Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

13 Billets

5 Éditions

Billet de blog 3 févr. 2012

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Sur son site, l'UMP stigmatise les «étrangers»

Sur son site, l'UMP propose des «questions de la semaine» stigmatisant les «étrangers». Les formulations sont aussi effarantes que les résultats.

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Sur son site, l'UMP propose des «questions de la semaine» stigmatisant les «étrangers». Les formulations sont aussi effarantes que les résultats.

«Pour lutter plus efficacement contre les actes de délinquance commis par une frange de la population qui a fait de la violation de la loi pénale son mode habituel de vie, doit-on expulser les étrangers auteurs de tels faits?» Non, vous n'êtes pas sur le site du Front national, mais sur celui de l'UMP, comme l'a repéré le blogueur Dadavidov. Dans la rubrique «agir» de son site officiel, le parti présidentiel propose aux internautes de répondre à la «question de la semaine» - présentée comme un «sondage» - par «oui» ou par «non».

«Les réponses ne seront pas utilisées pour des propositions de loi, elles seront consultées à titre informatif», peut-on lire. En réalité, les questions sont très orientées et la réponse attendue est «oui». Les résultats avoisinent d'ailleurs les 90% de réponses affirmatives (cf capture ci-dessous). Exemple: «Endetté, le département de la Corrèze, présidé par François Hollande, doit-il geler les salaires de tous ses élus et faire ainsi preuve, comme l'Etat, de gestion saine et rigoureuse?».

Les thématiques choisies sont également orientées. Sur 20 questions, 5 concernent les «étrangers», dont trois sur les huit dernières questions.

Une deuxième:

Une troisième:

Une quatrième:

A l'UMP, on ne voit pas où est le problème. «Vous la trouvez choquante, cette question?», s'étonne l'attaché de presse de l'UMP, Ludovic Guillot. Ces «questions de la semaine» sont réalisées «par le service communication de l'UMP» «en fonction de l'actualité générale et de l'actualité de l'UMP, c'est-à-dire de nos réunions, nos conventions thématiques», nous explique-t-il. Le but? «Faire vivre le site». Et surtout mobiliser l'électorat de droite sur des thématiques bien tranchées, comme l'UMP le fait avec sa campagne contre le droit de vote des étrangers aux élections locales.

Plusieurs questions sont un appel du pied clair à un électorat très droitier:
- «Un moment solennel d’engagement doit-il être instauré pour permettre aux jeunes Français d’affirmer leur attachement à la France et se monter prêts à défendre ses intérêts et les valeurs universelles qu’elle porte?»
- «Etes-vous favorable à la proposition de Nicolas Sarkozy de faire du 11 novembre la date de commémoration de la Grande guerre mais aussi de tous les morts pour la France et ce sans suppression des autres commémorations?»

Pendant le quinquennat, les accusations de «lepénisation» de l'UMP se sont multipliées. Lors du débat sur l'identité nationale (novembre 2009-février 2010), du débat sur l'islam (mars 2011), ou encore lors dans la séquence qui a suivi le discours sur Grenoble (juillet 2010) et la circulaire sur les Roms. Des voix se sont même élevées à l'intérieur de la majorité (Hervé GaymardYves Jégo, Jean-Pierre Raffarin, Rama Yade, ou encore Dominique de Villepin) pour dénoncer une «course après le Front national». Les incriminés s'en défendent.

«Je n'ai rien à voir avec le Front National, rien de commun avec le FN»; «Jamais je n'aurai les théories, les thèses folles du Front national», se justifie Claude Guéant, régulièrement accusé d'employer le vocabulaire et les thèses du FN. «Il y a beaucoup de Français en attente de sécurité et de maîtrise de l'immigration. (...) Je parle de l'immigration parce que c'est un sujet qui préoccupe beaucoup les Français», a-t-il dit le 29 novembre sur RTL. «Si des électeurs du Front national trouvent que je réponds à leurs attentes, j'en suis content», a-t-il tout de même déclaré après ses attaques contre les étrangers en situation régulière.

A lire sur Mediapart:

- Notre dossier sur la chasse aux électeurs du FN de Nicolas Sarkozy, ici.
- Notre enquête «les mots du FN dans la bouche de l'UMP», ici.
- Notre BuissonScope depuis mai 2011, ici
- Notre portrait: Guillaume Peltier, le «bébé Buisson» de l'UMP, ici.
- Notre article: Claude Guéant, porte-drapeau des thèses de l'extrême droite, ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa