L’UMP Brigitte Barèges renonce à son action contre Mediapart

Le 26 mai 2011, Mediapart avait publié un portrait-enquête de Brigitte Barèges, maire UMP – et à l’époque également députée – de Montauban (Tarn-et-Garonne). Notre article portait sur sa gestion locale, son attitude vis-à-vis de l'opposition municipale et sur son refus de célébrer une union qu'elle soupçonnait être un mariage blanc. Un mois plus tard, le 30 juin, l’élue attaquait Mediapart en diffamation. 

Le 26 mai 2011, Mediapart avait publié un portrait-enquête de Brigitte Barèges, maire UMP – et à l’époque également députée – de Montauban (Tarn-et-Garonne). Notre article portait sur sa gestion locale, son attitude vis-à-vis de l'opposition municipale et sur son refus de célébrer une union qu'elle soupçonnait être un mariage blanc. Un mois plus tard, le 30 juin, l’élue attaquait Mediapart en diffamation. 

Brigitte Barèges le 14 septembre 2011, lors d'un meeting à Toulouse. © Flickr / UMP Brigitte Barèges le 14 septembre 2011, lors d'un meeting à Toulouse. © Flickr / UMP
Le 28 août 2012, le tribunal correctionnel de Toulouse a déclaré la citation irrégulière. La maire de Montauban a fait appel. L’audience à la Cour d’appel de Toulouse était fixée au 21 février. Elle n’aura finalement pas lieu: Brigitte Barèges s’est désistée de son appel le 15 février.

Membre de la Droite populaire, battue aux élections législatives en juin, l’élue avait suscité un tollé la veille de la publication de notre article. Le 25 mai 2011 elle avait en effet déclaré, lors de l’examen d'une proposition de loi PS visant à « ouvrir le mariage aux couples de même sexe »« Et pourquoi pas des unions avec des animaux? Ou la polygamie? ». Face à la polémique, elle avait reconnu, dans un communiqué, des propos « maladroits » mais réfuté leur « caractère homophobe ». Elle avait expliqué vouloir « poser la question de la pertinence d’adapter systématiquement la loi et les institutions à l’évolution des mœurs » et avait invoqué un « raisonnement par l'absurde », une phrase « prononcée dans un contexte de dérision ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.