Dysfonctionnements de notre justice

Nous sommes trois justiciables du LOT-et-GARONNE conduits criminellement à la RUINE, par des avocats sans scrupules et sûrs de leur impunité car couverts jusqu'à présent du moins, par les institutions.

Madame VIDAL, porte parole des 3 victimes

Blog:  marie vidal  médiapart
http://combatcontreinjustice.over-blog.com

Les requérants:
Madame TÉRRIĖRE
Monsieur MONS
Madame VIDAL
Références Ministère de la Justice: D4 2012-247 P R/NR
D4 201410010527 et également: CD/FC

    Malgré les nombreuses plaintes conjointes que nous avons déposé et les incontestables preuves en notre possession des escroqueries, manipulations et collusions actives d'auxiliaires de Justice, manifestement coordonnés, le Ministère de la Justice refuse de diligenter une enquête pour mettre un terme aux abus dont l’institution se rend ainsi complice active.

C'est au cours de l'année 2004 que nos routes se sont croisées, conduits à la ruine par un même mode opératoire, nous avons alors décidé de mener un combat collectif.
Nous avons alerté et déposé de nombreuses plaintes, auprès du Ministère de la Justice, Procureurs successifs, Juges, Ordre des Avocats. Nous n'avons pas cessé d' alerter également: Présidents de la République, Députés, Sénateurs, Commission des lois, Présidents des groupes à l'assemblée Nationale, Premiers Ministres, ainsi que plusieurs Ministres de la Justice, défenseur des droit, commission des lois etc.... Le constat est le même, tant, sous l'ère de la République irréprochable d'hier, que sous celle exemplaire d'aujourd'hui, nos responsables politiques demeurent sourds aux plaintes des victimes de l'institution judiciaire au mépris des citoyens, des droits de l'homme et de la démocratie.
Après plus de 20 années de combat, malgré l’évidence des incontestable preuves des délits commis par nos Avocats respectifs, nous n'avons plus comme seule arme pour nous faire entendre et obtenir réparation, que de porter cet état de fait public.
Nous dénonçons une institution judiciaire qui a mis tout en œuvre pour empêcher la manifestation de la vérité, stopper une machination pourtant dévoilée, en étouffant la réalité de faits et en organisant méthodiquement la protection de professionnels du droit voyous.
Les preuves incontestables que nous détenons, la simple relation des causes aux effets, attestent des raisons de chaque situation dramatique dans lesquelles nous avons tous les trois été précipités.

 Un Résumé des faits s'impose pour celles et ceux qui n 'auront pas le temps et/ou la patiente de lire les faits jusqu'au bout:

  Nous avons été emmenés par la confiance envers nos Avocats, au départ les mêmes pour nous 3, le Cabinet BOUÉ et VEYSSIÈRE de VILLENEUVE SUR/LOT à entériner une série de décisions, tant sur le plan des conseils qu'ils nous ont donnés dans le cadre de la gestion de nos entreprises, que lors des formalisations des ventes de celles-ci, qui se sont révélées sous-tendues par des malversations commises à notre encontre. Lors de la formalisation de la vente, nous percevons 0 €. Les acquéreurs, complices de nos Avocats Maîtres BOUÉ et VEYSSIÈRE partent avec nos biens. Nous avons chacun été conduits, par un même mode opératoire à la RUINE et/ou QUASI RUINE. Au départ des Avocats peu scrupuleux BOUÈ et VEYSSIÈRE, mais également, par la suite, les Avocats que nous avions chargés de défendre nos intérêts, Maîtres JARDOT, DUPOUY, DEJEAN et VIVIER, cabinet VIVIER- GONELLE, ainsi que des Magistrats, qui régulièrement, tout au long de nos parcours judiciaires, par les manquements à leurs obligations professionnelles, la collusion, les entraves, les manques d'impartialité, les dénis de Justice, les conflits d'intérêts, les abus de faiblesse et confiance, faux en écritures publiques et privés etc....Ont utilisé d 'un bout à l'autre du maillon de la chaîne judiciaire des pratiques corporatistes et manœuvres frauduleuses, à l'évidence, très sciemment organisées, pour couvrir les escroqueries relevant du pénal et du civil commises par nos premiers conseils. Maîtres BOUÉ et VEYSSIÈRE.
Les abus dont nous sommes tous les 3 victimes, ayant toujours le même mode opératoire, ne peuvent être la conséquence d' incompétentes, ou de simples erreurs, mais bien des manipulations volontaires, commises par divers professionnels du droit, dans l'unique but de faire obstacle à nos intérêts. Nos défenseurs ont incontestablement abusé de notre confiance en nous laissant croire qu'ils défendaient nos intérêts, alors qu'ils protégeaient uniquement ceux de de leurs confrères, Maîtres BOUÉ et VEYSSIÈRE. Concernant la plainte que nous avons conjointement déposé en juin 2004, auprès du Bâtonnier d' AGEN, Alain MIRANDA, à l'encontre de nos conseils respectifs, l'enquête était déviée et manipulée par la présence irrégulière en tant que rapporteur de Maître Michel GONELLE, alors que son cabinet était visé et mis en cause dans celle-ci. Il y a pourtant bien pourtant un principe en droit, on ne peut être à la foi juge et Partie à la fois, l'IMPARTIALITE s'impose. L'Ordre des Avocats agissant par délégation de la Puissance Publique est pourtant, normalement tenu à l'OBLIGATION de VĖRITĖ dans ses Écritures Publiques. Nous n'avons jamais pu, bien sûr, obtenir les procès verbaux de nos auditions et nous n'avons jamais pu, là encore en assurer le contradictoire comme le permet la loi.

Une avancée sous la Présidence HOLLANDE, par un courrier du 21 octobre 2015, j'étais prévenue par la Direction des Affaires Civiles et du Sceau, qu'en date du 16 mars 2015, qu'une enquête avait été demandée à Monsieur CHAUSSERIE-LAPRĖE Denis, Procureur Général d' AGEN, suite à la plainte que nous avons déposé conjointement, en date du 9 septembre 2013, avant tout délais de prescription auprès de Madame TAUBIRA Ministre de la Justice. Hors depuis cette date nous n'avons aucune nouvelle du Ministère de la Justice, malgré les nombreuses requêtes que nous avons effectué. En date 4 août 2016, j'adressai une requête conjointe, auprès de Monsieur le Procureur Général d' AGEN, afin que nous soyons entendus dans le cadre de l'enquête diligentée. ( Nous demeurons sans réponse de sa part ). (Par contre nous savons de source sûre que le notaire de Mme TERRIĖRE à pourtant bien été entendu, il y a quelques mois, dans le cadre de cette enquête )

Depuis j 'ai sollicité à de nombreuses reprises Monsieur Olivier DAMAISIN honorable Député de la 3e circonscription de VILLENEUVE S/LOT, que nous remercions infiniment, car il a agit....... Mais n 'a, ni été entendu...... Ni pris en considération.

-En juin 2017, je remettais nos dossiers, plaintes et faits afin que Monsieur le Député DAMAISIN, transmette à Monsieur le Président de la République, à Monsieur le Premier Ministre, ainsi qu'au Ministre de la Justice qui était à l'époque Monsieur BAYROU. (Nous restons sans nouvelle).

-En novembre 2017, je remettais à nouveau nos dossiers à Monsieur le Député DAMAISIN, afin qu'il transmette à Monsieur le Premier Ministre, à Madame la Ministre de la Justice et à la Madame la Présidente de la commission des lois, Madame Yaël BRAUN-PIVET, “au titre de l 'article 24 de la constitution “ les Députés votent les lois mais doivent normalement contrôler le Gouvernement afin que celles-ci soient appliquées”..... "Ceci est dans les textes, mais pas dans les faits" (Nous demeurons sans nouvelle)

-En mars 2018, je remettais à nouveau notre dossier à Monsieur le Député, avec, courrier et pièces pointes, afin qu'il transmette à Madame Belloubet Ministre de la Justice, en date du 6 mars, lors de sa venue à AGEN. Notre dossier à bien été là encore remis à Madame la Ministre. ( Nous demeurons toujours sans nouvelle)

-En septembre 2018, encore une fois je remettais à Monsieur le Député Damaisin, courrier et pièces jointes de nos affaires, qui ont bien été remis à Madame la Ministre de la Justice lors de sa visite à Agen en date du 13 septembre.( Nous demeurons encore et toujours sans nouvelle)

-En date du 25 mars 2019, je sollicitais à nouveau Monsieur le Député DAMAISIN ainsi que les deux autres Députés du Lot-et- Garonne Messieurs LAUZZANA et FRESCHI ( ces deux derniers Députés n'ont jamais accusé réception à ma requête),  (je leur demandais de remettre nos requêtes, à Madame BELLOUBET, Ministre de la Justice, à Monsieur Edouard PHILPPE Premier Ministre et à Madame Yaël BRAUN-PIVET, afin qu'ils saisissent la commission des lois. ( mais également d'interroger en séance publique à l' Assemblée Nationale Madame la Ministre de la Justice concernant les dysfonctionnements dont nous étions victimes et les dispositions qu'elle comptait prendre pour empêcher les professionnels du droit de pratiquer des malversations à l'encontre des justiciables. ( Questions jointes à notre requête). (nous  demeurons toujours et encore sans nouvelle)

-En date 5 juillet 2018, je tentais également , un peu au hasard, d' alerter et de demander l 'aide de trois Députés qui me semblaient être attachés aux valeurs de la République, Messieurs Adrien QUATENNENS, Cédric VILLANI , ainsi que Madame Sonia KRIMI . (Aucun n'a daigné répondre).

 Nous demandons, à Madame BELLOUBET, Ministre de la Justice d'être entendus, sans délai, par les services compétents en la matière, d'être pris en considération, d'être dédommagés des lourds préjudices que nous avons subi, conformément à la plainte que nous avons déposé à l'encontre de l'Ordre des Avocats, en date du 9 septembre 2013 qui fait l'objet d'une enquête diligentée par Monsieur le Procureur Général d' AGEN depuis le 16 mars 2015, mais également que soient sévèrement sanctionnés ces violeurs de lois, ces destructeurs de vies qui déshonorent la République. 

 Nous ne sortons pas indemne de toutes nos épreuves. Nous payons le prix fort de tous ces abus pervers et criminels commis par des professionnels du droit, avec de surcroît le sentiment légitime d'être abandonnés et trahis par l’État Français. Nous vivons au quotidien, dans un profond sentiment d'injustice, de graves problèmes de santé, provoqués par nos souffrances, mais également des problèmes financiers, causés par des années de procédures qui n'avaient aucune chance d'aboutir en notre faveur, puisque, ceux qui étaient censés défendre nos intérêts, faire respecter et appliquer les lois, ont tronqué, manipulé, manœuvré.... Pour nous conduire à la RUINE.
                                                                                     

                                                                                          PO
                                                                                   Mme VIDAL

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.