marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 mars 2012

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Témoignage: un fonds de solidarité pour pouvoir vivre (en musique!!!)

Au fil d'un ... fil, l'idée a été lancée d'un fonds de solidarité qui permettrait (à moi ou à d'autres, rien de personnel, hein...) de se dégager un peu de la nécessité immédiate de pourvoir aux besoins vitaux pour pouvoir écrire, produire, créer quelque chose d’utile à toute la communauté

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au fil d'un ... fil, l'idée a été lancée d'un fonds de solidarité qui permettrait (à moi ou à d'autres, rien de personnel, hein...) de se dégager un peu de la nécessité immédiate de pourvoir aux besoins vitaux pour pouvoir écrire, produire, créer quelque chose d’utile à toute la communauté (en tout cas quelque chose que plusieurs membres de la communauté auront reconnu comme valant, en soi, d’exister, et donc d’être soutenu).

Je veux soumettre ici, pour débat et réflexion, une expérience personnelle.

Un de mes oncles, octogénaire (qu’il me pardonne, c’est dit !...), et qui n’en est pas à son premier « coup » solidaire (j’ai entendu dire qu’il veille à consacrer à la solidarité autant que ce qu’il consacre à ses loisirs) sensible à ce qui se passait en Grèce, et en Espagne, a été choqué, l'an dernier, d'apprendre nos nouvelles, à ma soeur et moi.  Il se trouve qu’une de mes sœurs vit depuis vingt ans à Barcelone, avec son mari (Sénégalais) et leur tout petit (mais grand !!!) garçon. Il travaille comme il peut, elle est au chômage depuis longtemps déjà. Barcelone, pas Byzance, quoi.

Bref, notre oncle trouvait révoltante l’idée que des gens proches de lui soient confrontés à de telles injustices et doivent vivre dans la misère.

 A l’époque, je venais de recommencer les cours de piano (j’en joue depuis quarante douze ans environ), et je désirais vraiment très fort pouvoir offrir la possibilité à mes enfants (respectivement 14 et 9 ans à l’époque) de découvrir cet univers d’expression, pour pouvoir partager aussi.  

Il a donc lancé un appel, sous forme de lettre, qu’il a demandé de faire suivre à qui de raison. Il y exposait les raisons de sa colère, et y proposait de créer un fonds, sur lequel les donateurs volontaires, sans engagement de régularité ou de montant, pourraient déposer des sommes d’argent destinées à être utilisées par ceux, du cercle familial ou amical (restreint), qui en auraient besoin. En pratique, même si le prétexte a été fourni par la crise en Grèce et en Espagne (à un moment où mon salaire m’était diminué de moitié), et donc lié à des personnes particulières pour mon oncle, ce fonds n’est pas nominativement destiné à une ou plusieurs personnes. Ceux (celles) qui en bénéficient aujourd’hui l’abonderont peut-être, demain…

 Le fonds est géré par une amie, comptable qui se charge de tenir les comptes et d’effectuer les virements.

Je reçois personnellement, depuis avril dernier, chaque mois, environ 300 euros (jamais moins) ; je ne sais pas qui participe au fonds, et je cesserai de recevoir ce pécule quand je le demanderai (pour l’instant, je ne suis pas très bien barrée, mais je l’envisage), à condition bien entendu que le fonds soit alimenté jusque-là. Ca représente donc une somme importante, dont l’atout principal est qu’elle est versée régulièrement. Cela m’assure mon loyer, quoi qu’il arrive. Et me permet de me focaliser sur le reste, et de ne pas faire une croix sur la musique… Ca ne fait pas de moi une riche rentière, mais c’est une aide très importante.

Voilà. Lors de sa création, cela a suscité moultes réactions, certaines très positives, d’autres plus réservées, d’autres encore carrément hostiles.

Au-delà du caractère personnel, voire intime (dont je fais mon affaire personnelle… ), j’aimerais recevoir les avis de ceux qui le veulent sur ce sujet. Il y a dans chaque difficulté, dans chaque drame de celui qui n’a plus de quoi manger, ou doit se refuser un « luxe » (les cours de musique en sont un excellent exemple, à mon sens), une dimension sociale indéniable. La question étant, à mon avis : comment gérer de front les deux dimensions, sans tomber ni dans le paternalisme, ni dans l’assistanat, ni dans le misérabilisme ? Solidarité pourrait, si la forme exprime le fond, être un joli palimpseste (j’adore ce mot, pardonnez-moi).

Je pense que nous serons tous amenés, dans le futur, à revisiter activement nos principes, nos convictions et nos pratiques en matière de solidarité. Voilà, … à vos claviers, donc. Merci

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Avec le nucléaire, la France s’aligne sur les stratégies industrielles d’États autoritaires
Moins de 10 % de l’électricité mondiale a été produite par du nucléaire en 2021, selon un rapport annuel de référence. La Chine et la Russie construisent le plus de réacteurs à l’uranium, plaçant la France en bien mauvaise compagnie démocratique, alors qu’elle veut lancer de nouveaux EPR.
par Jade Lindgaard
Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Europe
Les Russes fuient vers le Kazakhstan, le président Tokaïev sur un fil face à la Russie
Plus de 200 000 citoyens russes sont entrés au Kazakhstan depuis le 21 février, et 50 000 y sont restés. Le président Kassym-Jomart Tokaïev tente de prendre ses distances avec le Kremlin sur le dossier ukrainien. Mais sa marge de manœuvre semble limitée, explique Michaël Levystone, spécialiste de l’Asie centrale.
par Laurent Geslin
Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André