Marie-Jean Sauret
Psychanalyse, recherche (articulation du sujet et du lien social), auteur
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2016

Europexit

L'Europe impose un gouvernement par traités contre lesquels il sera pratiquement impossible de revenir en arrière : cet ordolibéralisme démontre à la fois le poids des politiques au service du néolibéralisme et le détissage systématique de la démocratie. Une solution minimale : l'Europexit. Que l'Europe sorte d'elle-même.

Marie-Jean Sauret
Psychanalyse, recherche (articulation du sujet et du lien social), auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

EUROPEXIT

Les évènements politiques de ces derniers temps ne sont pas forcément réjouissants : ils permettent au moins de mieux percevoir le fonctionnement de nos institutions (allusion au vote du parlement Wallon… et pas encore à la victoire électorale de Donald Trump). Le premier constat est la constitutionnalisation des traités qui sont signés en notre nom : l’épisode du référendum sur la constitution européenne – dont le rejet a été contourné par un traité en reprenant les termes et avalisé par nos élus – n’est pas une exception. Ce tissu de traités participent d’un « ordolibéralisme », soit de la mobilisation des politiques de tout bord pour construire, grâce à un appareil juridique sophistiqué, l’Europe néolibérale de la finance, sans possibilité aucune, pour les peuples, de s’opposer et encore moins de revenir en arrière. La démocratie est devenue moins que formelle, une illusion. Cet « ordolibéralisme » est le faits d’agents : bien sûr, les grands capitalistes et industriels, mais également les politiques de tout bord convertis au (social) libéralisme, les grands commis de l’Etat, et tous ceux qui profitent du mouvement parce qu’ils sont nécessaires à son entretien.

Dans ces conditions, il n’y a aucune chance, jamais, que l’on puise dans le capital pour renflouer les caisses publiques, que l’on renforce la solidarité aux plans de la santé, de la retraite, et même du travail. Europe sociale est devenue synonyme de sa négation : réduire le coût du social partout où il existe jusqu’à le ramener à rien, exactement comme Nicolas Sarkozy a réussi à faire dire au beau mot « tolérance » exactement son contraire : « tolérance zéro ». Dans ces conditions, encore, on voit mieux ce qui s’est joué avec la Grèce : la France qui a vendu des Mirages et prêté l’argent pour les payer s’est faite la fausse amie d’un gouvernement dont elle a contribué à constituer la dette sur laquelle elle a spéculé. Et le système européen est conçu pour que ce soit les peuples qui remboursent les dettes contractées par les industriels et les banques : privatisation des bénéfices, socialisation des pertes – tel est le nouveau sens de « solidarité » et de « socialisme ». L’étonnant est de voir avec quelle désinvolture, pour ne pas dire cynisme, tel candidat ose répéter que l’harmonisation des retraites, alignées sur les plus basses, bien sûr, est une affaire de justice (!), tout en promettant la suppression de l’impôt sur les grandes fortunes. Les salaires des patrons, les gains des actionnaires, les parachutes dorés, etc., eux, ne sont pas injustes. La dernière nouvelle en date n’est pas mal non plus : il y a une injustice entre les (petits) propriétaires qui ont payé leur crédit et les locataires – les premiers ne supportant plus le poids d’un loyer, on va donc les taxer !

Finalement, les élections sont l’occasion pour des professionnels de la politique au service du néo-libéralisme (à quelques exceptions) de candidater à des fonctions lucratives au service d’un système qui le leur rendra bien : il n’y a qu’à voir comment le fait d’avoir organisé l’évasion fiscale au profit de son petit pays n’empêche pas de devenir président de la commission européenne, comment le fait d’avoir été commissaire européen, membre du groupe qui a négocié avec la Grèce, n’empêche pas d’aller travailler dans les banques responsables de la crise de 2009 ou parties prenantes dans la crise grecque ! Non, le capitalisme qui règne sur l’Europe n’est ni moral, ni démocratique. Le chef de l’Etat se réjouit de la baisse de la courbe (du calcul) alors même que le nombre des chômeurs est à un niveau jamais atteint. On nous fait espérer des améliorations dans la lutte contre le réchauffement climatique, en faveur de la biodiversité, à l’échelle de 50 ans : mais combien de morts de faim, de soif, de maladie, de guerre, d’ici-là, et combien de pauvres en plus ?

L’Europe est plus tolérante avec la Turquie d’Erdogan qu’avec les Kurdes qu’il massacre, avec Israël qu’avec le peuple palestinien, avec les émirats du Golfe qu’avec leurs esclaves, leurs salariés, les yéménites… et qu’avec le premier Syriza, Podemos, etc. Certains de ses responsables ont affirmé, à plusieurs reprises, que la démocratie ne peut aller contre ses décisions. Embêtée quand même, elle a donc besoin d’une démocratie de façade : le vote des Wallons au parlement Belge le rappelle, comme le fait que le CETA signé sera ratifié (n’en doutons pas) par les parlements européens.

La crise des valeurs que la seule valorisation de la rentabilité économique entraîne explique la crise identitaire. Un tel peut à la fois rappeler les racines chrétiennes de l’Europe et nos ancêtres les Gaulois ou Francs qui n’étaient pas spécialement chrétiens, dans l’oubli des peuples qui ont « déferlé », oui, sur cette partie du monde : Phébiciens, Celtes, Normands, Francs, Ostrogoth, Wizigoth, Goth, Arabes, avant les immigrés du XIXème siècle puis ceux du XXème. Il est clair que nous sommes nettement moins chrétiens pour les actuels : si le Christ était parmi eux (« J’étais étranger et vous m’avez accueilli »), il est peu probable que les « siens » le reconnaissent ! L’Europe exploite cette crise d’identité et profite de la pente de chacun à s’en remettre à un autre – soumission volontaire – qui le soulagerait de la construction d’une réponse singulière à la question de ce qu’il est, comme s’il était possible de constituer un peuple de semblables (serfs) à l’instar d’un parc automobile qui ne comporterait que des Mercédès (domination de l’Allemagne oblige) ! C’est pourquoi notre « oligarchie » peut compter sur le soutien d’une partie de la population.

C’est cette conception de l’Europe et ses effets délétères qui devraient être mis en avant, détaillés, lors des élections. Dans ce contexte, essayer de sauver son groupe à l’assemblée nationale parait dérisoire. Il vaudrait mieux lancer toutes ses forces dans la mise en commun des expériences de solidarité, d’alternatives économiques, d’une autre vie – qui fleurissent ici ou là. Oui, mobilisons-nous derrière un candidat qui, au-delà des Grexit ou Brexit – viserait un « exit » généralisé, un « générexit » de cette Europe-là. Ou, mieux nommé, un EUROPEXIT, une Europe qui sortirait d’elle-même. Pour se retrouver autre : à repenser tout-de-suite. A dire vrai, nous sentons bien qu’il ne suffira pas de sortir de cette Europe, mais de sortir du néolibéralisme lui-même à l’échelle de la planète. Si tout le monde en souffre (oligarchie mise à part), il y a encore suffisamment de forces qui semblent lui résister : il n’est donc pas trop tard.

Novembre 2016

Marie-Jean Sauret

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille