Les candidats à la présidentielle ont oublié la jeunesse

Les candidats a la présidentielle ont oublié la jeunesse.

Les gros candidats ne représentent qu’eux-mêmes et désertent la question de la « jeunesse ». La jeunesse n’est qu’au travers de leur bouche qu’un concept large et abstrait.

Quand les principaux candidats parlent de la nation, ils oublient que ces « jeunes », dont je fais partie, n’ont pour la plupart pas la définition inclusive que l’on entend à longueur de journée. Notre génération a grandi avec les yeux ouverts sur un monde au milles couleurs, langues, cultures, religions, façons de vivre. En un clic, nous pouvons communiquer, découvrir, apprendre ce que le monde peut nous offrir. Les grands candidats parlent sans arrêt du « vivre ensemble » mais excluent dans leurs raisonnements les minorités (dont font également partie des jeunes). C’est peut-être là une des grandes faiblesses de notre système français, le pouvoir de la soi-disant majorité rejette les plus faibles, les retraités, les minorités et les jeunes. Ce problème de la représentation est souvent évoqué, mais jamais réglé.

Aucun des candidats n’a, pour l’instant, de réels projets pour la jeunesse. Nous sommes l’avenir de la nation, et pourtant, nous sommes laissés de côté. Peu de candidats évoquent le lien entre notre jeunesse et l’écologie. Hors, nous avons le devoir de répondre à l’urgence écologique, à éclairer notre avenir et l’avenir de notre planète. Cet exemple peut paraitre simple, naïf, mais pourquoi ne pas évoquer la croissance positive dans des secteurs clés, qui répondraient aux besoins écologiques et économiques comme les énergies vertes ou les circuits courts ? Il nous faut construire un projet commun si notre jeunesse veut sortir de ce sentiment fatalité, comme si nous étions dépossédés de notre destin.

 

Malheureusement, il est difficile de se projeter dans cet avenir angoissant que nous portraient les politiques. Si en plus de cela, notre société se divise, que nous reste-t-il ?  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.