poésie nostalgique

Poésie nostalgique

 

Marchant vers la rue des figuiers,

En cette matinée estivale, la charleur montante déjà bien installée,

Une matinée comme un autre jour estival.

Je marchais comme à son habitude sur les pavés multicolores encore humides de cette ruelle parisienne qui rejoind la rue des figuiers. Je me souviens.

Je revois les dalles de ce port.

Je revois mes pas hésitant pour ne pas glisser sur les dalles qui m'emmenaient jusqu'à l'embarcadère rejoindre les pinèdes du littoral voisin, nager dans une insouciante baignade, la plage était notre idylle paradisiaque.

Respirant le bonheur de cette traversée matinale.

La routine est faite pour rendre le quotidien perfectible. Un exercice d'entraînement pour parfaire sa dextérité à vivre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.