Carla Bruni, un symbole de la classe ouvrière à Nogent sur Marne

Encore une fois on parle de Nogent sur Marne dans  les journaux ! Pas question aujourd’hui d’un nouvel arrêté anti-pauvres, comme celui que le maire UMP Jacques JP Martin avait édicté pour interdire la fouille dans les poubelles.

Encore une fois on parle de Nogent sur Marne dans  les journaux ! Pas question aujourd’hui d’un nouvel arrêté anti-pauvres, comme celui que le maire UMP Jacques JP Martin avait édicté pour interdire la fouille dans les poubelles. Cette décision, cet oukase plutôt, puisque le maire n’avait consulté personne, avait heureusement, grâce à une mobilisation d’ampleur nationale, été supprimée après un gros mois de lutte dont un cercle de silence sur la place de la mairie et une pétition largement signée. Cette fois ce n’est pas aux plus démunis qu’il s’attaque,  au contraire, il vise nettement plus haut puisque nous venons d’apprendre qu’une statue à l’effigie de Carla Bruni sera bientôt érigée en centre ville ! Au début on sourit de la démarche franchement courtisane du maire qui revendique seul  la paternité du projet, puis  l’indécence l’emporte sur le ridicule quand on réalise qu’il s’agit de commémorer, par une statue de « plumassière »,  les dures conditions de travail des ouvrières de l’usine de travail de la plume à Nogent au début du XXème siècle (les plumes étaient destinées essentiellement aux chapeaux).  Nombre de ces travailleuses étaient d’origine italienne, d’où, selon le maire, le recours à Carla Bruni.

         La statuaire publique a toujours une vocation éducatrice, quel exemple civique Monsieur Martin veut-il diffuser en imposant  sans la moindre consultation Carla Bruni comme modèle ? De quelles valeurs (puisque le mot est à la mode) Madame Bruni est-elle porteuse, quelles vertus peut-on lui imputer ? Est-ce le mannequin, la visiteuse enamourée d’Eurodisney, la mère infligeant à son enfant la violence de centaines de flashes lors d’un voyage à Pétra, l’habituée du Botox ou la détentrice d’une longue liste de liaisons « people » qu’entend  célébrer monsieur Martin avec cette commande ?  Puisqu’il a prétendu (voir la fin du journal de treize heures sur France Inter, où je présente le point de vue de l’opposition de gauche) que l’inauguration du chef-d’œuvre n’aurait lieu qu’après la présidentielle (ce qui reste à voir) espérons au moins que nous n’aurons pas à supporter ce jour là  l’invasion d’un cortège présidentiel (et des forces de police inhérentes) mais simplement la visite d’un ancien président au chômage et de sa femme, pauvre Monsieur Martin  dont la flagornerie aura été inutile…..

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.