Délinquance avérée en plein Paris, que dit L'UMP, que fait Sarkozy?

Un adolescent de quinze ans s’amuse à lancer des billes et des tomates sur un fonctionnaire de police dans  l’exercice de ses fonctions.  Logiquement cela aurait dû se solder au minimum  par une vérification d’identité, un procès-verbal et une  convocation des parents.  On imagine aussitôt Eric Ciotti réclamant son internement en centre éducatif fermé  et Jean-François Copé lui emboîtant le pas : « aujourd’hui, vous avez des enfants de 12-13 ans qui, livrés à eux-mêmes, commettent des actes inacceptables. Donc, on voit bien qu’ils ont besoin d’être réencadrés". Nul doute aussi que le président-candidat, auteur du récent discours de Bordeaux qui disait alors « Si l’on ne fait aucun reproche à un enfant qui a commis une incivilité…comment allons-nous éduquer nos enfants ? »,  ne réclame pour ce jeune imbécile (car enfin à quinze ans d’habitude on a déjà renoncé depuis un bon moment à ce genre de gamineries) une bonne réprimande. Il rajoutait, au fil de son propos bordelais, cette proposition bien sentie : « …que l’obligation de réparer le dommage causé soit une priorité de la politique pénale des mineurs. Ca vaut toutes les sanctions, simplement réparer le dommage causé. ».  On supposait donc que Nicolas Sarkozy s’emparerait aussitôt du fait divers commis jeudi dernier en plein Paris dans un quartier huppé et exigerait des parents du lanceur de projectiles variés, l’engagement de contraindre leur rejeton, un peu en retard dans  le choix de ses jeux, à quelque activité sainement réparatrice.

Mais rien de tel, Ciotti, Copé sont restés muets, la fonctionnaire de police visée a rédigé un rapport administratif et n’a pas porté plainte et tout le monde s’est satisfait des excuses du papa qui a plaidé «  le geste malheureux d’un enfant » mais n’a pas proposé le moindre travail d’intérêt général en guise de réparation.  

L’"enfant" de quinze ans en aura déduit qu’on peut faire absolument tout ce qu’on veut sans jamais risquer la moindre sanction, qu’aucune limite ne peut lui être opposée, lui qui avait déjà obtenu que son père lui apporte à domicile un footballeur adulé. Il aura compris aussi que les imprécations élyséennes ne visaient en réalité qu'une catégorie d'enfants et qu'aux puissants tout est permis.

J’augure mal de l’avenir de Louis Sarkozy…..

http://www.metrofrance.com/info/agression-devant-l-elysee-un-jeune-delinquant-nomme-louis-sarkozy/mlcj!AcmhtKZBPlE6/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.