AMASSADA

https://douze.noblogs.org/infos-sur-le-mega-transfo/

Bonjour à toutes et tous!


Les juges ont fini par comprendre dans quel état de nécessité se
trouvent les lanceurs d’alerte qui se battent contre le transformateur
de St-Victor et Melvieu. Le même état que tous les militants qui
résistent ici et ailleurs et partout contre les projets inutiles,
liberticides, écocides que les dirigeants de tous poils s’ingénient à
promouvoir. En effet le tribunal de Rodez a acquitté les 4 camarades et
condamne RTE à rendre les terres aux paysans, à verser des dommages et
intérêts au village pour troubles de l’ordre social, à réparer les
préjudices subits par l’Amassada sous forme de nuits blanches et
inhalation de gaz lacrymogène. Il condamne en outre, à faire publicité
de leurs excuses, les nombreux gendarmes qui ont accepté des missions de
mercenariat au service d’intérêts industriels criminels.

Eh bien non, c’est pas vrai, c’est un rêve, c’est une vilaine blague.

Les inculpé.es du 12 octobre 2019 écopent de 4 à 7 mois de prison avec
sursis, de 1 mois avec sursis pour refus de se soumettre à la violation
de leur ADN, 5 ans d’interdiction de se rendre sur le site de RTE, 100
euros par gendarme plaignant pour préjudice moral. Seule bonne nouvelle,
RTE a été débouté de sa demande de réparation des dégradations. Normal,
car ils voulaient en profiter pour nous faire financer le renforcement
de leur clôture qu’ils ont eux-mêmes jugé indispensable.

Nous avons fait appel de ces décisions, occasion de porter devant un
autre tribunal la réalité de la collusion justice, police, grandes
industries, lubrifiée par les huiles politiques.
Occasion pour nous de continuer nos expériences de lutte et de
camaraderie pour faire apparaître l’évidence de leur incurie.

On salue toutes les personnes venues nous soutenir ce jour là,
malgré que l'on ai appris quasi la veille que ce procès aurait lieu,
malgré les gendarmes empêchant quiconque d’accéder au parvis du
tribunal, malgré le risque d’amendes.

Nous tenons aussi a saluer et remercier de toutes nos forces nos ami.es
de la lutte contre RTE et la construction de la ligne THT  en Haute
Durance qui par leur don financier nous permette de faire face a ce
procès, entre autre, avec un peu plus de sérénité. Un gros merci pour ce
geste qui nous touche fort.


Une assemblée de l’Amassada s’est tenu il y a peu sur les terres
accueillantes du Nord Aveyron. L’objectif de ce week end était de faire
une sorte d’état des lieux de la lutte depuis l’expulsion.

Il n'y aura pas de Fête du Vent cette année sur les hauteurs de
Saint-Affrique. Nous avons étaient pas mal pris.es par cette année
d’occupation,les expulsions puis le procés. Nous souhaitons plutôt
aujourd’hui repartir a la rencontre.

De part notre expérience sur place et de celles de camarades ailleurs,
de part nos recherches, nos lectures, et enfin depuis un récent voyage
dans l’Isthme de Téhuantepec au Mexique, nous souhaitons réfléchir  a la
mise en place d’un réseau de lutte protéiforme contre RTE et EDF. Il n’y
a pas de
« transition énergétique ». Il y a cette entreprise, cet Etat, son
monopole du réseau, ses mensonges, sa cupidité, ses mort.es. Nous

Paradoxalement nous voulons aller vite mais aussi prendre le temps.
Aller vite, pour dénoncer leur propagande, leur pratiques et continuer à
leur mettre des bâtons dans les roues.
Prendre le temps, pour affiner nos liens, partager nos savoir et
savoir-faires et aussi amener la question de l’autonomie au centre de
nos vies. Nous voulons aller à la rencontre afin de parler depuis la où
nous habitons et le confronter aux autres depuis la où elles et ils
habitent.

Nous seront présent.es à Notre Dame Des Landes, pour Zadenvies, à la fin
du mois d’Aôut. Nous reviendrons sur la lutte de l’Amassada, sur la
situation dans l’Isthme de Téhuantepec et la necessité de penser la
suite, ensemble.
Nous invitons toutes les personnes sensibles a cette lutte à s'y
retrouver.

Vous pouvez nous contacter à l'adresse amassada@riseup.net.

De la Haute Durance à l'Amassada
RTE DEGAGE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.