Poésie d'un soir d'été

A regarder le bateau bleu qui remontait la Seine

Apercevoir derrière la verdure des berges,

Le Soleil couchant peindre les tours froides de la métropole

La ville en rose s'illuminait d'or.

Un arbre mort,

Jonché sur les berges dort.

Son tronc couché et ses branches trempant dans l'eau, accueille riverains.

A l'heure, où après la chaleur suffocante du jour,

L'air tiédit pour redevenir respirable.

Scène presque bucolique, les danseurs de salsa des bords de berges,

Sous la lueur d'un Soleil couchant maquillant outrageusement le ciel de rose,

Les toits de Paris, portant ce gris monotone, se laissaient travestir de ces couleurs indigènes.

Leurs joues se fardaient de rose et d'orangée.

Tandis que la scène des berges, restaient prisonnières de ce ciel chargé de pluie, d'énormes gouttes tombaient par intermittence,

Inlassablement, l'agitation des couples dansants au rythme virevolté d'une salsa insouciante.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.