marie nivet
enseignante, professeur d'anglais
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2021

L'ordre d'expulsion de Salah Hamouri a été signé.

La ministre de l'Intérieur israélienne va révoquer officiellement le permis de résidence permanente de l'avocat Salah Hamouri Date: 19 octobre 2021

marie nivet
enseignante, professeur d'anglais
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marie Richard

Tôt ce matin, Salah Hamouri, Franco-palestinien de 36 ans, défenseur des droits humains et avocat à l'association Addameer pour le soutien aux prisonniers et la défense des droits humains, lui-même ancien prisonnier, a été notifié officiellement de la décision de la ministre israélienne de l'Intérieur de révoquer son permis de résidence permanente, décision fondée sur la “violation d'allégeance”.

Cette décision découle de l'approbation du procureur général israélien Avichai Mendelblit et du ministre de la Justice Gideon Sa'ar. Dans sa décision, la ministre de l'Intérieur met en exergue qu'une telle décision est en accord avec les recommandations du Comité, fondés sur les précédentes arrestations de Salah et d'autres “informations secrètes” que l'on ne peut dévoiler. Elle ajoute qu'une telle décision est nécessaire pour “dissuader d'autres personnes de violer l'allégeance à l'Etat d'Israël.”

En tant que défenseur des droits humains qui conteste les violations massives et systématiques des droits humains par Israël et qui lance des appels légitimes à la justice et la responsabilité, Salah et sa famille subissent des tentatives d'intimidation constantes de la part d'Israël, parmi lesquelles des arrestations arbitraires, l'interdiction de pénétrer en Cisjordanie pendant presque 16 mois et l'expulsion de son épouse, Elsa Lefort, ressortissante française, le séparant ainsi de sa femme et de son enfant en 2016.

Précédemment, le 3 septembre 2020, les autorités d'occupation israéliennes avaient notifié à Salah Hamouri l'intention de la ministre de révoquer son statut de résident permanent au prétexte de la supposée “violation d'allégeance” à l'Etat d'Israël. Salah et son avocate, Léa Tsemel du Centre Hamoked pour la défense des personnes, ont soumis des demandes écrites et verbales, contestant cette décision.

Inquiétude devant la menace imminente de voir révoquer son statut de résident, ce qui dénie à Salah les droits humains élémentaires: avoir une vie de famille, la liberté de mouvement et de résidence, y compris le droit de quitter son pays et d'y revenir, la liberté d'expression tels qu'inscrits dans l'Article 19 du  Pacte international relatif aux droits civils et politiques  de même que le droit de réunion pacifique et d'association, en application des Articles 21 et 22 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.1 La politique de résidence, inscrite dans le régime de domination raciale et d'oppression d'Israël a pour but de maintenir la précarité de leur statut légal pour les Palestiniens de Jérusalem-Est et d'instaurer une majorité démographique de juifs israéliens dans la ville. Ainsi, le 7 mars 2018, le parlement israélien a adopté l'amendement à la Loi de 1952 d'Entrée en Israël, octroyant ainsi officiellement au ministre de l'Intérieur la prérogative de révoquer le statut de résidence permanente sur la base de la “violation d'allégeance”.

La politique israélienne de révocation des droits de résidence pour les Palestiniens de Jérusalem viole l'Article 43 du Réglement de La Haye et l'Article 64 de la Quatrième Convention de Genève, qui stipule que la puissance occupante ne peut pas agir comme

l'Article 43 du Réglement de La Haye et l'Article 64 de la Quatrième Convention de Genève, qui stipule que la puissance occupante ne peut pas agir comme un législateur souverain ou étendre sa propre législation au territoire occupé.1 De plus, le critère d'allégeance à Israël est illégal. En fait, le droit humanitaire international interdit explicitement à la puissance occupante d'exiger de la population occupée l'allégeance, tel que spécifié dans l' Article 45 du Réglement de La Haye et l'Article 68(3) de la Quatrième Convention de Genève.2

En outre, le transfert des Palestiniens de Jérusalem-Est occupée est considéré comme un crime de guerre selon l'Article 8 du Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale,3 et une grave violation des Articles 49 et 147 de la Quatrième Convention de Genève.4 Comme la politique de révocation de résidence s'inscrit dans une politique de transfert massive et systématique qui vise directement une population civile, cela peut équivaloir à un crime contre l'humanité selon l' Article 7 du Statut de Rome.5

Hague Convention (IV) Respecting the Laws and Customs of War on Land and Its Annex: Regulations Concerning the Laws and Customs of War on Land (adopted 18 October 1907, entry into force 26 January 1910) (henceforth the “Hague Regulations”) Article 43, Hague Regulations, and Article 64, Fourth Geneva Convention.

Article 45, Hague Regulations, and Article 68(3), Fourth Geneva Convention.

Rome Statute of the International Criminal Court (adopted 17 July 1998, entry into force 1 July 2002) 2187 UNTS 3. (henceforth “Rome Statute”)

Geneva Convention Relative to the Protection of Civilian Persons in Time of War (adopted 12 August 1949, entry into force 21 October 1950) 75 UNTS 287 (henceforth “Fourth Geneva Convention”)

Article 7, Rome Statute

Le 8 juillet, le ministère des affaires étrangères disait que les ministres de l'Europe et des Affaires étrangères étaient mobilisés pour que Salah Hamouri, citoyen français et Palestinien puisse jouir d'une vie normale à Jérusalem, où il habite. C'est la France qui prend une nouvelle claque de la part d’Israël, une claque d’autant plus dure et inadmissible qu’elle touche au droits de l'homme, car aujourd’hui,  l'ordre d'expulsion a été signé.Nous ne nous résignons pas à cette situation. Nous appelons les autorités françaises à tirer toutes les conclusions de cette nouvelle décision et à en tirer toutes les conséquences. Nous appelons les citoyens et les citoyennes à se mobiliser dans leur diversité pour relever ce défi contre les droits de l’homme, pour manifester contre ce déni du droit.

Communiqué de Presse Emancipation!

La Revue de Presse Emancipation! a bien grandi depuis sa naissance il y a un an. Si vous ne la connaissez pas encore, c'est le moment. 

Vous y trouverez déjà comme beaucoup de vos confères tous les jours plus de 200 titres en 24 rubriques. 

Merci d'avance de la faire aussi connaître à vos lecteurs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo