Migrants: Ce n'est qu'ensemble que les Européens seront dignes

A l'occasion de la journée mondiale des réfugiés, et alors que le gouvernement d'extrême-droite italien souhaite recenser les Roms pour mieux les expulser, et que des centaines de mineurs sont enfermés en France, nous publions une tribune pour encourager les pays européens à trouver un accord sur la répartitions des réfugiés sur le continent.

Tribune co-signée par Esther Benbassa, sénatrice EE-LV ; Damien Carême, maire de Grande-Synthe ; Monica Frassoni, co-présidente du Parti Vert Européen ; Yannick Jadot, eurodéputé EE-LV ;  Philippe Lamberts, co-Président du Groupe Verts/ALE au Parlement européen ;  Eric Piolle, maire de Grenoble ; Marie Toussaint, chargée de l'Europe au sein du bureau exécutif d'EE-LV

"Nous sommes européens, et nous avons mal à nos valeurs. Ni l'Italie, ni la France, ni l'Europe, pourtant si prompts à promouvoir notre "civilisation européenne", n'honorent les fondements de cette civilisation : l'humanisme, l'égale dignité humaine, la solidarité. L'Europe des Etats a failli, et seule l'Espagne a accepté d'accueillir les 630 personnes à bord de l'Aquarius. Le gouvernement d'extrême droite et populiste d'Italie, pays fondateur de l'Union européenne, de plus de 60 millions d'habitants, membre du G7 ayant la capacité d'accueillir une part importante de demandeurs d'asile, et même de rouvrir la discussion sur les voies légales de migration, a ainsi préféré renvoyer aux autres pays européens la responsabilité d'offrir l'asile à ces personnes fuyant les violences et parfois même, des crimes contre l'humanité.

A retrouver en ligne dans son intégralité ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.