Parole dans l'ombre

Poème XV de Victir Hugo - L'Âme en fleur, Les Contemplations.

PAROLE DANS L'OMBRE

 

Elle disait : C'est vrai, j'ai tort de vouloir mieux ;

Les heures sont ainsi très-doucement passées ;

Vous êtes là ; mes yeus ne quittent pas vos yeux,

Où je regarde aller et venir vos pensées.

 

 

Vous voir est un bonheur ; je ne l'ai pas complet.

Sans doute, c'est encore bien charmant de la sorte !

Je veille, car je sais tout ce qui vous déplait,

À ce que nul fâcheux ne vienne ouvrir la porte ;

 

Je me fais bien petite, en mon coin, près de vous ;

Vous êtes mon lion, je suis votre colombe ;

J'entends de vos papiers le bruit paisible et doux ;

Je ramasse parfois votre plume qui tombe ;

 

Sans doute, je vous ai ; sans doute, je vous voi.

La pensée est un vin dont les rêveurs sont ivres,

Je le sais ; mais, pourtant, je veux qu'on songe à moi.

Quand vous êtes ainsi tout un soir dans vos livres,

 

Sans relever la tête et sans me dire un mot,

Une ombre reste au fond de mon coeur qui vous aime ;

Et, pour que je vous voie, il faut

Me regarder un peu, de temps en temps, vous-même.

                                      Paris, octobre 18..

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.