marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 sept. 2015

ELECTIONS DU 20 SEPTEMBRE: L'AVENEMENT DU PASOK... DE TSIPRAS

marie laure veilhan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au lendemain des élections du 20 septembre 2015, une contribution à l'analyse de la situation que j'ai voulu partager avec vous: il s'agit d'un article d'Aris Chatzistéphanou, journaliste, producteur radio, réalisateur (DEBTOCRACY, CATASTROÏKA, FASCISME S.A., etc).

Le soleil vert se lève

21/09/2015

C’est donc le PASOK qui a triomphé lors de ces élections. Pas le parti du PASOK, mais la culture du PASOK. Ces hommes qui depuis des années préfèrent la tranquillité à la liberté. Ce ne sont pas les pires au monde. Ils ne portent pas dans leur chair d’anciens collabos des Nazis ou tortionnaires (ou tout au moins, ils sont beaucoup moins nombreux qu’au sein d’autres partis). Il se peut même que leur père ait encore, oubliée dans le fatras de la cave, une reproduction de Guernica de Picasso. Mais pour ce qui est de la pratique politique quotidienne, ils sont semblables, voire pire. Les élections ont eu pour incontestables vainqueurs Berlin, bien entendu, et les créanciers de la Grèce. Non pas parce qu’il en est sorti un parlement où la seule voix anti mémorandum est désormais celle du KKE, mais parce qu’aucun autre homme politique que Tsipras ne peut mettre en œuvre le programme inhumain d’austérité qu’exige la Troïka. Les « socialistes » et socio démocrates ont toujours endossé cette lourde responsabilité, que les partis de droite ne pouvaient satisfaire sans se trouver face à de vastes réactions populaires. C’est le PASOK qui a réalisé le plus grand nombre de privatisations dans le pays. C’est le PASOK qui a jeté la Grèce sur les falaises de l’euro. C’est le PASOK qui a amené la Troïka pour la première fois, métamorphosant ainsi la Grèce en une colonie de la dette. Et quand la situation est devenue intenable, c’est le PASOK qui a nourri la bête du fascisme, que le système réclamait comme une solution de dernier ressort. Il se peut bien qu’il se soit maintenu, dans l’inconscient collectif, comme le « parti de la rapine », mais en vérité, sa véritable contribution fut d’avoir fait céder les réactions populaires face à la politique néolibérale la plus dure. C’est pour cette raison que sa valeur d’usage, aux yeux des élites économiques grecques et étrangères, s’est avérée, pour plus de trois décennies, absolument inestimable. Aujourd’hui, c’est le SYRIZA qui entreprend d’assumer ce rôle. Les élections du 20 septembre marquent indubitablement un triomphe personnel pour Alexis Tsipras, mais aussi le coup le plus rude porté à la démocratie parlementaire. Tout d’abord en raison de la présence forte d’Aube Dorée, laquelle constitue une contestation directe de toute notion de démocratie ; ensuite, en raison de l’entrée au parlement de Vassilis Leventis, qui incarne un « troll » de la démocratie parlementaire. Le SYRIZA, en métamorphosant le OXI du référendum en OUI, est parvenu à laisser hors du parlement la véritable notion de confrontation politique. Près de la moitié des électeurs Grecs ne se sont pas rendus aux urnes, remettant en question, dans une large mesure, le processus lui-même. Nous devrons attendre de voir les caractéristiques anthropo géographiques exactes du vote, mais la première impression est que ce sont les plus progressistes, dans les couches pauvres et parmi les jeunes, qui se sont abstenus, ceux-là même qui ont voté OXI au référendum. Cela signifie cependant que la lutte autour des memoranda va rapidement se déplacer dans la rue. Et à ce point s’ouvrent deux perspectives (qui ne s’excluent pas nécessairement l’une l’autre) : celle d’une authentique réaction populaire qui renversera dans les faits les memoranda, et celle d’un retour aux époques sombres le fascisme bénéficiera d’une promotion en tant que voix soi-disant « antisystémique » au cœur du bloc parlementaire unifié des forces mémorandiennes. La gauche anticapitaliste, qui aurait dû mener cette nouvelle confrontation, s’est avérée, jusqu’à présent, incapable de dépasser ses obsessions partisanes. Il suffit de lire les premiers commentaires de ses cadres, mais aussi de nombre de ses membres, sur Twitter et Facebook, pour comprendre que, une fois encore, le grand ennemi était celui qui se tenait à côté, et non pas celui en face. D’autres ont simplement eu peur de dire leurs pensées tout haut, persuadés qu’en agissant ainsi ils perdraient des voix. Les plans alternatifs qu’ils avaient élaborés les ont effrayés et, au lieu de parler avec franchise aux gens des problèmes d’une période de transition, ils ont préféré, une fois encore, arrondir leurs positions. De nouvelles structures et de nouvelles formations seront nécessaires pour donner une voie/voix à la rage. Faute de quoi cette rage sera individualiste, sombre et raciste. Elle recherchera des boucs émissaires en la personne des réfugiés, et son salut auprès de fascistes et de charlatans. Le noir n’est cependant pas le plus plausible des scénarios. Contrairement au rouge. Une chose est sûre : tous ceux qui ont troqué leur liberté pour leur sécurité réaliseront, une nouvelle fois, qu’ils ont perdu et la liberté, et la sécurité.

Aris Chatzistéphanou [journaliste – Info War - Unfollow ]

traduction Marie-Laure Veilhan

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.