«Your country needs you», David Cameron entre en guerre

 Lors de son premier discours de clôture du congrès du parti conservateur en tant que Premier Ministre, David Cameron a annoncé vouloir donner un «nouveau départ» au pays.

 

Lors de son premier discours de clôture du congrès du parti conservateur en tant que Premier Ministre, David Cameron a annoncé vouloir donner un «nouveau départ» au pays. Selon M. Cameron «les Britanniques ne sont pas des passagers, ce sont eux qui sont au volant». Faisant référence à Lord Kitchener (ministre de la guerre pendant la Première Guerre mondiale et dont le visage figurait sur les affiches de recrutement) David Cameron a donné le ton en proclamant «Your country needs you».

 

Kitchener: "Your Country Needs You"

 

Le Premier Ministre a compris que les Britanniques «s’inquiétaient» des conséquences des coupes budgétaires annoncées lundi 4 octobre par George Osborne, ministre des Finance. En 2013, le «Child Benefit» (les allocations familiales) devrait être supprimé pour les foyers les plus riches touchant ainsi 15% des famillles. Les allocations familiales ont été créées en 1946 et sont actuellement accordées à tous. Si le Premier Ministre britannique a compris l’inquiétude de ses citoyens, il n’y a selon lui, «pas d’autre choix responsable».

 

A Birmingham mercredi 6 octobre, il a insisté tout au long de son discours sur le concept de «Big Society» (la grande société). Ce slogan, lancé pendant la campagne avait fait un flop mais M. Cameron y est resté accroché depuis. Il a exhorté ses concitoyens à faire corps avec ce concept : «la société n’est pas un sport passif. C’est votre pays. Il est temps de relever le défi et d’en prendre possession». Il a notamment promis de créer un service citoyen international qui donnerait aux jeunes l’opportunité de «voir le monde et servir les autres».

 

Une «société civilisée» donnera toujours un soutien financier direct aux plus vulnérables mais l’important n’est pas le montant de l’aide a précisé M. Cameron, critiquant les travaillistes. «Demander plus d’argent à une personne qui travaille chaque jour pendant de nombreuses heures pour que la famille d’à côté puisse continuer à vivre sur ses aides sans travailler, est-ce que cela est juste ?». Pour le Premier Ministre, le concept d’équité inclut trois points : encourager la stabilité familiale, une aide à l'éducation et à trouver un emploi.

 

Si les citoyens répondent à son «appel aux armes» il affirme qu’ils pourront construire un pays qui ait confiance en lui-même. Il a ajouté : «trop de personnes raisonnent de la manière suivante : « j’ai payé mes impôts, l’Etat s’occupera de tout le reste » ». M. Cameron a encouragé les Britanniques à contrôler leur propre vie : «Travaillons, ensemble, dans l’intérêt national».

 

Bye Bye Beveridge.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.