MarieAlbert
Aventurière, journaliste et autrice féministe
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2021

Non, les hommes ne nous sauveront pas du Covid-19

Je ne supporte plus le paternalisme des hommes qui nous gouvernent, qui nous embauchent et qui nous soignent. Ils sont partout, nous promettant une sortie de crise prochaine. Ils prétendent nous sauver, mais de quoi ? Ils ne protègent que leurs intérêts, au mépris du reste de l’humanité.

MarieAlbert
Aventurière, journaliste et autrice féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non, les hommes ne nous sauveront pas du Covid-19. Ils nous le répètent depuis un an, mais je n’y crois pas. “Nous sommes en guerre et la Nation soutiendra ses enfants (...). Nous leur devons évidemment les moyens, la protection. Nous serons là”, promet le Président de la République le 16 mars 2020 [1]. Emmanuel Macron se pose en “white savior”, le sauveur blanc au secours des pauvres et des malades. A ses côtés : Jean Castex, Premier ministre, et Olivier Véran, ministre de la Santé. Tous des hommes blancs cisgenres et hétérosexuels.

Ils ne sont pas seuls. Depuis le début, les hommes monopolisent la parole et l’image : “experts” en santé, “experts” en politique, “experts” en économie, à la télévision, à la radio, dans les journaux, sur internet. Le temps de parole des femmes a été divisé par deux sur le petit écran [2]. Les médias invitent en priorité des hommes cisgenres, blancs, hétérosexuels, valides et bourgeois pour nous expliquer la crise sanitaire. Oui, ils nous mansplainent à longueur d’antenne notre quotidien, nos souffrances et notre avenir.  

© @women_stats

Ces hommes craignent pour leur vie, et à raison. La majorité des victimes du Covid-19 sont des hommes de plus de 60 ans [3].

Les femmes sont moins touchées par le virus, mais se retrouvent “en première ligne” de la crise sanitaire, nous le savons. Les femmes et les personnes minorisées perdent leur travail, nourrissent leurs enfants, nettoient l’appartement. Nous affrontons la précarité et le deuil. Nous ne craignons pas forcément de mourir, mais nous redoutons que nos proches y passent. Nous supportons la charge mentale, émotionnelle et sexuelle du foyer. 

Les femmes et les personnes minorisées ont tout à perdre, dans la crise. Nous ne bénéficions pas toujours du télétravail ou du chômage partiel car nous occupons souvent des postes dits "essentiels" (hôpital, supermarché, école), ou aucun poste. Confiné·es à domicile, nous risquons des violences domestiques, psychologiques, physiques ou sexuelles.

Au même moment, les hommes privilégiés se remplissent les poches. Les dix plus riches du monde ont vu leur fortune totale augmenter de plus de 500 milliards de dollars depuis le début de la pandémie [4]. Les inégalités économiques, sociales, médicales se creusent. 

Bill Clinton à l'investiture de Joe Biden © Getty Images

Non, les hommes ne nous sauveront pas du Covid-19. Ils sont incapables de s’en protéger eux-mêmes. Ils pratiquent assidûment le “manslipping” - l’art de positionner son masque en dessous du nez - dans la rue, au travail ou à l’investiture du président américain Joe Biden [5]. 

Depuis un an, les femmes et les personnes minorisées ont disparu des rues, des bars et des lieux de pouvoir. Je me trompe : cela a toujours été le cas. Les hommes, les politiques, les entreprises et les médias nous invisibilisent à dessein. Ils privilégient leurs amis, leurs patrons, “la reprise économique”. Nous ne sommes pas concerné·es, nous le savons. Nous ne reprendrons rien du tout, ils garderont tout pour eux.

Si seulement nous existions, nous pourrions les mettre à la porte. Nous pourrions nous sauver du Covid-19. Nous-mêmes.

Marie Albert, aventurière, journaliste et autrice féministe

Merci à T. et A. pour leur relecture.

N.B. J’écris “le Covid-19” car le masculin l’emporte sur le féminin. Je n’écris pas “la Covid-19” car la féminisation menace la langue française. Vous refusez toujours d’écrire agente d’entretien, pompière, doctoresse, autrice. Je refuse d’écrire “la Covid-19”.

[1] Discours “Nous sommes en guerre”, Emmanuel Macron, 16 mars 2020

[2] Étude “Pendant le confinement, le temps de parole des femmes a baissé à la télévision et à la radio”, Institut National de l'Audiovisuel, 9 septembre 2020

[3] Bulletin “COVID-19 : point épidémiologique”, Santé Publique France, 21 janvier 2021

[4] Rapport “Le virus des inégalités”, Oxfam France, 25 janvier 2021

[5] Article “Is Mask-Slipping the New Manspreading ?”, James Gorman, New York Times, 20 janvier 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato