marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 juin 2013

Le gouvernement grec ferme la radio télévision publique par coup d'Etat ministériel

Chers tous, voici les dernières nouvelles, gravissimes, de Grèce: le gouvernement, se conformant ainsi aux ordres de la Troïka, a procédé soudainement, par simple décision coministérielle ayant force de loi, à la fermeture de la Radio Télévision Publique de Grèce.

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chers tous, voici les dernières nouvelles, gravissimes, de Grèce: le gouvernement, se conformant ainsi aux ordres de la Troïka, a procédé soudainement, par simple décision coministérielle ayant force de loi, à la fermeture de la Radio Télévision Publique de Grèce.

Leur objectif officiel:  conformément aux instructions de la Troïka, qui a fait remarquer que l'assainissement du secteur public avait pris trop de retard (les 2000 licenciements prévus immédiatement n'ayant pas tous été effectués), permettre le licenciement de TOUS les journalistes et autres personnels dont le statut était, jusqu'aujourd'hui, celui de fonctionnaires ou assimilés, à compter de la publication de la décision, lire: immédiatement.

En pratique, il s'agit d'un coup d'état (car la décision ministérielle ayant force de loi) qui met en péril la liberté d'information inscrite dans la Constitution Hellénique.

4 des ministres qui devaient signer cette décision ont refusé de le faire, mais la décision a tout de même été annoncée par le porte parole du gouvernement.

Les journalistes et personnels de l'ERT, présents dans les locaux de la rue Messogeion, ont annoncé qu'ils ne sortiraient pas des bâtiments, et diffusent des émissions en continu.

De nombreux citoyens se sont regroupés et continuent d'affluer devant les bâtiments de la Radio Télévision à Athènes, mais aussi en province.

D'importantes forces de l'ordre (les fameux MAT, équivalents des CRS français) ont été amenées derrière les batiments, comme également en province.

Les journalistes du privé, en signe de protestation solidaire, se sont déclarés en grève. La direction de l'ESHEA (organe syndical de la branche) a déclaré la branche tout entière en état d'urgence.

Il s'agit, nous sommes nombreux à le craindre, d'un coup d'éclat du gouvernement qui risque fort de dégénérer, et donne déjà tous les signes d'un véritable coup d'état.

Anoter: les bâtiments centraux d'ERT, qui abritent des studios et du matériel de haute technologie, seront confiés... au "Ministère de la Protection du Citoyen" (comprenez: le ministère de l'intérieur et du flicage). Cela ne peut que rappeler les heures noires de l'histoire pas si ancienne de la Grèce.

Je continuerai, tant que possible, à alimenter ce billet des dernières nouvelles.

Pour l'instant, merci de tout faire pour faire savoir ce qui se passe, et diffuser les infos que vous pourrez glaner, ici ou ailleurs.

Solidairement et avec détermination,

ml

mise à jour (21h50 , heure grecque)

La porte parole du Pasok déclare à l'instant à la télé que le Pasok demande le retrait immédiat de ce décret (les 2 ministres du Pasok et les 2 de la Gauche Démocratique ont refusé de signer ce décret, qui n'a été signé que par les ministres de la Nouvelle Démocratie).Elle souligne avec virulence le sérieux de la situation.

Notez que ERT diffuse dans le monde entier, et est regardée et écoutée par les millions de Grecs de la diaspora, qui se sont jetés sur leurs téléphones pour protester. C'est, aussi, une attaque contre la Grèce de la diaspora, plus importante en nombre que la population vivant sur le sol hellénique...

 mise à jour (23h11):

La foule rejoint les bâtiments d'ERT et continue à affluer, l'avenue Messogeion (elle est grande) est désormais bloquée par le monde...

Les émetteurs sont déconnectés, un à un, en commençant par la province (Patras en premier).

Les syndicats, le KKE, déclarent maintenant leur solidarité.

 mise à jour (minuit et deux minutes, mercredi 12 juin 2013)

le signal vient de se brouiller sur notre écran. Je vous invite à suivre les nouvelles sur le twit d'Okeanews, ou de patienter...

je vous salue, tous, le silence envahit notre monde, Christos triture les boutons du téléviseur, le vent souffle dehors, on a peur, et on espère, et on a peur, et on espère, et...

mise à jour (mercredi matin, 7h 30)

l'émission marathon des journalistes d'ERT qui avaient annoncé qu'ils resteraient à l'intérieur des locaux, et continueraient à diffuser, par tous les moyens, est, je crois, toujours retransmise par zougla (mais je ne peux pas le capter sur mon vieil ordi, et au boulot... je n'ai pas de son!)

Bref... on ne sait toujours pas à quoi ressemble la situation, et ce qui se passera dans les heures et les jours à venir... je suppose qu'il y a encore du monde devant ERT, mais je n'en sais rien non plus. Obscurité totale, quoi

et je me demande: comment se fait-il que Mediapart n'ait toujours rien en une, une simple brève, quelque chose, qui informe de ce qui s'est passé hier (en gros: un coup d'état sur l'info libre en Grèce, tel qu'il ne s'en est JAMAIS fait ailleurs, ni en Grèce, lors de la dictature...) et prévienne, ou tout du moins s'interroge sérieusement sur les suites possibles???

 mise à jour (mercredi 13h50)

- les deux confédérations syndicales (ADEDY, public, et GSEE, privé) appellent à la grève demain

- au parlement, le parti des Grecs Indépendants (Panos Kammenos, droite dure, antimémorandum) a déposé une motion de censure

- le SYRIZA-EAM réclame la tenue d'élections.

mise à jour (jeudi 01h16)

important, je crois:un correspondant local d'une ville de province décrit comment un appel au rassemblement sur la place a donné lieu à une Assemblée Populaire,

et ajoute: pour la grève à laquelle appellent les deux confédérations syndicales (ADEDY, public et GSEE, privé), ERT a demandé que les cortèges du KKE (le PC grec) et des autres organisations ne forment qu'un rassemblement, ce qui ne s'est pas vu depuis des années. A chaque mobilisation, le KKE était dans son coin. J'y vois un signe important d'un changement dans les pratiques. Enfin un signe positif!!!

http://www.koutipandoras.gr/37865/%CF%80%CE%B1%CF%81%CE%B1%CE%BA%CE%BF%CE%BB%CE%BF%CF%85%CE%B8%CE%AE%CF%83%CF%84%CE%B5-live-%CF%84%CE%B7%CE%BD-%CE%B5%CF%81%CF%84.html

à l'instant, grâce à la Boîte de Pandore, le site de Kostas Vaxevanis, nous suivons le programme "autogéré" d'ERT (lien ci-dessus). Cliquez même si vous n'êtes pas hellénophones, il y a des images de la foule dehors, et de

les présentateurs appellent les gens à venir encore plus nombreux, à Athènes, et à Salonique, des concerts de solidarité devant les bâtiments d'ERT (Alkinoos Ioannidis, Papakonstantinou, etc..la crème des chansonniers et musiciens grecs) à Salonique, les services municipaux de propreté ont offert leurs services pour assurer l'entretien des espaces extérieurs où se tient la foule. Commentaire de la présentatrice, avec un grand sourire: "Autogestion, Adonis, Autogestion!"

Egalement des images du moment où les forces de police prennent le contrôle des bâtiments d'ERT à Hortiati (émetteur de Salonique), forçant les employés à abandonner leur lieu de travail, sous la menace de l'arrestation.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux