l'aquarium

Laissant derrière nous ces aquariums d'égoïsme pour prendre soin de l'aquarium du vivant.

Paris - jeudi 21 mai

Quand le soleil est à son zénith, j'ai remarqué une chose, le canal est un miroir et son eau à la couleur de l'émeraude.

Mais plus qu'un miroir, le canal est un aquarium naturel.

Je me pose au bord du canal, et je plonge mon regard dans les profondeurs, dans sa dimension aquatique, je plonge.

Le miroir à la surface de l'eau ondule. Tout est mouvement ondulant. La vague à la surface ondule, le courant en profondeur ondule, les plantes aquatiques comme les myriades de poissons minuscules se déplaçant, ondulent, en rythme syncronisé, quand le vent furtivement caresse la surface de l'eau, surgit un large frisson parcourant alors toute son étendue.

Ondule, la délicate danse de la libellule bleue, survolant à fleur d'eau le canal, son corps fin, effleure la surface de son vol sinueux en silence, au-dessus de la vie aquatique.

Que cherche-t-elle ?

Plongeant mon regard plus en profondeur, je traverse ces myriades de poissons, orchestrés, peuplant la surface, comme les étoiles peuplent le ciel, dansant sur l'épiderme aquatique.

La parade de poissons albinos plus gros et lumineux comme la lune, dansent dans l'onde des profondeurs du canal.

Le monde du silence surgit.

Je les rejoins. Remplaçant la prédation de l'hameçon, par l'immersion du regard. Le regard immersion, plongeant dans les profondeurs aquatiques, je pêche au regard plus qu'à la ligne, des séquences aquatiques.

L'ondulation de l'eau me berce et les profondeurs me magnétisent. Le rythme du canal suit son flot, l'intérieur est un vivier frétillant de mille et une merveille de la nature.

Assise au bord, en avons-nous conscience, de ce monde presque invisible ?

Prédation ou immersion. Je fais le choix de l'onservation, ayant pour qualité commune, la patience comme clef de voûte.

Le vent tiède souffle sur mes cheveveux châtain, mes cheveux métis, tissés de multiples fils colorés de marron, de doré et  d'argent, les voilà qui ondulent maintenant vers l'eau qui s'écoule.

S'écoule le temps. S'écoule la vie. S'écoule les heures. S'écoule patience et longivité propice à l'intimité, instants d'expression d'un sentiment éternel.

Renouer avec les éléments naturels.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.