marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 sept. 2012

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Violences à la grecque, violence à la Grèce... le fascisme de la porte d'à côté

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un salon de coiffure incendié, trois personnes (et non une) poignardées... le coiffeur est Pakistanais. Un crime, selon les fous de l'Aube Dorée, qui lancent des opérations de "nettoyage" dans les quartiers pauvres, prêchant la haine, semant la violence, récoltant, sans doute, des voix aux futures élections.A Rafina, on a vu un policier prendre part au raid du parti néo-nazi; en réponse, le gouvernement a annoncé que la garde policière rapprochée de tous les membres du parti serait retirée.Sur un marché (à Messolonghi) une attaque en règle de fanatiques portant uniforme (tshirts noirs, bottes militaires) qui s'en prennent, dans un déchaînement de violence, à tous les basanés, pillant, rossant, hurlant... Et dimanche, une attaque (5 personnes, manifestement très préparées) au domicile du journaliste Kostas Vaxevanis, connu pour ses reportages sans concession. Il se déclare persuadé qu'il n'a réchappé à cette tentative d'assassinat que parce que, par "chance", le pneu de sa moto a crevé, le faisant rentrer à pied par une autre porte... Le dernier numéro du périodique édité par Vaxevanis met à jour les connexions de la présentatrice vedette de la télé pro mémorandum (Olga Tremi) avec le monde du commerce des armes, dont elle détiendrait des actions en nombre important. Je cite Vaxevanis (extrait de Hot Dog, dernier no): " Les journalistes peuvent-ils participer à des entreprises de promotion de systèmes d'armement? Peuvent-ils organiser des manifestations vantant canons, avions, missiles pour en faciliter la vente? Il est évident que chacun fait ce qu'il veut de lui-même, à condition toutefois de rendre tout à fait clair, vis-à-vis de son public que, outre des infos, il "vend" également d'autres choses, afin qu'on puisse le juger". "Si la première dame des journaux télévisés signe, par l'entremise de sociétés, des contrats avec des compagnies d'armement, alors peut-être le journaliste qui reçoit un salaire de misère est-il en droit d'améliorer ses revenus en se livrant à des braquages". La répression violente, à coup de lacrymogènes, se poursuit à Skouries (cf. Okeanos, merci!). Et la rentrée scolaire se fait avec des livres, oui (l'an dernier, on avait attendu trois, voire cinq mois pour avoir tous les livres du Ministère, et les enfants suivaient les cours sur... photocopies, méthode pas vraiment ni écolo, ni économique...). Les caisses sont vides, au point que les profs devront fournir les craies. Et que, sauf changement majeur, on ne peut compter sur aucun chauffage cet hiver dans l'ensemble des établissements d'enseignement, du primaire au lycée. Il ne nous suffisait pas de la violence extrême, mais toujours rampante, de la paupérisation forcée de toute une population. Maintenant, on voit poindre les falanges fascistes qui s'exhibent de plus en plus fièrement au regard de tout un peuple trop épuisé pour se soulever contre cette menace-là. Dans le contexte actuel, où le gouvernement se voit contraint, pour se conformer aux ordres de la Troïka, de s'adonner à une attaque systématique contre la petite propriété (via des impôts spéciaux, nouveaux, exceptionnels, de solidarité, etc... le dernier prévu étant un impôt sur ... la résidence privée, en clair: un loyer sur ... la maison qu'on possède!!!), dans ce contexte-là, on ne peut exclure le risque de dérapage, ou d'installation organisée d'un régime non démocratique (ça, on a déjà goûté avec la nomination au poste de Premier Ministre du Super Banquier Papadémos) et fascisant. Bien entendu, à écouter Olga Trémi, sa clique et les dirigeants qu'elle se complaît tant à représenter, le véritable danger, c'est ce rouge de Tsipras, ce Syriza, dont peu s'en est fallu qu'il sorte vainqueur des dernières élections, et à qui l'immense majorité des médias, presse comprise, donne de moins en moins la parole. Nous sommes assis sur une fourmilière. Elle-même en équilibre sur une poudrière. Le premier qui bouge...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod