Marjorie Milona
travaille à la transmission de la culture et de l'éveil imaginatif auprès des enfants
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 mars 2019

Paris, justice climatique et sociale : "le seul héros c'est le peuple"

Hier, samedi 16 mars, à Paris, des milliers de participants à la Marche de convergence pour le climat et la justice sociale ont déferlé depuis la place du Trocadéro vers la place de la République arborant des milliers de slogans citoyens décidés d'en finir avec l'influence sur les décisions publiques des lobbies.

Marjorie Milona
travaille à la transmission de la culture et de l'éveil imaginatif auprès des enfants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Le seul héros c'est le peuple".

Oui, hier des milliers de citoyen.ne.s étaient réunis dans les rue de Paris pour marcher en faveur d'une justice climatique et sociale. Oui, hier des milliers de slogans ont déferlé du Trocadéro jusqu'à la Place de la République, de la créativité, de la festivité, dans une détermination générale pour dire non aux lobbies du climat. Mobilisés à travers les associations et ONG phare, La Marche du Siècle, Bloom, Greenpeace, Attac et la présence de LFI et du cortège contre les violences policières, les citoyens et les citoyennes étaient en action pour la justice et le climat.

11h Place du Trocadéro; quelques GJ présents.; une association vietnamienne manifestait contre les actions écocides menées par la Chine; les associations, L'Affaire pour Tous, Attac étaient présentes; le nouveau manifeste de l'Affaire pour Tous distribué sur place par Marie Toussaint aux membres présents de l'association.

12h20 Début de la Marche; rejoint par l'association Bloom en fin de matinée; les différents cortèges avancent vers Opéra bloqués à l'Arc de Triomphe; des heurts entre GJ et forces de l'ordre sont visibles le long du parcours; pavés décollés,  deux abris de bus cassés; une fumée noire visible et une odeur irritante met les cortèges en inquiétude; pourtant les cortèges arrivaient à Opéra malgré deux camions de pompiers coupant la marche par deux fois, sirènes de détresse lancées.

14h ralliement des cortèges à Opéra; malgré les blocages, le vent et le froid les cortèges n'ont pas céder; dans le bruit chaleureux des slogans scandés, les participants arborant un large sourire et libérant la parole citoyenne; un tsunami de slogans aux couleurs de la République submergeant et fustigeant le Président et son gouvernement.

" Stop aux lobbies qui influencent les décisions publiques; Montagne d'Or - Sable Lannion - Pêche électrique -  Glyphosate"

" Pour un gouvernement au service de la Nature et des Citoyens"

" Si la Nature était une banque on l'aurait déjà sauvé"

"Macron d'émisions"

15h happening solidaire à l'initiative d'Attac à Opéra; un happening solidaire fédérant les différents cortèges a mobilisé tous les participant.e.s posant un genou à terre et levant le poing vers la Liberté, l’Égalité, la Fraternité en signe de solidarité et de lutte; toutes les idées étaient présentes sous des formes d'expression des plus visibles et extraordinaires à la simple pancarte en carton improvisée jusqu'aux enfants ornées de couronnes de fleurs multicolores; cette marche respirait un besoin d'en finir avec une machine sociétale archaïque, un besoin d'espoir et de renouveau réunissant toutes les formes d'expression dans un même but; la libération d'un pouvoir oligarchique et inégalitaire; le tsunami de slogans citoyens submergeant les titans de la pub consumériste affichés sur les façades de la Place de l'Opéra.

16h sur les murs les citoyen.ne.s écrivaient leur fierté; tous les citoyens et toutes les citoyennes ont fait vibré les cœurs dans les rue parisiennes et retentir leur détermination à faire vivre leurs espérances pour les génération futures.

" Le seul héros c'est le peuple"

17h30 arrivée à la scène Place de la République; mission accomplie festive; accueil vibrant dans le son des discours politiques; Oxfam France, Association Adama, représentants des GJ, cinéaste écologiste; alors que dans les rues adjacentes la foules affluait incessamment vers la Place de la République; les mots porteurs de renouveau se mêlant à la musique pour clôturer les discours étaient annonciateurs d'un changement naissant dans le cœur des citoyens et des citoyennes présents.

19h concert Place de la République; la fête se propageait; les revendications laissaient la place à la musique; dans les bras de la fraternité et de l'égalité quelques participants assis ayant escaladés la statue de Place de la République, leurs regards tournés vers l'horizon de cette scène musicale; on pouvait encore lire les derniers slogans dressés au crépuscule de cette marche.

"La Nature donne la vie, l'Argent la détruit"

"Quand on sème la misère on récolte la colère"

"Pub partout, rêves nulle part"

19 mars appel citoyen.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel