usagers et les salariés de la SNCF ;


CONSIDÉRANT que le parvis de la Gare de Calais-Ville est également l'un des points de rencontre privilégié de la population calaisienne, en raison de sa situation géographique (point reliant les quartiers de Calais Nord et de Calais-Ville) et de ses commodités de stationnement (parkings situés à proximité où il y a les principaux arrêts de bus urbains) ;


CONSIDÉRANT dès lors, la nécessité de préserver une circulation fluide des véhicules aux abords de la Gare de Calais-Ville, ​ et qu'il n'y a pas lieu de penser que cette fluidité soit menacée;


CONSIDÉRANT au surplus, qu'en raison de la richesse de programmation culturelle, sportive et touristique de ces prochaines semaines à Calais (exemple : Week-end inaugural du Dragon de Calais, Running Z, Calais Anime l'Hiver, etc.), les familles et les touristes sont attendus en masse, à Calais, et que ​ l'intégration à ces évènements de populations habituellement mises de côté ne pourrait que les enrichir, ainsi qu'enrichir ​ la bonne organisation de ces évènements d'une part, mais ​ aussi de ​ montrer un exemple de tolérance, d'accueil et d'humanité auprès de ces familles et de ces touristes d'autre part ;


CONSIDÉRANT enfin qu'il appartient au Maire de garantir ​ la cohésion sociale dans son ensemble, de prévenir les comportements menant à l'exclusion​ , les ​ malentendus​ , et ​ désagréments provoqués par la situation d'urgence d'êtres humains de passage​ sur le territoire de la Commune ;


CONSIDÉRANT que pour toutes les raisons susmentionnées, il convient donc d'interdire les ​ altercations abusives, les ​ poursuites prolongées et répétées, notamment celles ​ qui sont de vigueur en fins de ​ soirées​ , dans les zones identifiées en annexe. Il convient au contraire d'intégrer pleinement les populations en difficulté afin de leur permettre de vivre des moments vivants, humains, des moments d'osmose à peu près normaux.


Citoyennes et citoyens de Calais soucieux de la préservation de la solidarité, de la tolérance, et de l'humanité.
Le vingt-six octobre deux mille dix neuf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.