Marie Ndenga Hagbe
Chargée de communication presse et média pour Survival International France
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 mars 2022

Lettre ouverte sur le plus grand accaparement de terres de l'histoire

Nous avons un problème. Des gouvernements, des organisations de protection de la nature et les entreprises les plus polluantes, principalement celles des pays du Nord, font la promotion d'un plan dangereux. Ils affirment qu'il permettra de résoudre les crises du climat et de la biodiversité, mais ce n'est pas le cas.

Marie Ndenga Hagbe
Chargée de communication presse et média pour Survival International France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

#DearHumanity © Survival International en français

​​Chère Humanité,

Nous avons un problème. Des gouvernements, des organisations de protection de la nature et les entreprises les plus polluantes, principalement celles des pays du Nord, font la promotion d'un plan dangereux. Ils affirment qu'il permettra de résoudre les crises du climat et de la biodiversité, mais ce n'est pas le cas.

Dans les prochains jours, une réunion au sommet qui risque de passer inaperçue aura lieu à Genève, durant laquelle les gouvernements s'apprêtent à se mettre d'accord sur un plan qui aura un impact considérable sur nous toutes et tous.

Ils veulent transformer 30 % de la planète en Aires protégées d’ici 2030. Ce plan, connu sous le nom du plan des 30x30, sera le plus grand accaparement de terres de l'histoire. Il consistera s’emparer de vastes zones de terres appartenant aux peuples autochtones pour les transformer en parcs nationaux et réserves militarisés, où les expulsions, les meurtres, la torture et les viols sont monnaie courante.

Au lieu de lutter contre les véritables causes de la destruction de l'environnement et de s'attaquer aux principaux responsables, à savoir la surconsommation croissante et l'exploitation des ressources à des fins lucratives poussés par les pays du Nord, ce sont les peuples autochtones qui feront les frais de ces mesures. 

Les peuples autochtones représentent environ 6 % de la population mondiale, mais leurs terres constituent 80 % des endroits les plus riches en biodiversité de la planète. Ce sont eux, alors qu’ils ont le mieux protégé la planète et sont le moins responsables de la dégradation de l'environnement, qui vont perdre le plus. 

De grandes organisations de protection de la nature, bien connues pour leur bilan effroyable en matière de droits humains, comme le WWF et la Wildlife Conservation Society, soutiennent le plan des 30x30. Elles gagneront des millions en gérant les nouveaux parcs et en utilisant les terres volées pour vendre des compensations carbone — l’arnaque connue qui permet aux entreprises polluantes de continuer à polluer, tout en prétendant qu'elles sont vertes. Il n'est pas étonnant que les plus grandes entreprises du monde le soutiennent également. Cela ne fera que protéger les intérêts des élites qui polluent le plus, tandis que le climat, la biodiversité et les personnes les plus vulnérables du monde continueront d'être détruits. 

Comme l'a dit Kipchumba Rotich, du peuple des Sengwer au Kenya : « La règle de conservation des 30x30 [...] verra davantage de peuples autochtones perdre leur foyer, verra davantage de peuples autochtones perdre leurs moyens de subsistance, verra davantage de peuples autochtones perdre leur vie – des millions de personnes à travers le monde. »

Ce n'est pas seulement un désastre pour les peuples autochtones, mais pour l'ensemble de l'humanité. De nombreuses études ont montré que le respect des droits territoriaux des peuples autochtones est le meilleur moyen de protéger notre planète. 

Les négociations cruciales sur la question de savoir si l'objectif de 30 % sera adopté sont à un moment déterminant. Il n'est pas trop tard pour arrêter ce plan dangereux. Survival a déclaré le 2 mars la "Journée pour la diversité humaine" afin d'attirer l'attention du monde entier sur l'impact dévastateur de l'objectif des 30x30 sur l'ensemble de l'humanité. Sans diversité humaine, il n'y aura plus de biodiversité.

Le plan des 30x30 détruira la vie de millions de personnes autochtones et de populations locales et donnera le feu vert aux plus grands pollueurs du monde pour continuer à polluer. Nous ne pouvons pas le permettre. À l'occasion de la “Journée pour la diversité humaine”, nous demandons à l'ensemble de l'humanité de s'unir pour agir, pour notre avenir à toutes et à tous.

Veuillez écrire à ceux qui négocient ce plan dangereux.


Pour plus d'informations, suivez le hashtag #DearHumanity sur les réseaux sociaux. 

Cordialement,

Survival International

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre