marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 janv. 2013

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

le pakistanais du jour

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sahzad Loukman, 27 ans

assassiné hier à 3h20 du matin, en pleine ville d'Athènes, par deux motards qui ont déclaré après leur interpellation "qu'il leur avait bloqué le passage avec son vélo". L'un deux lui a porté un coup mortel à la poitrine avec un cran d'arrêt. Ils ont fui, mais un témoin avait eu le temps de noter leur plaque d'immatriculation.

L'article qui suit, signé de Théophile Doumanis, est paru sur le site grec "LIFO". J'en livre ici ma traduction.

L’histoire de l’émigré assassiné de sang froid.

Le journal Eleftherotypia publie aujourd’hui l’histoire de l’émigré Sahzat Loukman, victime d’une attaque raciste et assassiné de façon sauvage hier au point du jour à Pétralona.

Il est né en 1986 et il est venu en Grèce il y a six ans. Il habitait à Péristéri (ndlt : un quartier très populaire au sud d’Athènes) et il se rendait tous les jours, effectuant à l’aube un parcours d’une heure à vélo, à Pétralona. Il chargeait et déchargeait des oranges sur le marché pour un salaire journalier de 20 euros. Il envoyait une partie de cet argent à ses sœurs, au Pakistan, pour qu’elles puissent se marier. Les membres de sa famille avec lesquels il partageait une chambre à Péristéri l’ont cherché hier au travail et ont récolté la réponse suivante : « Aujourd’hui il ne s’est pas présenté ». Il résidait légalement en Grèce. « Il avait obtenu une carte rose, de séjour provisoire. Depuis le mois dernier, il travaillait sur le marché. Avant, il était gardien dans une usine à Aspropyrgos. L’usine a fermé », raconte son colocataire, Omar, 25 ans. « Il n’avait pas la vie facile. Il avait huit frères et sœurs. Il gagnait 20 euros par jour et il les envoyait au Pakistan pour que ses sœurs se marient. Il disait souvent qu’il n’arriverait jamais à fonder lui-même une famille et à vivre humainement », dit Omar au journal. Le jeune homme de 27 ans a été assassiné, selon la police, rue Trion Ierarchon par deux Grecs qui se déplaçaient en mobylette et ont été arrêté place Syntagma, sur le témoignage d’un chauffeur de taxi. Conformément à tout ce qui a été publié sur le sujet, ont été trouvés sur eux deux crans d’arrêt et ils avaient retiré la plaque d’immatriculation de leur mobylette, qu’ils avaient cachée sous la selle. Au domicile de l’un d’eux  les policiers ont trouvé des crans d’arrêt, des battes, des balles et des prospectus de l’Aube Dorée intitulés « pourquoi voter Aube Dorée », ainsi que des photographies de Nikos Michaloliakos (ndlt : le leader d’Aube Dorée). Conformément aux publications, les deux prévenus avaient été arrêtés par le passé pour vol de vêtements de marques d’un magasin et avaient également été interpellés et amenés au poste d’Omonoia (ndlt : centre d’Athènes) pour mouvements et comportements suspects. Sur le site de la police sont mentionnés tous les objets trouvés aux domiciles respectifs des auteurs du crime : trois (3) crans d’arrêt, un (1) canif, une (1) lame noire à manche spécial, un (1) pistolet à air comprimé, un (1) poing américain, une grande quantité de balles métalliques, deux (2) balles de fusil de guerre, deux (2) battes de bois, un (1) lance-pierres. Au domicile du jeune homme de 25 ans ont été retrouvés cinquante (50) prospectus de campagne électorale d’un parti politique. Les personnes interpellées, déjà enregistrées pour vol, ont été conduites devant le Juge d’Instruction d’Athènes.

Prise de position d’Amnesty International : « Il ne s’agit pas d’un fait isolé ».

« Cette attaque ne constitue pas un fait isolé. Depuis un an, nous avons constaté une augmentation forte des attaques à mobiles racistes » déclare Marek Marcinski, directeur du Programme d’Amnesty International pour l’Europe et l’Asie Centrale.

Sur la Toile, un débat s’est ouvert parmi les internautes qui se demandent si la police  publiera sur son site des photographies et des données concernant les auteurs  afin de constater leur implication éventuelle dans d’autres incidents à caractère raciste.

(fin de la traduction).

voilà.

sur la chaîne Skaï (inféodée à la Troïka, au gouvernement et bien sûr à Dendias, notre génial Ministre de la "protection du citoyen" (celui qui baptise les opérations coups de balai contre les immigrés "Zeus Xénios" -du nom du Dieu de l'hospitalité!), on parle d''un Pakistanais qui succombe dans la rue".

sur NET (chaîne publique, oui, publique, du peuple, quoi...), "un Pakistanais a perdu la vie à Athènes ce matin lors d'une rixe. Au domicile des personnes interpellées, on a retrouvé des prospectus d'un parti politique".

Conclusion: faites gaffe de bien garder votre vie auprès de vous, elle se perd facilement, surtout si vous êtes Pakistanais.

Quand l'"Aube Dorée" devient un "parti politique" (non nommé, un peu générique, en somme)...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada