Le pavé brûlant dans l'hiver

Des mots en poésie.

Deux Diamants dans les yeux verts. J'entends le cri des faunes. Dessinés sur le mur de la rue Laurence Savart. Les faunes me regardent en passant.

J'aime descendre la rue Laurence Savart.

Mes talonnettes claquent sur le pavé de la rue Laurence Savart. J'entends rugir les deux fauves dessinés sur le mur.

Je suis fière de descendre la rue Laurence Savart; en claquant mes talonnettes sur son pavé dégringolant.

C'était le 31 décembre 2020.

Tout le monde parlait du couvre-feu du covid; et je descendais l'après-midi la rue Laurence Savart; sans savoir pourquoi.

Je ressentais sans savoir pourquoi comme un oiseau qui chante en moi : l'espoir. Je faisais claquer les talonnettes sur le pavé dans le froid glacial de cet après-midi d'hiver.

J'aime descendre la rue Laurence Savart.

En claquant mes talonnettes sur le pavé; je regardais les murs pourpres de ses terrasses; je regardais en claquant mes talonnettes sur le pavé; la façade ocre préfaçant un horizon de nuages gris. Comme tous les jours d'hiver en ville.

Paris.

Deux yeux fauves rugissent. Le mur est graphe, ce que la feuille est stylo. Qui dessine sur les murs de la rue Laurence Savart ?

Je suis fière de descendre la rue; c'était le 31 décembre 2020.

Tout le monde parlait du couvre-feu du covid; le sentier pavé de la rue Laurence Savart dégringolait; les murs pygmentés; du pourpre et de l'ocre; de terrasses et des façades.

Dans le quartiers : il graphe tout. Artistes... ! Pour le meilleur des murs de la ville. Tombe sur les murs une pluie de couleur. Tombe sur le quartier une pluie de couleur; alors que dans l'hiver glacial s'abat sur la ville un épais manteau de nuages gris; il pousse des graphes.

Ils graphent tout. Ces artistes. Peintres pour le meilleur des murs de la ville. Les couleurs explosent. Dans l'horizon étroit du quartier explose et explore la couleur pour résister à l'étau des murs gris en pierre il pleut des couleurs sur la ville une pluie de couleur créative.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.