Le retour des élèves en classe sous quelles conditions?

         le gouvernement fait, certes, face à une situation inédite, qu'aucun autre a dû gérer avant lui; tout de même il me semble que des incohérences sont en lumières à la veille de la reprise des cours en maternelle et primaire.

En effet, il y a-t-il vraiment eu concertation entre les différents représentants des acteurs sociaux: maire, professeurs des écoles; parents? Sinon pourquoi des frondes de la part de certains de ces acteurs feraient jour.

-Les maires, ne sachant pas comment organiser cette reprise dans des locaux exiguës, que ce soit en classe, dans la cours où dans l'espace cantine. Faut-il ou non privilégié certains enfants, ou non, comment faire le choix? Les directives gouvernementales sont suffisamment flous, pour que chaque commune puisse l'interpréter à sa façon, d'où la différence de traitement d'une commune à l'autre.

-Les professeurs des écoles, se demandent comment gérer une classe, en journée en demi journée.? Comment suivre une directive de 54 pages mis à la disposition des enseignants une semaine à peine avant la reprise des cours? Comment surveiller la distanciation sociale, le lavage des mains? Ils se plaignent aussi, et à juste titre de la surcharge de travail; puisqu'il devront continuer d'envoyer les cours aux élèves non retenus pour la reprise.

Du côté des parents  c'est le même constat, aucune concertation. De leur côté la peur prime sur la raison, pour certain, qui ne veulent en aucun cas mettre leurs enfants à l'école, d'autre non pas le choix et mettent leurs enfants en classe presqu'à contre cœur

Toutes ces façons de gérer la reprise des cours, génèrent forcément des différences d'un territoire à l'autre, d'une école à l'autre, donc des rancœurs et n'aide pas à l'unification de la nation, au contraire c'est divisé pour mieux régner.

Restons vigilants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.