21 janvier 2012, célébration officielle en souvenir de Louis XVI ?

 

 

21 janvier 1793. Allez savoir pourquoi cette date résonne encore dans  la mémoire….Alors que tant d’autres n’ont plus aucun écho. Probablement parce c’est celle d’une transgression majeure pour un peuple, celle de la décapitation d’un roi. Pas question ici de revenir sur les faits eux-mêmes, il est d’excellents livres d’histoire, juste cette citation tirée du dictionnaire historique de François Furet et Mona Ozouf : « en rendant au peuple la souveraineté, la Révolution signifie du même coup la mort de celui qui l’avait usurpée si longtemps ».

A la Restauration la monarchie renaissante a tenté d’instaurer un culte à la mémoire du roi décapité mais sans grand succès, Mona Ozouf résume parfaitement les faits ainsi : « les destinées de la vieille monarchie étaient closes et on eut beau la restaurer, elle ne  cessa de se penser elle-même à la lumière de l’échafaud...La royauté sacrale est morte en France bien avant le procès du roi…. ». Affaire entendue  donc ? Pas tant que cela en réalité puisque, furetant sur la Toile, on trouve cette mention stupéfiante : « Paris, 12h, messe célébrée en l’église Saint-Germain-L’auxerrois  à la mémoire de la mort du Roi Louis XVI. Monseigneur Ravel, Evêque aux Armées, officiera. » .

Que quelques nostalgiques de la monarchie tirent les rois (curieux d’ailleurs) et défilent entre eux relève du folklore, que les descendants de la famille royale président une messe à la Basilique de Saint-Denis (où sont enterrés nombre des rois de France) passe encore, mais que l’aumônerie officielle de l’Eglise catholique participe à  cette commémoration me pose un  vrai problème, est-il possible en notre République laïque à une institution, malgré tout liée à l’Etat, de cautionner une telle célébration ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.