Tamara Lochoshvili: artiste engagée pour la cause de son pays natal en Géorgie

Tamara est une jeune femme artiste de 37 ans, engagée pour l’indépendance de la Géorgie, son pays natal. Ce jeudi à 17h30, Tamara manifestait contre la répression géorgienne, rue de Rambuteau à Paris, proposant un spectacle de mime subversif dénonçant l’autoritarisme et l’ingérence de la Russie en Géorgie.

A 37 ans, Tamara d’origine géorgienne est une jeune femme dynamique et engagée vivant à Paris depuis 2008 en tant qu'artiste invitée par la compagnie de mime Hippocampe. L’année 2008 est aussi l'année d'un conflit qui a engagé son pays natal, la Géorgie et la Russie. Un conflit qui a engagé la Géorgie pour son indépendance face à la Russie ne voulant pas céder son hégémonie à la chute du bloc soviétique et occupant la région de l'Ossétie du sud et de l'Abkhazie.

C'est cette cause encore d'actualité aujourd'hui qui anime le coeur de Tamara loin de son pays natal, mais pourtant en soutien avec la cause citoyenne pour l'indépendance de la Géorgie. Ce jeudi après midi elle manifestait rue Rambuteau à Paris. Avec ses amis de Géorgie, elle a présenté un spectacle subversif en rapport avec les évènements de ces derniers jours en Géorgie. Des centaines de personnes sur 305 civils désobéissants, d'après le journal géorgien NEWS, ayant manifesté.es contre la venue provocante du député russe devant le Parlement géorgien- la Gravrilov's Night - ont été blessés.e.s et mutilé.e.s de leur oeil par LBD. Le spectacle de Tamara s'est déroulé vers 17h30 devant un public français intéressé par cette problématique mal connue. 

"20% de mon pays occupé par la Russie"

"Russia is occupant"

spectacle subversif pour le maintien de l'indépendance géorgienne © Nino Jintcharadzé spectacle subversif pour le maintien de l'indépendance géorgienne © Nino Jintcharadzé

Les deux slogans visibles du spectacle subversif ont suscités de la part des passants de la sympathie à l'égard de l'artiste géorgienne. Grâce à son expression artistique, Tamara a réussi à capter l'attention de certains passants touchés par ses revendications. 

"20% de mon pays était le décor de ma performance" d'expliquer par l'artiste elle-même son but et de poursuivre en ces termes " mon but était aussi de savoir si les gens étaient au courant de ce qu'il se passait en Géorgie". 

L'opération de désobéissance en ce sens a été positive et un succès devant la curiosité des spectateurs se questionnant sur le problème géorgien actuel et sur les créations artistiques de Tamara.

Tamara est un petit bout de femme très énergique et souriante. Elle est la fondatrice de l'association Tam'ART qui a vu le jour en 2017. Elle possède deux diplômes en Art dont une licence en Art du Spectacle et de la Danse de l'université Vincenne-Saint Denis à Paris ainsi qu'un diplôme des Beaux Arts de Batumi en Géorgie spécialisé en mime et dans la mise en scène. Ce n'est pas son premier projet artistique à Paris. 

"La meilleure arme pour ce battre avec la domination russe c'est l'art et la culture" est convaincue, Tamara. Son association à pour but la création artistique de spectacles associant le théâtre, la danse, et le mime à destination des enfants comme des adultes. Mais son objectif en tant que fondatrice de l'association est de créer une rencontre entre la culture géorgienne et la culture française. 

En janvier 2019, l'association Tam'ART lance le spectacle "Appelle le comme tu veux" qui relate les difficultés d'une génération géorgienne post-URSS dite "génération perdue". Tamara a occupé le poste de danseuse et directrice artistique pour ce spectacle. En tant qu'association non licenciée encore " il est très difficile de trouver des financements pour programmer des spectacles". D'ailleurs, l'association sera en octobre 2019 pour une nouvelle programmation de ce spectacle au théâtre Pixel à Paris 18ème, grâce à la compagnie Husny qui a proposé une salle. Mais les difficultés artistiques restent majeures. Comment payer les artistes du spectacles sans obtenir de financement en amont ? C'est la nouvelle bataille de Tamara qui recherche actuellement des fonds pour financer ce spectacle.

Son activité artistique et son engagement pour la cause citoyenne en Géorgie ne s'arrête pas là. Tamara a dans son coeur un projet de plus grande envergure qui pourrait voir le jour vers 2020 qui se nommera " 20% de mon pays est occupé". Cette création artistique sera une belle aventure humaine "d'échange culturel" et "de découverte artistique sur la culture géorgienne". Mais pour cela il reste un obstacle important à sa créativité, cette obstacle est le manque de soutien financer et de soutien artistique. 

"Je suis attachée à l'indépendance de mon pays natal face à l'occupation russe mais j'ai des amis russes et j'aime profondément les gens de ce pays qui n'ont aucun problème avec la culture géorgienne."

Site internet Tam'ART consutable / fb la compagnie Tam'art

http://tamartdancetheatre.com/spectacles/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.