Le contrôle des frontières britanniques pourrait être confié à la France

 

Alors que le gouvernement britannique s’apprête à annoncer un plan d’austérité sans égal, l’inquiétude grandit. Le ministre des finances, George Osborne, doit donner demain les détails des coupes budgétaires ayant pour objectif de réduire le déficit public record de plus de 10% du PIB. Tous les postes budgétaires devraient être concernés. Les syndicats ont appelé à manifester dès aujourd’hui devant Westminster.

 

Selon The Independent, ces coupes budgétaires pourraient toucher le contrôle des frontières entre la France et le Royaume-Uni. Une des propositions mettrait ainsi fin au système de double contrôle de l’immigration et rendrait la France seule responsable des contrôles aux frontières.

 

Pour Marianne Taylor de l’Agence des Frontières Britannique (UKBA UK Border Agency), « ce ne sont pour le moment que des spéculations. Les mesures seront rendues publiques demain lors de l’annonce du plan d’austérité ». Le budget de l’UKBA devrait être réduit de 25 à 40%.

 

Hier pourtant le secrétaire général du syndicat Services Publics et Commerciaux (PCS), Paul 0’Connor, a annoncé que ces mesures risquaient d’augmenter l’immigration illégale. Une des propositions viserait à délocaliser les agents de l’agence des frontières britanniques de l’autre côté de la Manche. Cette mesure permettrait de réduire les frais de transports des agents qui circulent entre la France et le Royaume-Uni mais les syndicats craignent que des compagnies privées ne prennent le relais à moindre coût. Or, le gouvernement précédent avait promis que l’agence aux frontières britanniques ne serait pas privatisée, ni même semi-privatisée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.