marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 juin 2013

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Le gouvernement grec ferme la radio télévision publique par coup d'Etat ministériel

Chers tous, voici les dernières nouvelles, gravissimes, de Grèce: le gouvernement, se conformant ainsi aux ordres de la Troïka, a procédé soudainement, par simple décision coministérielle ayant force de loi, à la fermeture de la Radio Télévision Publique de Grèce.

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chers tous, voici les dernières nouvelles, gravissimes, de Grèce: le gouvernement, se conformant ainsi aux ordres de la Troïka, a procédé soudainement, par simple décision coministérielle ayant force de loi, à la fermeture de la Radio Télévision Publique de Grèce.

Leur objectif officiel:  conformément aux instructions de la Troïka, qui a fait remarquer que l'assainissement du secteur public avait pris trop de retard (les 2000 licenciements prévus immédiatement n'ayant pas tous été effectués), permettre le licenciement de TOUS les journalistes et autres personnels dont le statut était, jusqu'aujourd'hui, celui de fonctionnaires ou assimilés, à compter de la publication de la décision, lire: immédiatement.

En pratique, il s'agit d'un coup d'état (car la décision ministérielle ayant force de loi) qui met en péril la liberté d'information inscrite dans la Constitution Hellénique.

4 des ministres qui devaient signer cette décision ont refusé de le faire, mais la décision a tout de même été annoncée par le porte parole du gouvernement.

Les journalistes et personnels de l'ERT, présents dans les locaux de la rue Messogeion, ont annoncé qu'ils ne sortiraient pas des bâtiments, et diffusent des émissions en continu.

De nombreux citoyens se sont regroupés et continuent d'affluer devant les bâtiments de la Radio Télévision à Athènes, mais aussi en province.

D'importantes forces de l'ordre (les fameux MAT, équivalents des CRS français) ont été amenées derrière les batiments, comme également en province.

Les journalistes du privé, en signe de protestation solidaire, se sont déclarés en grève. La direction de l'ESHEA (organe syndical de la branche) a déclaré la branche tout entière en état d'urgence.

Il s'agit, nous sommes nombreux à le craindre, d'un coup d'éclat du gouvernement qui risque fort de dégénérer, et donne déjà tous les signes d'un véritable coup d'état.

Anoter: les bâtiments centraux d'ERT, qui abritent des studios et du matériel de haute technologie, seront confiés... au "Ministère de la Protection du Citoyen" (comprenez: le ministère de l'intérieur et du flicage). Cela ne peut que rappeler les heures noires de l'histoire pas si ancienne de la Grèce.

Je continuerai, tant que possible, à alimenter ce billet des dernières nouvelles.

Pour l'instant, merci de tout faire pour faire savoir ce qui se passe, et diffuser les infos que vous pourrez glaner, ici ou ailleurs.

Solidairement et avec détermination,

ml

mise à jour (21h50 , heure grecque)

La porte parole du Pasok déclare à l'instant à la télé que le Pasok demande le retrait immédiat de ce décret (les 2 ministres du Pasok et les 2 de la Gauche Démocratique ont refusé de signer ce décret, qui n'a été signé que par les ministres de la Nouvelle Démocratie).Elle souligne avec virulence le sérieux de la situation.

Notez que ERT diffuse dans le monde entier, et est regardée et écoutée par les millions de Grecs de la diaspora, qui se sont jetés sur leurs téléphones pour protester. C'est, aussi, une attaque contre la Grèce de la diaspora, plus importante en nombre que la population vivant sur le sol hellénique...

 mise à jour (23h11):

La foule rejoint les bâtiments d'ERT et continue à affluer, l'avenue Messogeion (elle est grande) est désormais bloquée par le monde...

Les émetteurs sont déconnectés, un à un, en commençant par la province (Patras en premier).

Les syndicats, le KKE, déclarent maintenant leur solidarité.

 mise à jour (minuit et deux minutes, mercredi 12 juin 2013)

le signal vient de se brouiller sur notre écran. Je vous invite à suivre les nouvelles sur le twit d'Okeanews, ou de patienter...

je vous salue, tous, le silence envahit notre monde, Christos triture les boutons du téléviseur, le vent souffle dehors, on a peur, et on espère, et on a peur, et on espère, et...

mise à jour (mercredi matin, 7h 30)

l'émission marathon des journalistes d'ERT qui avaient annoncé qu'ils resteraient à l'intérieur des locaux, et continueraient à diffuser, par tous les moyens, est, je crois, toujours retransmise par zougla (mais je ne peux pas le capter sur mon vieil ordi, et au boulot... je n'ai pas de son!)

Bref... on ne sait toujours pas à quoi ressemble la situation, et ce qui se passera dans les heures et les jours à venir... je suppose qu'il y a encore du monde devant ERT, mais je n'en sais rien non plus. Obscurité totale, quoi

et je me demande: comment se fait-il que Mediapart n'ait toujours rien en une, une simple brève, quelque chose, qui informe de ce qui s'est passé hier (en gros: un coup d'état sur l'info libre en Grèce, tel qu'il ne s'en est JAMAIS fait ailleurs, ni en Grèce, lors de la dictature...) et prévienne, ou tout du moins s'interroge sérieusement sur les suites possibles???

 mise à jour (mercredi 13h50)

- les deux confédérations syndicales (ADEDY, public, et GSEE, privé) appellent à la grève demain

- au parlement, le parti des Grecs Indépendants (Panos Kammenos, droite dure, antimémorandum) a déposé une motion de censure

- le SYRIZA-EAM réclame la tenue d'élections.

mise à jour (jeudi 01h16)

important, je crois:un correspondant local d'une ville de province décrit comment un appel au rassemblement sur la place a donné lieu à une Assemblée Populaire,

et ajoute: pour la grève à laquelle appellent les deux confédérations syndicales (ADEDY, public et GSEE, privé), ERT a demandé que les cortèges du KKE (le PC grec) et des autres organisations ne forment qu'un rassemblement, ce qui ne s'est pas vu depuis des années. A chaque mobilisation, le KKE était dans son coin. J'y vois un signe important d'un changement dans les pratiques. Enfin un signe positif!!!

http://www.koutipandoras.gr/37865/%CF%80%CE%B1%CF%81%CE%B1%CE%BA%CE%BF%CE%BB%CE%BF%CF%85%CE%B8%CE%AE%CF%83%CF%84%CE%B5-live-%CF%84%CE%B7%CE%BD-%CE%B5%CF%81%CF%84.html

à l'instant, grâce à la Boîte de Pandore, le site de Kostas Vaxevanis, nous suivons le programme "autogéré" d'ERT (lien ci-dessus). Cliquez même si vous n'êtes pas hellénophones, il y a des images de la foule dehors, et de

les présentateurs appellent les gens à venir encore plus nombreux, à Athènes, et à Salonique, des concerts de solidarité devant les bâtiments d'ERT (Alkinoos Ioannidis, Papakonstantinou, etc..la crème des chansonniers et musiciens grecs) à Salonique, les services municipaux de propreté ont offert leurs services pour assurer l'entretien des espaces extérieurs où se tient la foule. Commentaire de la présentatrice, avec un grand sourire: "Autogestion, Adonis, Autogestion!"

Egalement des images du moment où les forces de police prennent le contrôle des bâtiments d'ERT à Hortiati (émetteur de Salonique), forçant les employés à abandonner leur lieu de travail, sous la menace de l'arrestation.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre