Val-de-Marne, écoles sinistrées

Dans le Val-de-Marne, 104 fermeture de classes ont été prononcées, laissant exsangues des établissements contraints d'accueillir près de trente élèves par classe en maternelle et en primaire. Voici le texte de Pascale, une amie et collègue du Collectif Les Enfants d'abord, qui témoigne de la situation.

La situation est dramatique pour de nombreux écoliers du Val-de-Marne, où 104 classes sont fermées dans le premier degré en cette rentrée 2020. Après le traumatisme du confinement et 6 mois sans école, ces élèves se retrouvent dans des classes de maternelle, de CP et de CE1 dont les effectifs atteignent 29 élèves. 

Contrairement aux affirmations du ministre lors de sa conférence de rentrée, les taux d’encadrement ne se sont pas améliorés sur tout le territoire, et on est encore loin des 24 élèves par classe promis en grande section de maternelle, CP et CE1.

Comment, dans le contexte actuel, le ministère de l’Éducation nationale peut-il fermer des classes ? Au lieu de donner des chances à nos enfants de rattraper le retard accumulé au printemps, en allégeant les effectifs pour permettre aux enseignants de mieux les accompagner et aussi de réduire le risque sanitaire, l’Éducation nationale surcharge les classes.

Je fais partie d’un collectif de parents de Gentilly baptisé « Les enfants d’abord », qui s’est constitué au mois de juin 2020 pour protester contre cette politique de « remplissage » qui bafoue l’intérêt de nos enfants et fait le lit de l’échec scolaire. En maternelle dans les autres pays de l’OCDE, il y a en moyenne 16 enfants pour 1 enseignant. Si la France annonce en moyenne 23 enfants par enseignant, la réalité du terrain est tout autre.

Par exemple, l’année dernière au groupe scolaire Lamartine de Gentilly une classe a été construite et ouverte en élémentaire pour accueillir un CP. Cette classe a été fermée cette année, portant ainsi les effectifs des CP à 29 par classe (cf Listes des élèves jointe). Bien que non classée REP, cette école accueille pour moitié de ses effectifs des enfants de la cité du Chaperon vert, située à cheval entre Gentilly et Arcueil. Nous avons appris hier matin que cette fermeture était définitive, laissant les enseignants désemparés… et combien d’enfants au bord du chemin.

Dans la classe de ma fille, qui est en moyenne section de maternelle dans une classe à double niveau avec des élèves de grande section, ils sont 27 pour une seule enseignante. Là encore, une classe de la maternelle avait été fermée l’année dernière. Dans l’école Olympe-de-Gouge, elle située à Arcueil, mais qui accueille aussi des enfants de la cité du Chaperon vert, les effectifs sont aussi de 29 en petite section de maternelle et en CP. 

Le 1er juillet dernier nous avons filmé une manifestation d’enseignants et de parents devant la DSDEN de Créteil, qui alertait des risques éducatifs et sanitaires si la fermeture des 102 classes annoncée dans le Val-de-Marne par la nouvelle DASEN, Mme Bazzo, était confirmée (la DSDEN avait envoyé la police sur les manifestants). 

Nous avons appris hier matin que les fermetures de classes, portées à 104, étaient pour la plupart confirmées, notamment à Gentilly. 

Il est urgent de dénoncer cette politique éducative qui sacrifie toute une génération d’élèves en ne leur donnant pas les moyens d’apprendre dans de bonnes conditions et encore moins de rattraper leur retard. Qui plus est en pleine crise sanitaire. 

Voici des liens vers notre page Facebook et notre chaîne YouTube où nous évoquons, à travers des petits sujets d’actualité et des sketchs humoristiques, la situation catastrophique de l’école aujourd’hui.

https://www.facebook.com/Collectif-Les-Enfants-Dabord-111099197336298

https://www.youtube.com/channel/UCPEuosqyOK903hLp-SOd5jQ/videos?view_as=subscriber

La mairesse de Gentilly, Mme Tordjman, doit rencontrer, ce mercredi 9 septembre, Mme Bazzo, la DASEN du Val-de-Marne, pour essayer de la faire changer d’avis. Il y aura une fois de plus une manifestation au pied de la DSDEN à 17h30 pour protester contre cette situation scandaleuse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.