Marine CARRÉ
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

Puylaurens, village martyr du projet d'autoroute Castres-Toulouse

Usine à goudron, fumées toxiques, retour du trafic au cœur du village… Puylaurens subirait de plein fouet les dommages d'un projet d'autoroute sans fondement décidé sur un coin de table par un ministre et le fondateur des laboratoires Fabre implantés à Castres. Dans le Tarn, ce village ferait les frais de décisions politiques dévastatrices soumises à la pression des lobbies privés.

Marine CARRÉ
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'entreprise NGE/ATOSCA et les services de l’État se donnent six mois pour signer le contrat de concession de l'autoroute Castres-Toulouse.
Depuis l'annonce du nom du concessionnaire par le premier ministre en septembre dernier, c'est en terrain miné que l'entreprise NGE avance, harcelée par une contestation qui s'amplifie de jour en jour avec la création récente d'un nouveau collectif citoyen très déterminé : "la Voie est Libre". Et cela n'est pas prêt de s'arrêter...

En décembre dernier, lors d'une réunion avec des maires, le concessionnaire annonçait l'ouverture prochaine de centrales d'enrobage dans les villages de Puylaurens et Villeneuve-Lès-Lavaur, des installations classées ICPE à l'origine de nombreux scandales sanitaires du fait des émissions de benzène et de benzoapyrène, des substances hautement cancérogènes. Dans un reportage diffusé en 2019, Envoyé Spécial levait le voile sur les conséquences dramatiques des gaz émis par les usines d'enrobage sur la santé des riverains (maladies auto-immunes, cancers...) et sur l’environnement (dépôts de suie, dépérissement des végétaux...).

Bitume : la part d'ombre © Association Avenir Santé Environnement

RETOUR SUR UN PROJET SANS FONDEMENT

Dans ce dossier d'autoroute, les services de l’État ne se préoccupent pas de répondre aux arguments des opposants tant les données objectives plaident pour un abandon du projet. Si l'on en croit les simulateurs d'itinéraires, le gain de temps de cette autoroute par rapport à la route actuelle serait de l'ordre de 12 minutes avant d'atteindre les bouchons toulousains. Comment alors expliquer la démesure d'un péage Castres-Toulouse qui oscillerait entre 8 et 10 Euros (prévisions issues du dossier DREAL) ? Pour une raison simple : les derniers comptages effectués par la DREAL en 2019 dévoilent un trafic cruellement insuffisant pour justifier le recours à une autoroute payante parallèle à une route existante (carte DREAL : une fraction de 5600 véhicules sur le trajet complet).

Dans le même temps, des aménagements publics gratuits pour l'usager voient le jour dans le département pour des trafics nettement plus importants (liaison Castres-Albi...).
De surcroît, la RN 126 parcourt ses 54 km entre Castres et Verfeil en quasi ligne droite et nécessite d'être promptement sécurisée et aménagée. C'est la solution alternative d'aménagement défendue par les collectifs La Voie est Libre, PACT et RN126, une solution qui ferait l'économie de centaine d'ha de terres agricoles. L'aménagement public de cette route a d'ailleurs débuté il y a 20 ans avec la création de deux tronçons en 2X2 voies, représentant 10 km sur les 54 km du trajet Castres-Verfeil, mais...

HOLD-UP SUR LES ROUTES PUBLIQUES

Pour qui roulent les élus de la communauté de communes Sor-et-Agout ?

https://www.ladepeche.fr/article/2016/06/30/2375956-autoroute-toulouse-castres-le-projet-alternatif-de-la-haute-garonne.html

Ils acceptent de rétrocéder au concessionnaire les 10 km de déviations publiques, privant les usagers d’aménagements gratuits d’une valeur de plus de 55 millions d’Euros. Il y a 20 ans, ces déviations sortaient le trafic des villages de Soual et de Puylaurens et faisaient gagner aux automobilistes jusqu'à 25 minutes pour rallier Toulouse depuis Castres.

Aujourd'hui, avec ce "Hold-up" réalisé avec l'assentiment des élus, les automobilistes devraient payer pour emprunter des déviations qu'ils ont eux-mêmes financées, ou bien retrouver des conditions de circulation dégradées en perdant un temps conséquent.
Pour les collectifs opposés à l'autoroute, cette rétrocession serait illégale. Ils s'appuient sur la réserve émise en 2017 par la commission d’enquête du projet d'autoroute qui exhortait le futur concessionnaire à proposer un itinéraire de substitution équivalent.

DES USINES A GOUDRON POUR PLUMER L'AUTOMOBILISTE

La quiétude de Puylaurens,

bourgade bien connue des sud-tarnais pour son marché de producteurs, pourrait bien être anéantie si le projet d'autoroute voyait le jour.
Tout comme à Soual, avec la privatisation de la déviation et le péage prohibitif qui y serait exercé, le trafic se masserait à nouveau devant la halle du centre-village. Aux pots d'échappement, s'ajouteraient les émanations toxiques d'une centrale d'enrobage qui pourraient bien pourrir la vie et la santé des villageois. Toutefois, à 20 km de là, un exemple a de quoi donner espoir aux habitants de Puylaurens...

"Puylaurens" Clip Officiel / Gérard et Sylvain © Gérard et Sylvain

En 2016, un collectif de Verfeil gagnait sa bataille contre une centrale d’enrobage après 10 ans de recours judiciaires, mettant en avant l’impact environnemental et sanitaire insupportable pour la population.

Cinq ans plus tard, un bras de fer similaire pourrait donc s’engager entre l'entreprise NGE/ATOSCA et les habitants de Puylaurens. Mais dans ce dossier autoroutier, l'opacité est de mise du côté des décideurs et du concessionnaire, les collectifs se chargent donc d'informer les habitants, comme l'illustre ce tract à destination des habitants de Puylaurens.

Tract du collectif La Voie est Libre destiné aux habitants de Puylaurens

Après la mobilisation contre les projets de carrières finalement abandonnés sous la pression citoyenne, ces usines à goudrons pourraient bien être l'épisode de trop qui mettra un terme à ce projet d'autoroute déconnecté des enjeux de préservation des sols. Une difficulté supplémentaire pour le concessionnaire, qui fait face à la mobilisation sans précédent de plusieurs collectifs très déterminés.

Ce projet d’autoroute s'enfonce depuis de longues années dans une impasse et le chemin paraît bien long pour NGE/ATOSCA avant la réalisation du contrat. Reste à savoir si les décideurs seront capables d'entendre l’expression citoyenne qui pousse pour un aménagement du territoire cohérent et soucieux des enjeux environnementaux. La responsabilité leur revient avant que les tensions n'atteignent un point de non-retour.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel