Quelle société pour demain ?

Alors que les initiatives collectives de solidarités se multiplient grâce au mouvement des "gilets jaunes" dans nos régions, à Paris la Nuit de la Solidarité organisée par la Mairie de Paris se déroulera pendant la nuit du 7 février au 8 février 2019; un moment de solidarité collective en faveur des sans abris qui par ce temps de grand froid sont touchés de plein fouet.

Les inégalités et l'indifférence se creusent.

Portraits:

Une femme de 30 ans seule fouille dans une poubelle dans la rue. A coté d'elle, un homme de 30 ans affichant un grand sourire prend en photo sa fille de deux ans assise dans un side-car flambant neuf.

Dans un square des enfants jouent. Des parents bavardent assis sur des bancs. Derrière eux sur l'herbe, un migrant dort  le dos tourné.

Dans un bus, des usagers passent tous les jours devant un carrefour. Au milieu, un trottoir sert de refuge à une femme âgée sans abris allongée sur le bitume. Des pigeons sont installés sur elle.

Devant le métro un jeune homme cheveux long visage juvénile tend la main le regard perdu. La foule pressée passe devant lui.

Accroupi, accroché à une aération de bâtiment, un sans domicile tente de se réchauffer dans la nuit.

Dans les rues, le bus, certains d'entre eux hurlent, divaguent tombant dans l'incohérence.

 

Constat:

La ville c'est 3000 personnes dans la rue, 800.000 personnes sans logement, 400.000 personnes logés chez un tiers, 10 ans d'attente de logement social.

On en parle depuis des décennies. A ce rythme on aura peut-être réglé le problème du dérèglement climatique ou gagné en intelligence artificielle que les gens seront encore privés de toits. Privés de droits.

Dans les rues, le bus, certains d'entre eux hurlent, divaguent tombant dans l'incohérence.

Est-ce la crise qui tue ou la rue ?

Il ne faut qu'un an pour construire un logement. Ne laissons pas les chantiers en attente de réhabilitation. Ne laissons pas le sentiment d'être démuni nous rendre indifférent et normaliser l'inacceptable. Ne pratiquons pas l'exclusion sociale.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.