Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

13 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 mars 2017

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Quand le FN décide du casting d’un plateau de France Culture

Invité d'une émission de France Culture consacrée au Front national – son fonctionnement, ses affaires –, Mediapart a été décommandé après que Jean-Lin Lacapelle, le secrétaire général adjoint du parti, a fait savoir qu'il ne viendrait pas si nous étions en plateau.

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Un dirigeant politique qui menace de ne pas venir en plateau si tel journaliste s’y trouve. C’est en France, sur une radio du service public.

Le 1er mars, coup de fil de l’émission « L’Atelier du pouvoir » sur France Culture pour m’inviter en studio, deux jours plus tard, en tant que journaliste couvrant le Front national. Le thème: « l’organisation du Front national, son fonctionnement ». « Et on abordera aussi l’affaire des assistants parlementaires du FN », me dit-on. L’un des dirigeants du FN, Jean-Lin Lacapelle, un vieil ami de Marine Le Pen qui occupe le poste stratégique de secrétaire national aux fédérations, a été invité, ainsi qu’un ou une chercheur/chercheuse. Je refuse d’abord, j’ai un rendez-vous déjà calé cette matinée-là. Mon interlocuteur insiste. Je finis par accepter.

Le lendemain, nouveau coup de fil. Il s’excuse platement mais il est « contraint d’annuler » mon invitation. Le motif? Jean-Lin Lacapelle ne viendra pas si je suis en studio. Je ne suis pas sûre d’avoir bien entendu. Je lui fais répéter. « Vous comprenez, avec les temps de parole, il faut qu’on invite le FN », m’explique mon interlocuteur. Je tombe de ma chaise. Depuis quand un dirigeant politique, qu’il soit du Front national ou d’un autre parti, choisit-il les invités? 

En fin de journée, texto de Thomas Wieder, le journaliste du Monde qui co-anime cette émission diffusée le samedi midi sur France Culture. Il tient « à [s’]excuser de cette annulation ». Je lui demande des explications sur les raisons fournies par Jean-Lin Lacapelle, et par cette décision pour le moins incroyable de France Culture. « Comment pouvez-vous annuler la venue d’une journaliste sur volonté d’un dirigeant du FN? ». « Ça n’a évidemment rien à voir avec le fait qu’il soit FN. Il arrive que des invités déjà bookés réagissent ainsi dans tous les domaines », me répond-il. Ah bon? 

Lundi, j’ai découvert que l’émission – qui se présente comme celle « qui vous parle de politique autrement » –, a bien été diffusée, le 11 mars, intitulée « FN: un parti comme les autres? » (elle est disponible ici). En plateau, Jean-Lin Lacapelle, l’historienne spécialiste du Front national Valérie Igounet, Olivier Faye, qui couvre ce parti pour Le Monde, et Stefan de Fries, correspondant néerlandais à Paris pour RTL Pays-Bas. « Jamais ce parti n’a semblé aussi proche du pouvoir et ce malgré différentes affaires judiciaires qui l’affectent », explique l’animateur en préambule.

Jean-Lin Lacapelle, lui, a souri de cette annulation sur Twitter:

Sur le compte Twitter de Jean-Lin Lacapelle, le 20 mars.

Ce n’est pas la première fois que les dirigeants du Front national formulent de telles exigences. Le 17 février, après les révélations communes de Mediapart et Marianne sur les soupçons d’emplois fictifs de deux assistants de Marine Le Pen, trois dirigeants du FN – Florian Philippot, Nicolas Bay, Sébastien Chenu – ont décliné l’invitation de BFMTV en sachant qu’un des auteurs de cette enquête serait présent en plateau (lire l’article d’Arrêt sur images). Le vice-président du FN Florian Philippot est pourtant un grand habitué des plateaux de la chaîne d'info. Craignait-il des questions gênantes sur le sujet? BFMTV a en tout cas maintenu notre présence en plateau pour aborder cette affaire du Front national.

Cela n'empêche pas le parti d'extrême droite de se poser en défenseur de la liberté de la presse. Le 18 mars encore, invité de l'émission de Laurent Ruquier, Florian Philippot a joué ce refrain. Le Front national effectue pourtant un tri sélectif clair de ses journalistes. Depuis que Marine Le Pen a pris sa tête, plusieurs médias ou journalistes se voient interdire tout accès à ses événements publics, comme l’émission Quotidien de Yann Barthès et Mediapart.

Lors de récents déplacements importants, Marine Le Pen a également trié sur le volet les médias embarqués, comme l'a relevé notre confrère du Monde. Plusieurs équipes de journalistes ont également été prises à partie ces dernières années lors d'événements frontistes ou en marge d'enquêtes sur la galaxie FN. Le Front national, un parti comme les autres?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes